Pâturage ciblé : la dernière solution magique pour améliorer la santé des parcours

0
130

Photo : George Würthner.

Un article récent paru dans Capitol Press intitulé : « Nouveau plan d’action : comment le pâturage ciblé sur les terres publiques est en train de changer » décrit comment le pâturage ciblé peut résoudre tout problème sur les terres publiques. Un peu comme la façon dont l’exploitation forestière est souvent décrite comme la solution à tout, des scolytes aux incendies de forêt, le pâturage ciblé est la nouvelle rage dans les cercles de pâturage.

J’ai déjà averti que presque toutes les “preuves” de la valeur du pâturage pour réduire les incendies de forêt proviennent de départements universitaires ou d’apologistes gouvernementaux ayant des liens avec l’industrie de l’élevage. Et c’est le cas avec la récente action de mise en place de « pâturages ciblés » sur les terres publiques.

Comme c’est le cas dans tout l’Ouest, la mission principale des chercheurs du département des parcours est de trouver des excuses pour continuer à faire paître le bétail sur les terres publiques. L’argent de nos impôts soutient ces efforts au nom des entreprises privées.

Ciblé signifie que le bétail est utilisé à des fins spécifiques autres que la consommation de fourrage pour engraisser les profits des éleveurs. Les partisans du pâturage ciblé suggèrent qu’il peut être utile pour éliminer les mauvaises herbes et réduire les grands incendies de forêt en éliminant le carburant.

Le bétail, y compris les bovins, ovins ou caprins, est confiné dans une zone spécifique, il n’a donc pas d’autre choix que de consommer massivement la végétation « ciblée ».

Certains suggèrent que les éleveurs devraient être payés pour faire paître les terres publiques lorsqu’ils fournissent un «service» tel que la prétendue réduction des incendies de forêt. Le BLM a huit expériences “test” en cours sur les terres publiques.

Le problème avec toutes ces discussions joyeuses réside dans les détails.

L’un des problèmes avec le pâturage ciblé est le contrôle du bétail, de sorte qu’il ne mange que la zone cible. Dans le passé, cela était principalement fait par des cavaliers. Cependant, il devient de plus en plus difficile de trouver des cow-boys qui savent réellement monter à cheval, sans compter que les frais de paiement des cavaliers pour surveiller le bétail représentent un coût supplémentaire.

Une invention qui gagne en popularité auprès des défenseurs du pâturage ciblé est la “clôture virtuelle”. Les clôtures virtuelles agissent comme des appareils électroniques qui entraînent les chiens de compagnie à ne pas laisser passer une cour. Les bovins ou autres animaux sont équipés de colliers. S’ils s’éloignent de la zone cible, ils reçoivent un choc électronique.

Un tel dispositif et la nécessité de coller le bétail signifient qu’il n’est praticable que pour quelques animaux. Les ranchs moyens ne vont pas attraper 500 bouvillons pour faire paître une zone ciblée.

Le deuxième problème est que la quantité de fourrage fournie, même si elle est « gratuite », est généralement insuffisante pour justifier le transport du bétail par camion vers le site cible.

J’ai assisté à un atelier BLM sur le pâturage ciblé dans le sud de l’Idaho il y a quelques années. Plusieurs éleveurs étaient parmi les personnes présentes pour écouter le BLM décrire son plan d’utilisation du pâturage ciblé pour créer un coupe-feu.

Aucun éleveur ne s’est porté volontaire pour amener ses animaux sur le site lorsqu’on leur a demandé s’ils participeraient. Comme l’a expliqué l’un d’entre eux, le coût du camionnage du bétail pour obtenir une quantité minimale d’aliments « gratuits » n’est pas calculé.

Un troisième problème est que le pâturage ciblé ne fonctionne que sur de minuscules zones. Ainsi, cela pourrait fonctionner si vous vouliez réduire le carburant autour d’une structure. Mais son utilité à travers le paysage est discutable.

Même si vous pouviez cibler une petite zone pour réduire les combustibles pour le feu, il existe de nombreuses recherches anecdotiques et même des recherches qui montrent que le pâturage ciblé ne fonctionne pas dans des conditions météorologiques extrêmes. Les vents violents qui définissent le « temps de feu extrême » soufflent des braises sur, autour et au-delà de toute « coupure de carburant » ciblée.

Par exemple, un document de recherche très cité sur le pâturage ciblé l’admettait dans son avant-dernier paragraphe (après avoir passé des pages à s’exclamer sur l’efficacité du pâturage ciblé).

“Le traitement de pâturage ciblé a effectivement influencé le comportement du feu dans les communautés d’herbes/arbustes, mais ses effets étaient limités. Bien qu’il s’agisse d’un outil prometteur pour modifier le comportement du feu, le pâturage ciblé sera plus efficace dans les communautés herbacées dans des conditions météorologiques modérées.

Comme je l’ai noté dans de nombreuses discussions précédentes sur les incendies, les seuls incendies qui préoccupent les agences, les politiciens et le public sont les grands incendies provoqués par des conditions météorologiques extrêmes. Bien que ces incendies représentent moins de 1 % de tous les allumages, ils sont responsables de la majeure partie de la superficie brûlée.

Comme indiqué dans l’étude mentionnée ci-dessus, le pâturage ciblé ne fonctionne que dans des conditions météorologiques d’incendie « modérées ». Dans des conditions météorologiques d’incendie modérées, la plupart des incendies sont facilement contrôlés et s’éteignent souvent d’eux-mêmes sans aucune action d’extinction d’incendie.

Cependant, le pâturage ciblé a d’importants dommages écologiques collatéraux ignorés par les promoteurs de l’élevage.

Par exemple, les animaux confinés au pâturage piétinent les croûtes biologiques qui sont essentielles aux écosystèmes des parcours et peuvent contribuer à la propagation d’espèces indésirables comme le tricheur.

Dans une récente critique des coupures de carburant (créées par un pâturage ciblé ou un traitement mécanique tel que la végétation au bulldozer), les scientifiques de Eight BLM ont déclaré que la proposition de l’agence Tri-State Fuel Break (TSFB) était imparfaite et mettrait en danger les écosystèmes d’armoises.

Les scientifiques soutiennent que la proposition du BLM ne parviendra probablement pas à contenir les grands incendies, et les dommages collatéraux entraîneront : « (1) fragmenter de vastes zones d’écosystèmes d’armoises intacts ; (2) faciliter l’invasion des espèces exotiques en raison du dérangement créé par les cassures; (3) supplanter les communautés autochtones par des dominants exotiques ; et (4) détruire ou dégrader les croûtes biologiques du sol et toutes les espèces indigènes présentes sur les sites. »

Bien que le pâturage ciblé ait une application minimale dans des situations spécifiques à un site, son utilité à l’échelle du paysage est discutable. Les coûts économiques et écologiques du pâturage ciblé sont élevés et les avantages pour la société et la faune sont suspects. La seule véritable cible est le fonds public pour la « recherche » et de mettre plus d’argent public dans les poches des éleveurs.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/22/targeted-grazing-the-latest-magical-solution-to-improve-rangeland-health/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire