Une lettre de l’Inde – CounterPunch.org

0
180

Source de l’image : Contient les données modifiées de Copernicus Sentinel 2022 – Agence spatiale européenne

Une lettre de l’Inde, qui suit ci-dessous, a été reçue en réponse à l’article publié Inde – Les oiseaux tombent du ciel, les gens meurent (Le 24 maie). La lettre est un témoignage personnel de l’affaiblissement des écosystèmes causé par le réchauffement climatique et l’insouciance humaine.

En fait, il est tout simplement impossible de contourner la preuve que l’Anthropocène, qui est l’âge géologique actuel de la domination humaine, sape négligemment et sans relâche les fondements des écosystèmes vitaux.

La Grande Barrière de Corail, normalement robuste, a disparu à mi-chemin en seulement 25 ans depuis qu’une série de blanchissement massif des coraux a commencé en 1998, alors que la spectaculaire forêt amazonienne émet désormais plus de CO2 qu’elle n’en absorbe dans certaines régions de la gigantesque forêt tropicale (confirmé dans 2021) alors même que seuls 10 % des grands poissons prédateurs subsistent dans les océans depuis 1950.

La Terre avant la Seconde Guerre mondiale n’est pas la Terre après 1945, lorsque la population mondiale a triplé en un simple clic de temps géologique sur la scène mondiale pour que tous la voient comme une pastèque se déplaçant à travers un serpent ; ça se démarque.

En fait, avec des systèmes climatiques sains, les récifs coralliens qui ont résisté à l’épreuve du temps pendant des millénaires ne meurent pas soudainement en seulement 25 ans ; les forêts tropicales toutes puissantes ne se mettent pas soudainement à émettre plus de CO2 dans l’atmosphère qu’elles n’en absorbent et les océans, au fil des temps immémoriaux, ne perdent pas soudainement 90% du stock de grands poissons prédateurs en seulement 70 ans.

Rien de tout cela ne s’est produit pendant des milliers d’années. Mais, un système climatique fiévreux est quelque chose de tout à fait différent car les piliers de la force, les éléments constitutifs de la planète, s’affaiblissent juste devant les yeux de la civilisation. Les écosystèmes cruciaux de la planète n’ont pas échoué au cours des dix mille (10 000) dernières années, mais ont prospéré dans un environnement Goldilocks ultra-indulgent ni trop chaud ni trop froid appelé l’ère Holocène. Qu’est-ce qui a changé ?

Le climat a changé. L’apport humain via des gaz à effet de serre excessifs comme le CO2 des voitures, des trains, des avions et des usines et des centrales électriques a changé le climat, ce qui est malheureusement pire que les pires prédictions des scientifiques d’il y a seulement quelques années.

Selon État du climat en 2020 par la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) “la planète est dans un état pire que jamais”.

“Le changement climatique est généralisé, rapide et s’intensifie.” (GIEC)
«L’objectif de 1,5 degré est sous assistance respiratoire. Il est en soins intensifs. » (António Guterres, secrétaire général de l’ONU)

Le 24 mai 2022 Inde – Les oiseaux tombent du ciel, les gens meurent posté sur les réseaux sociaux. Deux jours plus tard, une lettre écrite par Pradeep Nair a abordé les problèmes en faisant référence à un écosystème complètement défaillant dans une région de l’Inde. La lettre de Pradeep raconte une histoire qui doit être racontée. C’est un avertissement pour les régions voisines, les pays et le monde en général. Il ouvre les yeux fermés.

La lettre de Pradeep, textuellement :

Cher Robert,

Votre article se lit bien. Merci.

Je suis dans l’État indien occidental du Maharashtra. La chaleur ici est accablante, comme ailleurs dans le pays.

Ce n’était pas si mal il y a un peu plus d’une décennie. Ce qui est alarmant, c’est que le changement pour le pire peut se produire plus rapidement que nous ne sommes prêts à le reconnaître. Je pense que cela a changé en moins d’une décennie, peut-être cinq ans.

Le mois dernier, j’étais allé chez mes parents dans l’État indien du sud du Kerala, une destination touristique appelée God’s Own Country pour sa beauté naturelle.

Tout le mois (mars-avril) où j’étais là-bas, il faisait très chaud et tellement humide que j’avais des furoncles sur tout le corps. Pour ajouter à cela, des pluies intempestives ont ruiné nos récoltes de paddy. Nous cultivons habituellement du riz au Kerala avant l’arrivée des moussons du sud-ouest en juin.

Cette fois, les pluies intempestives ont emporté une tentative de culture et la deuxième fois, les graines n’ont pas germé du tout. Les aînés de ma famille ont dit que cela ne s’était jamais produit auparavant.

Il y a environ 25 ans, nous avions déménagé dans mon village natal du Kerala pendant quelques années. Un affluent de la rivière Meenachil (mentionné dans le livre primé d’Arundhati Roy “Dieu des petites choses”) coule près de notre maison et nous avions l’habitude de nous baigner dans son eau. Il y avait aussi beaucoup de poissons à l’époque.

Maintenant, l’eau est si sale, verdâtre et pleine de matières organiques que nous n’y plongeons même pas nos pieds de peur d’irriter la peau. De nombreuses espèces de poissons ont complètement disparu.

Il y a quelque temps, j’avais vu l’étrange poisson-chat se tenir immobile dans les eaux peu profondes. Vous pourriez les attraper à mains nues et ils ne bougeraient pas parce que leurs ouïes ou leur queue étaient pourries et tombaient. J’ai vu des rapports sur la maladie affectant les poissons. Mais pas grand-chose.

Il est parfois très frustrant d’ignorer les petits signes avant-coureurs que la nature nous donne.

Je vous souhaite bonne chance et restez béni.

Pradeep Nair, Satara, Maharashtra, Inde

La déclaration de Pradeep : “Il est parfois très frustrant de voir comment nous ignorons les petits signes avant-coureurs que la nature nous donne” revient plus que jamais pour hanter chaque personne sur la planète lorsque les écosystèmes les plus grands, les plus puissants, les plus forts et les plus vitaux du monde comme la forêt amazonienne et la Grande Barrière de Corail perdent 10 000 ans de magnifique splendeur.

Solution : arrêter de brûler des combustibles fossiles.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/01/a-letter-from-india/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire