Pourquoi la chanson de l’humoriste israélien “Dubai Dubai” est devenue virale dans le monde arabe

0
139

Il est rare qu’une chanson israélienne devienne virale dans le monde arabe, mais tel était le pouvoir de la récente satire du comédien Noam Shuster-Eliassi, “Dubai, Dubai”.

Peut-être était-ce parce qu’elle chantonnait dans un arabe impeccable. Plus probablement, c’était à cause de ses punchlines mordantes sur la façon dont Israël et les Émirats arabes unis ont ces dernières années relations normalisées au détriment des Palestiniens.

Pendant des décennies, les pays arabes n’entretenaient pas de relations diplomatiques avec Israël tant que les droits et l’autodétermination des Palestiniens sous occupation israélienne n’étaient pas réalisés. Mais les Émirats, qui avaient tranquillement développé des liens économiques et militaires avec Israël, ont violemment rompu avec cette convention.

En 2020, l’administration Trump a dirigé les accords d’Abraham, une série de victoires diplomatiques qu’Israël a signées avec les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Maroc et le Soudan. Les boosters les ont célébrés comme une percée. C’était la première fois qu’Israël établissait de nouveaux liens avec des États arabes depuis qu’il avait fait la paix avec le royaume voisin de Jordanie en 1994 et l’Égypte en 1979.

« Dubaï, Dubaï » est l’un des exemples les plus publics et les plus crus d’un satiriste ridiculisant l’accord, puisque les Émirats arabes unis ne tolèrent pas la dissidence et que leur pouvoir au Moyen-Orient a étouffé d’autres critiques publiques. C’est ainsi qu’un numéro israélien est devenu une sensation arabe improbable.

Shuster-Eliassi plaisante en disant qu’il est plus facile pour Israël de faire la paix avec un pays à 2 500 kilomètres qu’avec les Palestiniens d’à côté. “A Dubaï, ils ont oublié le siège de Gaza”, chante-t-elle. “Comme ce serait bien si seulement tous les Arabes venaient de Dubaï.”

Sa performance de style Eurovision – avec des chanteurs de secours encadrés par des vues aériennes spectaculaires de la mégalopole du golfe Persique – met une mélodie pop accrocheuse sur des paroles incongrues et sarcastiques.

“Dubaï, Dubaï” a résonné. La chanson, écrite par Razi Najjar pour un spectacle comique ce mois-ci sur le réseau arabe israélien Makan, a été repris par le géant régional de la télévision Al Jazeera et les organes d’information arabes, puis ont voyagé sur les réseaux sociaux. Les partages et les retweets ont comblé un vide dans le domaine par ailleurs riche de la satire arabe.

Les détracteurs de l’accord ont noté que dans les accords d’Abraham, Israël n’a fait qu’officialiser les contacts déjà existants avec les gouvernements autocratiques, et que les millions de personnes dans ces pays arabes n’ont pas eu leur mot à dire. Des hommes d’affaires, des influenceurs des médias sociaux et certains touristes font désormais la navette entre Israël et les Émirats arabes unis, mais il s’agit d’une paix froide forgée en grande partie autour des inquiétudes partagées des deux pays concernant la puissance régionale de l’Iran et ses intérêts dans l’échange de technologie et de financement. Les sondages suggèrent que de nombreux Arabes s’opposent à la normalisation des relations avec Israël, mais ont peur d’exprimer ces opinions.

Mais malgré cette antipathie et une histoire texturée de la satire arabe, relativement peu de blagues, de dessins animés ou de mèmes sur les accords d’Abraham sont apparus dans les médias arabes. Ceux qui prennent position, comme un caricaturiste jordanien qui s’est moqué de l’accord, ont été censurés ou arrêtés, ce qui a refroidi davantage le discours.

Une grande partie de cela est liée à l’immense influence que les Émirats arabes unis exercent au Moyen-Orient, où de nombreux pays dépendent de ses largesses financières. Dubaï, l’un des six États-nations des Émirats, est une monarchie absolue répressive dotée d’un pouvoir régional. Ainsi, les voix dissidentes aux Emirats et chez les partenaires du pays ont été largement absentes. “Personne ne peut le dire directement, alors cette chanson a donné à chacun la possibilité d’exprimer ce qu’il ressent sans qu’il le dise”, a déclaré Khalid Albaih, un dessinateur soudanais qui vit au Qatar.

Shuster-Eliassi veut attirer l’attention sur la situation désastreuse en Palestine. « Mes amis palestiniens souffrent et nous souffrons à cause de la situation ici », m’a-t-elle dit. “Au cours de l’histoire, je ne serais pas disposé à figurer parmi les personnes qui se sont contentées de garder le silence sur ces questions.”

Pouvez-vous vous exprimer à Dubaï ?

Le monde arabe a une longue histoire de caricatures éditoriales et un riche héritage de satiristes s’attaquant aux puissants, y compris des humoristes qui ont trouvé des moyens de se moquer d’Israël et de sa politique sans entrer en territoire antisémite. Mais leur silence relatif sur cette question indique une tendance plus large.

Les lignes rouges sont floues. Le site Al-Hudood, la réponse arabe à l’Oignon, fait la satire des Emirats, mais ses auteurs restent anonymes. Bien que certains caricaturistes, en particulier des Palestiniens, aient publié de fortes piques sur les accords d’Abraham, de telles perspectives ont été refusées aux plus grandes plateformes médiatiques du monde arabe.

Les capitales financières mondiales de Dubaï et d’Abu Dhabi aux Émirats arabes unis sont synonymes de luxe, de célébrité et de richesse. Mais ni l’un ni l’autre ne font partie d’une démocratie. Les Emirats Arabes Unis n’ont pas de presse libre ni de liberté d’expression ; tandis que le pays a récemment réformé certains aspects de son lois pénales et financières, il n’y a pas eu de réforme politique.

En réponse au rétablissement de la paix avec Israël, des manifestants sont descendus dans les rues du petit royaume de Bahreïn et des exilés émiratis ont préparé des pétitions et organisé des séminaires. “Il y avait une opposition aux accords d’Abraham”, a déclaré Dana El Kurd, spécialiste de l’autoritarisme à l’Université de Richmond. “Mais aux Emirats, c’est tellement bien contrôlé que les gens ne peuvent pas vraiment s’opposer.”

Il est fondamentalement illégal de se moquer des dirigeants émiratis. Des lois rédigées en termes vagues interdisent « la propagande perturbatrice visant à porter atteinte à la sécurité publique, à semer la peur parmi les gens ou à nuire à l’intérêt public ». Même les blagues du poisson d’avril sont interdites. Le gouvernement a fermé des espaces qui avaient longtemps encouragé les voix indépendantes, comme les syndicats étudiants et les groupes islamistes. Des militants, comme le défenseur de la démocratie Ahmed Mansoor, siègent dans les prisons du pays.

Ceux qui ont dénoncé les relations entre les Émirats et Israël ont subi des conséquences. Après avoir pris la parole, la poétesse Dhabiya Khamis a été interdite de voyage. L’année dernière, le dissident Hamad al-Shamsi et d’autres exilés ont créé l’Union de résistance des Émirats arabes unis contre la normalisation. Le gouvernement les a ensuite qualifiés de «terroristes» et le groupe ne peut pas se réunir à l’intérieur du pays. “Cette atmosphère de peur imposée par le gouvernement a empêché les Emiratis d’exprimer leur véritable position sur la normalisation avec Israël”, a écrit al-Shamsi.

“Vous ne pouvez pas critiquer le gouvernement des Emirats”

Les risques sont réels pour les Émiratis, et les blagues sur les accords d’Abraham ont également été restreintes dans d’autres pays arabes.

En août 2020, l’éminent caricaturiste jordanien Emad Hajjaj a dessiné une caricature des Émirats échangeant la paix contre des avions de chasse israéliens. Dans le dessin animé, des excréments de colombe se posent sur le visage d’un Emirati qui ressemble beaucoup au prince héritier d’Abu Dhabi. L’image a été considérée comme illégale en vertu de la loi antiterroriste jordanienne pour « relations troublantes » avec un pays partenaire.

Après plusieurs jours en prison lors d’une vague de Covid-19 dans son pays, Hajjaj a été libéré, mais l’arrestation a néanmoins envoyé un message fort.

Hajjaj m’a dit que maintenant il ne s’y risquerait plus car le petit pays de Jordanie dépend des Emirats financièrement et politiquement. “Un caricaturiste jordanien critiquant Emirates ne sera malheureusement pas toléré”, a-t-il déclaré. « Vous ne pouvez pas critiquer le gouvernement des Emirats.

Il souhaite que la chanson « Dubaï, Dubaï » soit diffusée dans tout le monde arabe.

Shuster-Eliassi était anxieux quand je lui ai parlé. Des membres israéliens de droite du Parlement israélien avaient porté plainte contre la chaîne de télévision pour avoir diffusé “Dubaï, Dubaï”, et elle a déclaré qu’en raison de complications sur la chaîne, son sketch pour l’émission de jeudi dernier avait été suspendu.

Elle comprend que la réponse en sourdine aux accords entre Israël et les Émirats arabes unis est en grande partie due aux restrictions d’expression. La chanson est sous-titrée en arabe, en anglais et en hébreu, dit-elle, pour s’assurer qu’elle puisse toucher tout le monde, en particulier “les gens qui ne sont pas d’accord avec moi” et ceux “qui ont des pensées critiques sur ce qui se passe, mais ils sont incapables de dire ce.”



La source: www.vox.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire