Pour reconstruire, le mouvement ouvrier devra organiser les jeunes travailleurs et les travailleurs à la tâche

0
106

DE

Dans la perspective des dernières élections fédérales de 2019, la campagne Changer les règles a fait un excellent travail pour mobiliser le mouvement et expliquer pourquoi les lois sont mauvaises et limitent le pouvoir des syndicats et des travailleurs. Cependant, c’était un argument technique qui ne se traduisait pas nécessairement pour les électeurs. Il a mis en évidence des problèmes importants tels que la stagnation des salaires et la précarité de l’emploi, qui peuvent tous être attribués en grande partie à nos lois du travail. Mais je pense que la campagne a laissé trop d’inexpliqués, donc les électeurs n’ont pas compris comment l’un se traduisait par un autre ou ce qui pouvait être fait à ce sujet. Les syndicats ont dit très peu, par exemple, sur ce à quoi ressembleraient réellement les négociations multiemployeurs ou à quoi ressembleraient les droits des travailleurs à la demande.

Les travaillistes avaient également un ambitieux programme de redistribution économique, du moins compte tenu du contexte politique de l’Australie au cours des vingt ou trente dernières années. Et cela n’a pas été calculé non plus pour une série de raisons. Maintenant, il semble y avoir de la nervosité politique à la fois chez les travaillistes et dans la direction du mouvement syndical à l’approche des élections de cette année. Après 2019, je pense que le parti travailliste et le mouvement optent pour une très petite stratégie ciblée. Des réformes telles que la négociation multi-employeurs nous aideraient à obtenir des augmentations de salaire supérieures à l’inflation – mais cela n’est pas vraiment envisagé. Je pense que cela signifie que si les travaillistes gagnent, nous devrions nous attendre à un programme assez restreint au cours du premier mandat. Il faudra peut-être attendre le second mandat d’un gouvernement travailliste pour que des réformes importantes des relations industrielles soient introduites.

Cela me ramène vraiment à la raison pour laquelle je voulais écrire le livre. Bien que le droit du travail soit très important, ce n’est que la moitié de l’histoire. Au-delà des élections et des modifications législatives, comment les syndicats vont-ils se reconstruire et entrer en contact avec de nouveaux membres et de jeunes travailleurs ? Que font les syndicats ? Comment innovent-ils ? Que ne font-ils plus ? Quels types de nouveaux modèles d’adhésion expérimentent-ils ? Ce sont les grands axes du livre. La plupart des électeurs ne sont pas intéressés par les arguments techniques sur les lois du travail – ils sont plus préoccupés par l’éducation, la crise des soins aux personnes âgées, l’intégrité au sein du gouvernement, le traitement des femmes et la préparation de la prochaine phase de la pandémie. De plus, dans cette élection, il ne suffira pas de se fier aux échecs du gouvernement actuel. Au lieu de cela, les travaillistes et le mouvement syndical doivent articuler un programme positif de changement.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire