Partout en Amérique latine, le mouvement féministe est dans la rue

0
196

Véronique Gago

L’activisme queer et les réunions féministes traditionnelles ont aidé diverses générations au cours des trois dernières décennies. Ensuite, la dictature et le mouvement des droits de l’homme Madres y Abuelas de Plaza de Mayo, ou Mères et marraines de la Plaza de Mayo, sont devenus partie intégrante du nouveau protagonisme social. Et après la crise de 2001, le mouvement des chômeurs en Argentine a montré à quel point le travail était problématisé, et un mouvement contre l’idée que le travail salarié était la seule vie digne possible a émergé. Ces mobilisations et d’autres qui ont commencé à partir des marges, ont réorganisé la politique et raconté les conflits comme politiques plutôt qu’individuels ont rendu massif le mouvement féministe en Argentine.

Le travail politique stratégique des organisations a également construit cette massivité. Les syndicats, les mouvements sociaux, les collectifs et les luttes territoriales ont été les protagonistes de conflits qui sont devenus une partie de l’agenda féministe. Le féminisme a cessé d’être des initiatives provisoires, des discours académiques ou des revendications institutionnelles. Il est plutôt devenu le débordement des corps, des territoires et des problématiques autour du travail, de l’extractivisme et des revendications des migrants et des indigènes.

Le mouvement considère le féminisme comme une pratique politique dans des espaces comme les syndicats, les organisations politiques, les écoles, les universités et les espaces communautaires. Et, en Amérique latine, il y a aussi différentes compositions politiques – féminisme afro, féminisme étudiantet plus.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire