Pour prendre des mesures concrètes contre le changement climatique, l’Australie doit reconstruire son secteur public

0
50

En juin 2011, le gouvernement travailliste minoritaire dirigé par Julia Gillard a introduit une politique climatique de pointe. Connue sous le nom de Clean Energy Act, en 2014, la politique était morte grâce à la défaite des travaillistes en 2013 face à Tony Abbott du Parti libéral. C’était le début de neuf longues années d’opposition pour le Parti travailliste australien (ALP), au cours desquelles les émissions de l’Australie ont augmenté à mesure que les catastrophes climatiques devenaient plus fréquentes et plus graves.

Les résultats de l’élection fédérale de 2022 reflètent en partie l’importance et l’urgence accrues d’agir concrètement contre les changements climatiques. Bien que le gouvernement travailliste d’Anthony Albanese dispose d’une faible majorité à la chambre basse, la vague de soutien aux « sarcelles », aux indépendants pro-climat ainsi qu’aux Verts signale un électorat avide de réforme climatique. Ayant porté leur représentation au Sénat de neuf à douze, les Verts détiennent l’équilibre des pouvoirs à la chambre haute.

Malgré cela, quelques instants après qu’Albanese a prêté serment en tant que Premier ministre, son ministre du climat, Chris Bowen, a rejeté les demandes des Verts d’accélérer le rythme de la décarbonisation de l’économie. Ce n’est pas seulement que la politique du Parti travailliste est inégale face au défi auquel la planète est confrontée. Dans le contexte d’une crise sanitaire en cours, de la hausse du coût de la vie et de l’insécurité croissante des emplois et du logement, le refus du parti travailliste de soutenir une action climatique sérieuse rendra le parti vulnérable au même type d’attaques de droite qui ont fait tomber la loi sur l’énergie propre. au début des années 2010.

Lorsque Julia Gillard a pris la direction d’ALP en 2010, elle a rapidement abandonné la politique d’échange d’émissions de Kevin Rudd et a conclu un accord avec les dirigeants miniers pour atténuer sa proposition de taxe sur les superprofits de l’industrie minière. Gillard a plutôt proposé une assemblée de citoyens pour développer la politique climatique, qui a été largement critiquée comme une tactique dilatoire.

Après les élections de 2010, cependant, sans majorité à la chambre basse, Gillard avait besoin du soutien des Verts et d’un certain nombre d’indépendants ruraux pour former un gouvernement et adopter une législation. Lors de la négociation de ce soutien, Gillard a abandonné l’assemblée des citoyens et a plutôt réuni la commission parlementaire sur le changement climatique pour accélérer le processus d’élaboration de la réforme de la réduction des émissions.

Le comité comprenait des représentants du Parti travailliste, des Verts et des indépendants, et après avoir consulté des experts du climat et des politiques, il est rapidement parvenu à une position politique consensuelle. Lorsque le gouvernement de Gillard a annoncé la Clean Energy Act, il a été annoncé comme leader mondial. Lorsqu’elle est devenue loi en juin 2011, elle a été largement célébrée par le mouvement climatique.

Cependant, en 2013, une campagne tenace et disciplinée menée par le chef de l’opposition libérale Tony Abbott avait décimé la popularité personnelle de Gillard. Saisissant l’engagement préélectoral de Gillard qu’il n’y aurait “pas de taxe sur le carbone sous le gouvernement que je dirige”, il l’a qualifiée de “Ju-menteuse” – une étiquette qui est restée. Abbott a décrit la Clean Energy Act comme “une très grosse taxe sur tout” et a concentré sa campagne sur la hausse des prix de l’électricité et les pressions du coût de la vie. Bien que la loi sur l’énergie propre prévoyait des rabais pour les personnes à faible revenu, l’argument du parti travailliste selon lequel les ménages étaient mieux lotis dans le cadre de la politique n’a pas trouvé écho auprès des électeurs. Abbott a facilement remporté les élections de 2013 et a rapidement récupéré la quasi-totalité des gains remportés sous le gouvernement Gillard.

Cette défaite a jeté une ombre sur la politique climatique en Australie. Le Parti travailliste cite régulièrement sa peur face à une autre campagne de peur réussie comme celle d’Abbott comme l’une des raisons pour lesquelles il a à plusieurs reprises annulé sa politique climatique malgré les avertissements de plus en plus urgents des climatologues.

Pendant les années Rudd-Gillard, les travaillistes ont cherché à agir pour le climat en créant des mécanismes et des signaux de marché. Celles-ci comprenaient un prix sur le carbone, des objectifs d’énergie renouvelable et le financement de l’énergie propre. En sous-traitant ces décisions au marché, il semble que les travaillistes espéraient s’attribuer le mérite de la réduction des émissions tout en rejetant le blâme sur les pertes d’emplois dans les industries à forte intensité d’émissions.

Les politiques de réduction des émissions qui reposent sur des mécanismes, des objectifs et des plafonds de marché sont difficiles à défendre. Ils sont facilement présentés à tort comme des taxes ou comme responsables de l’augmentation des prix, alors que leurs avantages sont plus lents, moins tangibles et plus difficiles à expliquer. Tony Abbott l’a démontré en blâmant les pressions du coût de la vie et les pertes d’emplois sur une taxe carbone. Le lobby des combustibles fossiles et leurs alliés politiques déploieront sans aucun doute des tactiques similaires contre toute nouvelle proposition qui réduirait efficacement les émissions.

Alors que l’action contre le changement climatique reste populaire, il y a beaucoup moins de soutien pour un prix du carbone. Et comme nous l’avons vu pendant les années Gillard, un prix du carbone est vulnérable aux attaques de la droite. La Coalition sait que l’action climatique est un point de fracture, tant à l’intérieur du Parti travailliste qu’entre l’ALP et sa base. Indépendamment de ce que fait Albanese, nous pouvons nous attendre à ce qu’ils poursuivent une stratégie de coin similaire à celle qu’ils ont déployée avec succès sous Abbott.

En effet, à mesure que le coût de la vie augmente et que les pressions sur l’emploi s’aggravent, les tentatives de rejeter la faute sur l’action climatique pourraient gagner du terrain. Ne vous méprenez pas : la coalition de Peter Dutton blâmera tout sur la politique climatique, de l’augmentation des prix de l’énergie aux pertes d’emplois. Pendant ce temps, la droite utilisera sa machine de guerre de la culture médiatique de Murdoch pour opposer une élite mythique du centre-ville aux travailleurs des banlieues et des campagnes. Plus la politique climatique est technocratique ou impénétrable, plus elle sera vulnérable à ce genre d’attaques.

La politique climatique peut être inspirante, populaire et transformationnelle, mais cela nécessite des conversations honnêtes. L’avenir de l’humanité dépend du fait que tous les combustibles fossiles restants soient laissés dans le sol. Cela signifie nécessairement que les emplois dans les industries du charbon, du gaz et du pétrole doivent cesser d’exister. Cela signifie que les économies régionales qui dépendaient de ces industries devront changer. Si les travaillistes essaient de contourner ces conversations – comme ils l’ont fait lors de l’échec de la candidature électorale de Bill Shorten en 2019 – ils jouent directement dans la stratégie de division pour régner sur laquelle l’industrie des combustibles fossiles s’appuie depuis des années.

Étendre la politique climatique est tout aussi important que la gagner et la défendre. Et la première étape consiste à réaliser que les solutions du marché sont mortes dans l’eau. L’ampleur des changements nécessaires pour réduire les émissions à zéro et renforcer la résilience aux catastrophes climatiques nécessitera plus d’un texte législatif. L’énergie, les transports, le logement, l’urbanisme, la production alimentaire et les chaînes d’approvisionnement devront tous être transformés pour faire face à un monde qui se réchauffe. Il s’agit d’un projet de gouvernement qui dure depuis des décennies et qui nécessite des réformes à tous les niveaux de gouvernement. Ce projet doit démarrer maintenant et il doit démontrer des avantages immédiats pour les travailleurs, en particulier ceux qui sont en première ligne du changement économique requis.

Les travaillistes ont obtenu le gouvernement avec le vote primaire le plus bas de tous les gouvernements de l’Australie d’après-guerre. Leur soutien est superficiel et instable, et ce n’est pas seulement le résultat de la stratégie de petite cible déployée lors de cette élection, mais une tendance qui dure depuis des décennies. Alors que le retour au pouvoir de la Coalition libérale-nationale semble difficile, la politique devient plus instable et les élections plus difficiles à prévoir. La Coalition s’est déjà montrée capable de provoquer une réaction violente contre les réformes climatiques, et le lobby des combustibles fossiles a les poches pleines pour financer ces campagnes. Les travaillistes ont sous-estimé Tony Abbott et ils feraient bien de ne pas faire de même avec le chef du Parti libéral, Peter Dutton.

Pour se défendre contre les attaques inévitables que la droite va déployer, les travaillistes doivent poursuivre une stratégie qui lie directement la décarbonisation à des améliorations tangibles dans la vie des gens. Il ne manque pas de travail à faire, et une grande partie apportera des avantages matériels immédiats à la vie de la classe ouvrière. De la construction d’un million de maisons éconergétiques à la reconstruction des services publics et à l’investissement dans le système de santé, les avantages de ce type d’action climatique se feraient immédiatement sentir.

Au gouvernement, le parti travailliste a la possibilité de construire une base politique stable et à long terme qui lie sa fortune aux projets de décarbonation. L’une des propositions les plus prometteuses est une garantie d’emplois climatiques. Plutôt que de dissimuler la réduction des émissions derrière des incitations du marché, le parti travailliste pourrait garantir un bon emploi à tous ceux qui le souhaitent, en entreprenant le travail significatif et digne de décarbonation de notre économie et en se préparant à l’aggravation des impacts climatiques. En offrant des gains réels et matériels sous la forme de bons emplois et d’avantages à la communauté dans son ensemble, les travaillistes pourraient construire une base politique profondément engagée en faveur de la décarbonisation.

William Lawrence du Sunrise Movement aux États-Unis a présenté un argument similaire pour faire d’un Civilian Climate Corps (CCC) l’une des premières étapes de la mise en œuvre d’un Green New Deal :

Imaginez 1,5 million de jeunes en contact avec leurs communautés et leur environnement grâce à une expérience partagée d’emploi public digne. Imaginez ces 1,5 million de personnes goûter à la construction de la durabilité et de la résilience dans leurs villes natales. Imaginez des amis et des voisins enviant les travailleurs du CCC pour avoir l’occasion de travailler et de servir, et le voulant pour eux-mêmes. Dans ce monde, le changement climatique est plus que quelque chose à craindre ou à ignorer ; c’est une invitation à agir ensemble pour le bien commun.

Le travail doit changer sa façon de voir l’action climatique. Au lieu de le voir comme un risque à gérer, l’ALP doit considérer l’action climatique comme une opportunité de construire une coalition gouvernementale stable et à long terme.

En revenant à une politique de plein emploi et en la liant explicitement aux efforts de décarbonation, le parti travailliste pourrait montrer que l’action climatique profite actuellement de manière tangible et matérielle à la classe ouvrière. Pour développer l’infrastructure d’une garantie d’emploi climatique, les travaillistes pourraient se tourner vers l’ancien service d’emploi du Commonwealth pour s’inspirer et renationaliser les fournisseurs de services d’emploi existants, qui ne font actuellement guère plus que harceler les chômeurs sur le dollar public. Au lieu de forcer les travailleurs à accepter des emplois précaires et mal rémunérés entièrement dans le secteur privé, nous pourrions offrir aux gens un travail significatif contribuant à leur communauté. Les Australiens n’ont jamais été partisans de la privatisation et la reconstruction du secteur public a toujours bénéficié d’un large soutien politique.

En garantissant un travail digne dans un secteur public reconstruit qui s’attaque à la crise climatique, le Parti travailliste pourrait se placer sur un terrain politique solide pour résister à toute attaque que lui lancerait le lobby des combustibles fossiles. L’alternative – une modération technocratique inefficace et basée sur le marché – a gravement échoué sous Gillard. Au lieu de cela, le faible vote primaire du parti travailliste – et le vote des insurgés verts – devrait envoyer un message au gouvernement d’Albanese. Il est maintenant temps de mettre l’Australie au travail pour résoudre à la fois la crise climatique et la crise du coût de la vie, dans le cadre d’un service public reconstruit.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire