Pour Taïwan, lire l’instant est essentiel

0
154

Par Ryan Hass

Il y a eu beaucoup de frénésie médiatique mondiale sur la sécurité de Taiwan ces dernières semaines. Les experts ont débattu des leçons que la Chine pourrait tirer des revers militaires russes en Ukraine. Les experts se sont enthousiasmés lorsque le président Joe Biden a déclaré à Tokyo que les États-Unis interviendraient militairement si Taiwan était attaqué. Pourtant, en dessous de cette mousse exubérante, les discussions politiques aux États-Unis, en Asie et en Europe sont restées relativement stables.

J’ai eu l’occasion d’interagir avec des hauts fonctionnaires et des diplomates de ces trois régions au cours des dernières semaines, ainsi qu’avec un éventail de dirigeants d’entreprises. Ils ont tous déclaré à l’unanimité qu’ils accordaient une attention accrue aux développements dans le détroit de Taiwan et réfléchissaient méthodiquement à la meilleure façon de s’adapter aux circonstances changeantes. Contrairement à ce que les gros titres des quotidiens suggèrent, cependant, ils n’envisagent pas de changements radicaux d’approche. Ils réagissent à l’évolution des circonstances en faisant l’équivalent d’ajuster un gradateur de lumière plutôt que d’actionner un interrupteur d’éclairage.

Certains experts américains craignent que l’Ukraine ne détourne les États-Unis de la préparation de la principale arène de conflit potentiel – l’Asie. Au début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, ils ont fait valoir que les États-Unis ne devaient pas se permettre de s’enliser dans un conflit européen qui n’impliquait pas les intérêts vitaux de l’Amérique. Ils ont plutôt suggéré que les États-Unis devraient accélérer la transition de leur concentration et de leurs ressources militaires vers l’Indo-Pacifique et renforcer la posture dissuasive des États-Unis contre la Chine.

Plutôt que de tourner le dos à l’Ukraine, cependant, l’administration Biden a joué un rôle de premier plan dans la mobilisation d’une coalition internationale pour repousser l’agression de la Russie. Les États-Unis et leurs partenaires ont imposé des sanctions punitives à la Russie et livré des armes défensives à l’Ukraine. Le président Biden a déclaré que l’Amérique avait un intérêt vital à assurer la paix et la stabilité de l’Europe. Il a identifié l’objectif de l’Amérique en Ukraine comme étant de voir une “Ukraine démocratique, indépendante, souveraine et prospère avec les moyens de dissuader et de se défendre contre de nouvelles agressions”.

La profondeur de l’engagement américain en Ukraine reflète la détermination de l’administration Biden à rester une puissance mondiale. Les États-Unis ne tourneront pas le dos à l’Europe pour concentrer leur concentration militaire en Asie. Au contraire, l’administration Biden estime que des liens transatlantiques solides renforcent la capacité de l’Amérique à faire avancer ses intérêts et à protéger ses valeurs dans le monde.

Rester ferme pour soutenir l’Europe n’équivaut pas à diminuer l’attention sur l’Asie. Au cours des dernières semaines seulement, le président Biden a accueilli pour la première fois des dirigeants de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) à Washington. Il s’est rendu à Séoul et à Tokyo, où il a rencontré des dirigeants du Groupement quadrilatéral (Australie, Inde, Japon, États-Unis), en plus de renforcer les relations bilatérales et trilatérales en Asie du Nord-Est. Il a lancé le cadre économique indo-pacifique. Fait important pour Taïwan, l’administration Biden s’est également engagée dans l’Initiative du 21St Century Trade, un nouvel effort pour sortir de l’impasse et revigorer les liens économiques entre les États-Unis et Taiwan. Le président Biden a également signé une loi pour faire pression pour le statut d’observateur de Taïwan à l’Assemblée mondiale de la santé et le secrétaire d’État Antony Blinken a rallié d’autres pays pour apporter leur soutien à la participation de Taïwan.

En d’autres termes, l’administration Biden approfondit ses investissements en Asie et se concentre davantage sur Taïwan. Plus Pékin a exercé de pression sur Taïwan, plus le soutien américain à Taïwan est devenu visible.

La déclaration du président Biden selon laquelle les États-Unis viendraient à la défense de Taïwan doit être comprise comme un aperçu de son état d’esprit, plutôt que comme le signal d’un changement de politique significatif. Biden tient clairement à défendre Taïwan et à dissuader l’agression de Pékin. Il n’est cependant pas un activiste qui cherche à modifier radicalement le statu quo à travers le détroit. Son administration reste déterminée à dissuader les changements unilatéraux au statu quo. Cette position américaine de longue date reflète l’orientation de l’Amérique sur le maintien de la paix et de la stabilité dans le détroit de Taiwan.

Le discours du secrétaire Blinken du 26 mai a fourni une articulation claire et bien coordonnée des intérêts américains concernant la Chine et Taiwan. La décision du Département d’État de mettre à jour son site Web sur la politique de Taiwan à la suite des remarques de Blinken reflète la nature autoritaire du discours.

Les capacités militaires croissantes de Pékin concentrent clairement les esprits à Washington, à Taipei et ailleurs sur la prise de mesures pour renforcer la dissuasion. Dans le même temps, je ne détecte pas d’enthousiasme à Washington ou ailleurs pour des changements spectaculaires dans les politiques gouvernementales à Taiwan, à moins d’une décision agressive de Pékin qui oblige les pays à réagir.

Compte tenu de cette dynamique, le meilleur moyen pour Taïwan d’obtenir un plus grand soutien international pour son autonomie politique, son dynamisme économique et sa dignité sur la scène mondiale est de continuer à démontrer qu’il est stable, fondé sur des principes et pratique dans son approche des tensions à travers le détroit. Plus Taïwan le fera, plus elle bénéficiera par contre de la pression de Pékin. Taïwan serait également bien servi en saisissant l’opportunité de l’Initiative du 21St Century Trade présente.

Une solide coalition de pays a déjà clairement indiqué l’importance de la paix et de la stabilité dans le détroit de Taiwan pour la sécurité et la prospérité mondiales. Les intérêts des États-Unis, de l’Europe, du Japon et d’autres pays dicteront leur implication supplémentaire dans les questions inter-détroit si Pékin intensifie encore les tensions.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire