Le Pentagone professe le choc (le choc !) que les soldats américains tuent fréquemment des civils

0
134

Le secrétaire à la Défense Lloyd Austin prend la parole lors d’une conférence de presse au Pentagone à Arlington, en Virginie, le 28 janvier 2022.

Photo : Alex Wong/Getty Images

Le Pentagone est pas connu pour mettre en scène des reprises de films classiques, mais il vient de reconstituer une scène célèbre de “Casablanca”.

Le secrétaire à la Défense Lloyd Austin – après des mois de reportages sur des civils tués par des bombes américaines, y compris la mort de sept enfants et trois adultes dans une attaque de drone à Kaboul – vient de publier une directive visant à réduire ce que l’armée décrit traditionnellement comme des dommages collatéraux. “Nous pouvons et allons améliorer les efforts pour protéger les civils”, a promis Austin cette semaine. “La protection des civils innocents dans la conduite de nos opérations reste vitale pour le succès ultime de nos opérations, et constitue un impératif stratégique et moral important.”

Sa directive de deux pages appelle à la création d’un “plan de réponse aux préjudices civils et d’atténuation” en 90 jours qui définira une approche globale pour améliorer la formation du personnel militaire et la collecte et le partage de données, afin que les mauvaises personnes ne le fassent pas. je ne me fais pas tuer si souvent. Il a également ordonné la création d’un “centre d’excellence de protection civile” vaguement défini pour institutionnaliser les connaissances nécessaires pour prévenir les homicides injustifiés. L’idée sous-jacente est que la culture militaire sera modifiée afin que la protection des civils soit un objectif central.

Si vous étiez juste à l’écoute de la catastrophe des guerres éternelles de l’Amérique, vous pourriez être impressionné par la directive d’Austin, de la même manière que vous pourriez être impressionné par le capitaine Louis Renault dans “Casablanca” quand il a fermé le Rick’s Café parce que, choquant, le jeu était qui se passe au casino. L’horreur de Renault était feinte, bien sûr. Il était un visiteur régulier du café, et après avoir dénoncé le jeu, il a reçu ses gains pour cette nuit-là.

Ce n’est pas comme si le Pentagone agissait – ou faisait semblant d’agir, comme c’est beaucoup plus probable – parce que des abus sur le champ de bataille avaient soudainement été portés à son attention. Depuis le début, l’une des caractéristiques des guerres de l’après-11 septembre a été le meurtre largement rapporté de civils par les forces américaines. Ces choses ont été révélées dans leurs moindres détails année après année par des générations de journalistes (j’ai même en a fait un peu pendant l’invasion de l’Irak), ainsi que des organisations à but non lucratif et des dénonciateurs militaires comme Chelsea Manning et Daniel Hale.

Il y a même eu un chœur d’admissions à contrecœur par le Pentagone qui remonte à plus d’une décennie. En 2010, les chefs d’état-major interarmées ont achevé leurÉtude conjointe sur les victimes civiles.” En 2013, un bureau du Pentagone appelé Joint and Coalition Operational Analysis a publié un rapport intitulé “Reducing and Mitigating Civilian Casualties: Enduring Lessons”. La chose remarquable à propos de ce rapport de 2013 – autre que le fait qu’il incluait la plupart des remèdes mentionnés par Austin cette semaine – était qu’il contenait une liste d’une douzaine d’autres rapports sur les victimes civiles que le JCOA avait publiés à lui seul au cours des cinq années précédentes.

Et cinq ans plus tard, en 2018, les chefs d’état-major ont achevé un autre rapport classifié sur les victimes civiles. Le Washington Post, qui a révélé son existence, a décrit ce rapport comme « un examen majeur des morts civiles dans les opérations militaires, répondant aux critiques selon lesquelles [the Pentagon] n’a pas réussi à protéger les passants innocents dans les guerres antiterroristes à travers le monde. Semble familier? Et ce rapport secret est venu deux ans après que le président Barack Obama a publié un décret exécutif qui stipulait que l’armée tuait trop de civils et devait prendre une série de mesures pour changer cela.

Les protestations de déception du Pentagone face à ce qui s’est passé, et ses promesses de faire mieux, sont les confettis standards de l’insincérité.

Tu obtiens le point. Les protestations de déception du Pentagone face à ce qui s’est passé, et ses promesses de faire mieux, sont les confettis standards de l’insincérité. À bien des égards, cela ressemble aux dirigeants de Facebook exprimant leur consternation et leurs regrets face à certaines des façons dont leur plate-forme a été utilisée et abusée, et promettant de faire un meilleur travail. La chose importante à surveiller n’est pas ce que les institutions puissantes promettent de faire, mais ce qu’elles font réellement. Et quand ils ne font rien après avoir promis à maintes reprises de faire des changements, vous seriez stupide de considérer leur dernier vœu comme significatif.

“Alors qu’une attention sérieuse du ministère de la Défense sur les dommages civils est attendue depuis longtemps et bienvenue, il n’est pas clair que cette directive suffira”, a noté Hina Shamsi, directrice du projet de sécurité nationale de l’American Civil Liberties Union. “Ce qu’il faut, c’est une refonte véritablement systémique des politiques de notre pays en matière de dommages civils pour remédier aux énormes défauts structurels, aux violations probables du droit international et aux crimes de guerre probables qui se sont produits au cours des 20 dernières années.”

Le meilleur modèle pour comprendre l’endurance des échecs du Pentagone en matière de victimes civiles pourrait être son bilan en matière de lutte contre les abus sexuels dans ses rangs. C’est un problème qui existe depuis toujours mais qui a fait un bond dans le domaine public de manière particulièrement forte avec le scandale Tailhook de 1991, lorsque 83 femmes et sept hommes ont été agressés sexuellement lors d’une conférence de la Marine à Las Vegas. Depuis lors, l’armée n’a cessé de promettre de faire tout son possible pour lutter contre les abus sexuels. Les études, les plans et les audiences ne manquent pas, mais le problème persiste, près d’une femme militaire sur quatre signalant une agression sexuelle dans des études récentes et plus de la moitié signalant un harcèlement sexuel.

Il y a maintenant l’espoir d’un réel changement après que le Congrès a finalement adopté une loi en décembre qui transfère à des procureurs militaires indépendants le pouvoir de poursuivre les affaires d’agression sexuelle. En vertu d’un décret signé par le président Joe Biden cette semaine, le harcèlement sexuel a également été ajouté comme un crime au Code uniforme de justice militaire. Ces mouvements sont intervenus plus de trois décennies après Tailhook.

Ce serait bien si nous pouvions nous épargner une autre décennie ou deux de rapports peu sincères du Pentagone et passer au jour où les commandants n’auront plus la capacité de protéger leurs subordonnés, et eux-mêmes, en empêchant les poursuites après que des civils aient été imprudemment tués. . (Aucune mesure disciplinaire n’a été prise contre un soldat après l’attentat au drone de Kaboul, par exemple.) Mais ce jour est probablement loin, surtout lorsque l’actuel secrétaire à la Défense est un ancien général qui a commandé pendant de nombreuses années les troupes américaines en Irak et Afghanistan.

En attendant, il y a une chose que Biden pourrait faire qui montrerait que le gouvernement est un peu sérieux quant à la réduction des pertes civiles. Daniel Hale, qui a plaidé coupable d’avoir divulgué des documents militaires classifiés révélant l’ampleur des meurtres de civils par des drones américains, purge actuellement une peine de 45 mois pour avoir enfreint la loi sur l’espionnage. Il devrait être gracié, pour démontrer qu’il était terriblement mal de punir quelqu’un qui a tenté d’empêcher le meurtre d’innocents.

“J’ai volé quelque chose qui ne m’appartenait jamais – une vie humaine précieuse”, a déclaré Hale lors de sa condamnation. « Je ne pouvais pas continuer à vivre dans un monde dans lequel les gens prétendent qu’il ne se passe rien qui se passe. S’il vous plaît, votre honneur, pardonnez-moi d’avoir pris des papiers au lieu de vies humaines.



La source: theintercept.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire