Perspectives sur l’avenir de l’ordre mondial

0
39

En ce moment tendu, il semble que les récits conflictuels qui animent les relations bilatérales entre les États-Unis et la Chine contiennent désormais des perspectives spécifiquement contradictoires sur l’avenir de l’ordre mondial.

La Chine semble souligner à quel point l’Occident est perçu comme ayant imposé ses valeurs présumées universelles au système mondial dans la période d’après-guerre, ce qui a été favorable à l’exercice de l’hégémonie américaine. Dans le même temps, les États-Unis interprètent l’engagement de la Chine à forger un ordre multipolaire basée sur des valeurs différentes et guidée par des normes différentes plus favorables aux pays non occidentaux, la Chine devenant ainsi une puissance mondiale de premier plan. Ces deux perspectives sur l’avenir de l’ordre mondial semblent entraîner une plus grande divergence et créer l’atmosphère d’une « nouvelle guerre froide », même si les États-Unis et la Chine disent chacun vouloir l’éviter.

Aujourd’hui le monde tel qu’il est est fragmenté, déchiré par des courants croisés, des contradictions et des champs de force multivalents, pas des visions singulières. Les pressions politiques internes générées par les clivages sociaux conduisent à une domination politique nationale sur la prise en compte des impératifs existentiels mondiaux. Un examen attentif révèle que le monde tel qu’il est est celui dans lequel les valeurs de l’Occident continueront d’avoir une pertinence dans les discours publics et les dialogues civilisationnels. Et le monde d’aujourd’hui est aussi un monde dans lequel les voix et les perspectives d’autres cultures conduiront à la différenciation et à l’excellence, et non à l’universalisme et à l’émulation.

L’indépendance féroce, l’affirmation de l’unicité et la volonté d’autonomie caractérisent l’expression indigène et débordent sur la place publique mondiale, créant une plus grande diversité et des tensions transversales. Ces champs de force compensateurs se répercutent désormais sur les forums mondiaux et les institutions internationales, les problèmes et les défis, et définissent le nouvel ordre mondial. Les tensions entre l’Occident et le monde non occidental sont centrales, importantes et impliquent de nombreux pays.

Les votes à l’Assemblée générale des Nations Unies sur la condamnation de l’invasion russe de l’Ukraine le 2 mars et sur la suspension de la Russie du Conseil des droits de l’homme de l’ONU le 7 avril révèlent l’ampleur de la poussée vers une prise de position indépendante et compensatoire. Outre les cinq États qui ont voté contre la résolution du 2 mars (Biélorussie, Corée du Nord, Érythrée, Russie et Syrie), 19 autres pays ont également voté contre le 7 avril. En ajoutant ces 19 aux 58 pays qui abstenu le 7 avril donne un total de 77 pays qui se sont opposés à la condamnation de la Russie lors de ces deux votes, soit 40% du total des 193 membres des Nations Unies.

Sur les 58 pays qui se sont abstenus le 7 avril, au moins 17 se distinguent comme des pays importants dans leur région ou dans le monde en raison de leur taille démographique, de leur PIB, de leur possession d’armes nucléaires ou de leur impact culturel. Ces pays sont l’Inde, l’Indonésie, le Pakistan et le Bangladesh en Asie ; la Malaisie, Singapour et la Thaïlande en Asie du Sud-Est ; le Brésil et le Mexique en Amérique latine ; le Ghana, le Kenya, le Nigéria, l’Afrique du Sud, la Tanzanie et l’Ouganda en Afrique ; et l’Égypte et la Jordanie au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Si l’on ajoute la Chine, l’Iran, le Vietnam et quatre des pays d’Asie centrale qui ont voté contre le 7 avril, il y a 24 pays qui ont du poids dans le système et qui sont capables de repousser les questions qui divisent, dont six sont membres du G-20. des pays. Ils font de l’ordre mondial multivalent émergent une réalité. Quarante pour cent du monde suit « un autre récit », comme l’a dit Christiane Amanpour dans une interview avec l’ambassadrice américaine aux Nations Unies Linda Thomas-Greenfield le 7 avril.

La façon de gérer l’agenda mondial dans un ordre mondial multivalent est de J’accepte complexités, contradictions et contrariétés comme réalités ; le lien issues les unes des autres pour éviter que la différence singulière ne submerge les autres relations fonctionnelles ; décentraliser forums de négociation mondiaux les uns des autres; concevoir diverses façons de travailler sur des questions nettement différentes; encourager divers groupes de responsables nationaux chargés de diriger différentes questions ; nourrir des groupes de direction plurilatéraux en alternant leur composition d’une question à l’autre; embrasser variété; éviter de bloc; inviter innovation; se concentrer sur le fond ; et rappeler sur les polémiques.

Cette nouvelle ère de complexité, de contradictions et de champs de force multivalents invite à de nouvelles approches qui se caractérisent par une plus grande ouverture à la diversité, à la différence et à l’éclectisme et davantage motivées par des détails pratiques, des compréhensions de fond, l’élaboration de politiques fondées sur la connaissance et un sens aigu des impératifs mondiaux pour relever les défis systémiques et les menaces existentielles. Dans un monde multivalent, ces approches seraient plus efficaces et fonctionnelles que l’utilisation de forums mondiaux pour tenter de faire avancer les valeurs, les préférences politiques et les divergences polémiques.

La direction allemande du G-7 cette année doit encourager les six autres pays membres du G-7 à rejoindre le G-20 indonésien cette année et le G-20 indien l’année prochaine avec un état d’esprit différent, plus ouvert à la différence plutôt que de pousser contre ce.

La composition par pays du G-20 révèle qu’il se compose d’un ensemble de 10 pays occidentaux fortement alignés composés du G-7 plus l’Australie, la Corée du Sud et l’Union européenne et d’un ensemble de six pays non occidentaux qui composent le Groupe BRICSAM composé du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine, de l’Afrique du Sud et du Mexique. Après quatorze ans de sommets du G-20 au cours desquels seuls deux pays du Sud ont assuré la présidence – le Mexique (2012) et l’Argentine (2018) – le G-20 des quatre prochaines années sera organisé par le Sud. En l’occurrence, après que l’Indonésie et l’Inde auront accueilli le G-20, le Brésil l’accueillera en 2024 et l’Afrique du Sud en 2025. La visibilité de l’ordre mondial multivalent sera plus manifeste au cours des quatre prochaines années qu’elle ne l’a été au cours des 14 dernières années. , par conséquent.

La religion est un moteur important de l’évolution de la culture. Le G-20 compte quatre pays avec des populations musulmanes importantes, alors que le G-7 n’en a aucun. Les quatre sont l’Indonésie, l’Inde, la Turquie et l’Arabie saoudite. Les 10 pays comptant le plus grand nombre de musulmans ont un nombre total d’adhérents égal à 1,15 milliard de personnes, soit un septième de la population mondiale. Le G-20 a un Forum interconfessionnel du G-20, un groupe d’engagement qui se réunit pour chaque sommet annuel du G-20 depuis sa fondation en 2014 en Australie. Ces quatre prochaines années pourraient être le moment d’attirer l’attention sur la foi religieuse en tant que guérisseur des divisions et force de paix dans le monde.

L’Indonésie est sur la sellette cette année. Le principal défi pour l’Indonésie est d’assurer la médiation entre le groupe G-7-plus-3 et les cinq autres pays du BRICSAM (Brésil, Inde, Chine, Afrique du Sud et Mexique), maintenant que la Russie est en marge du G-20.

En ce moment dramatique avec l’ordre mondial en évolution, la question clé est de savoir si le G-7 plus 3 peut donner la priorité au G-20 en tant que plate-forme importante tous les deux pour travailler à travers ces courants croisés et pour faire face aux menaces existentielles et systémiques malgré les troubles et les tensions. Pour que cela se produise, G-7 plus 3 et les cinq pays du BRICSAM doivent s’engager à aller de l’avant ensemble, combler les clivages au sein du G-20 et, par extension, les tensions au sein de la communauté mondiale.

Les pays du G-7 plus 3 doivent saisir ce moment comme une opportunité d’utiliser le G-20 pour établir des relations de travail fonctionnelles avec la Chine. La Chine, elle aussi, joue un rôle crucial dans la création d’une nouvelle dynamique au sein du G-20 et pourrait bénéficier d’une contribution au renforcement du G-20 en tant que moyen de renforcer la gouvernance mondiale. Tous les pays du G-20 doivent soutenir les pays du Sud alors que l’Indonésie, l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud assument la présidence du G-20 au cours des quatre prochaines années. Ces changements de comportement sont extrêmement importants. Sinon, le G-20 pourrait se dissiper en tant que forum important pour la gouvernance mondiale faute d’efforts, et le monde pourrait bien se diviser en deux ordres mondiaux, entre l’Occident et les pays non occidentaux.

Les dirigeants et les gouvernements devront utiliser ces comportements et pratiques pour projeter au monde une vision stratégique inclusive, éclectique, pratique, respectueuse et responsable de la convergence vers une nouvelle ère de l’ordre mondial qui peut tolérer non seulement la diversité et la différence mais aussi la complexité. , contradiction, voire contrariété comme dynamiques centrales qu’il faut gérer pour rétablir une communauté internationale unique pour tous.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire