Pas d’argent pour les voleurs | Nouvelle Europe

0
143

Pour les gouvernements hongrois et polonais, ce fut une gifle. Le 16 février, la Cour européenne de justice a rejeté les plaintes des deux pays contre le nouveau “mécanisme de conditionnalité”. Cela garantit que les subventions de l’UE ne vont pas aux membres du bloc où les principes de l’État de droit sont violés. Le nouveau règlement a été adopté fin 2020 pour protéger le budget de l’UE.

Les gouvernements de droite de Pologne et de Hongrie ont immédiatement porté plainte auprès de la plus haute juridiction de l’UE. Les juges suprêmes luxembourgeois ont souligné que l’État de droit fait partie intégrante de l’adhésion à l’UE à laquelle un membre ne peut pas renoncer. De plus, le nouveau règlement n’est ni disproportionné ni outrepasse les pouvoirs du bloc.

Désormais, la balle est dans le camp de la Commission. La présidente Ursula von der Leyen peut désormais proposer une réduction des fonds européens, mais le Conseil européen doit encore décider à la “double majorité” – c’est-à-dire une majorité des 27 membres de l’UE qui constituent également la majorité de la population de l’UE – qui prendre encore quelques mois. Mais la décision de justice est une étape importante vers l’application des valeurs européennes fondamentales si elles sont massivement restreintes dans certains pays.

En outre, ces mesures punitives sont une condition préalable à l’admission de futurs membres dans l’UE. Après tout, comment demander autrement des réformes pour garantir l’indépendance du pouvoir judiciaire ou des mesures contre la corruption des candidats des Balkans occidentaux si ces exigences ne sont même pas respectées par les membres les plus âgés du bloc ?

Le verdict de la Cour suprême européenne est également conforme aux décisions antérieures. Deux sanctions ont déjà été infligées à la Pologne et le gouvernement de droite dirigé par le parti PiS a dû payer 1 million d’euros par jour depuis l’automne dernier tant que le tribunal disciplinaire du pays, où les juges transfèrent ou punissent arbitrairement, persiste. La deuxième amende – 500 000 € par jour – concerne la non-fermeture d’une mine de lignite polluante en Silésie.

Le gouvernement polonais a jusqu’à présent refusé de se conformer à ces demandes ou de payer les amendes. Ces fonds peuvent maintenant être déduits des subventions de l’UE, qui sont considérables. La Pologne reçoit 36 ​​milliards d’euros par an, la Hongrie plus de 7 milliards d’euros.

La Hongrie et la Pologne ont naturellement réagi avec indignation à l’arrêt de la CJCE. La Pologne a critiqué le verdict comme une tentative de priver les membres de l’UE de leur liberté, la Pologne a déclaré le ministre de la Justice Zbigniew Ziobro. Son homologue hongroise, Judit Varga, a déclaré que la décision était “un verdict politique” et un “abus de pouvoir”. Le parti hongrois au pouvoir, le Fidesz, a parlé d’une “campagne politique de revanche contre la Hongrie”.

Le verdict est une nouvelle tentative de faire pression sur la Hongrie au sujet de sa loi restreignant les informations sur l’homosexualité et la transsexualité. D’un autre côté, il y avait de la jubilation et de la méchanceté parmi l’opposition dans les deux pays. La CJE a décidé qu’elle « ne donne pas d’argent aux voleurs », a déclaré Peter Marki-Zay, co-candidat de tête de l’opposition hongroise, pour les élections législatives d’avril prochain.

Le quotidien libéral polonais Gazeta Wyborcza, qui est affiliée à la Plateforme citoyenne (PO), s’est félicitée de l’arrêt luxembourgeois : « Notre pays s’est engagé à être un État de droit lorsqu’il est devenu membre de l’UE. Jusqu’à présent, l’UE n’a pas vu d’exemple d’État membre violant ces règles de manière aussi flagrante que la Hongrie et la Pologne le font actuellement. Sans État de droit, l’UE ne peut pas fonctionner et ne peut pas contrôler les dépenses.»

Le nouveau mécanisme est lié au budget de l’UE, mais ce n’est bien sûr pas une panacée contre le démantèlement de la démocratie et les restrictions à la liberté de la presse. Parce qu’il ne peut être utilisé que lorsqu’il existe un lien avec les fonds de l’UE. La Pologne, par exemple, a un bon bilan en matière de gestion des subventions, et la restructuration du système judiciaire par les nationaux-populistes n’a eu aucun effet (du moins jusqu’à présent). Pour cette raison, et en raison du rôle important de la Pologne dans la crise ukrainienne, l’UE ciblera probablement le gouvernement hongrois en premier.

Une autre procédure est déjà en cours contre eux pour détournement de subventions européennes. Bien sûr, Bruxelles attendra d’abord le résultat des élections législatives en Hongrie début avril. Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, a déjà pris un virage anti-européen lors de la campagne électorale en accusant l’UE de ressembler de plus en plus à une dictature. Si ce développement n’est pas arrêté, a déclaré Orban, alors la sortie de la Hongrie de l’UE ne peut plus être exclue.

Orban, qui entretient des relations étroites avec le président russe Vladimir Poutine, sape l’unité de l’UE en s’opposant à une éventuelle invasion de l’Ukraine. Avec sa récente visite à Moscou, Orban a donné au Kremlin une bonne occasion de nouvelles bordées contre « l’Occident » et l’OTAN, à laquelle appartient la Hongrie. Orban a affirmé que son pays n’accepterait aucune «troupe étrangère» de l’OTAN et qu’il ne se sentait pas menacé par la Russie.

Au moins sur cette question, il n’y a pas de consensus entre la Hongrie et la Pologne.

Bien sûr, la Commission européenne doit veiller à ce que les mesures liées aux violations des valeurs européennes fondamentales ne visent pas uniquement la Pologne et la Hongrie. Entre l’Europe de l’Ouest et l’Europe de l’Est, le fossé pourrait être encore plus profond. Et cela à un moment où l’Europe doit faire front commun face à la Russie, de plus en plus agressive envers ses voisins.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire