Pourquoi la “diplomatie du piège de la dette” chinoise est un mensonge

0
85

Cette histoire a été initialement publiée dans Liberation News le 19 décembre 2022. Elle est partagée ici avec permission.

Les politiciens américains et les médias d’entreprise promeuvent souvent le récit selon lequel la Chine attire les pays en développement dans des prêts prédateurs à taux d’intérêt élevé pour construire des projets d’infrastructure dans le cadre de son initiative “la Ceinture et la Route” (BRI). Selon l’histoire, la Chine prévoit que le pays emprunteur fera défaut sur ce prêt, afin qu’il puisse ensuite saisir cet actif afin d’étendre son influence militaire ou géostratégique – preuve de la soi-disant colonisation du Sud global par la Chine.

Le concept de «diplomatie du piège de la dette» chinoise trouve ses origines dans un article universitaire de 2017 publié par un groupe de réflexion du nord de l’Inde décrivant le financement par la Chine du port de Hambantota au Sri Lanka. Le concept a ensuite été repris par deux étudiants diplômés de Harvard en 2018, lorsqu’ils ont publié un article accusant la Chine de “diplomatie du livre de la dette” et de “tirer parti de la dette accumulée pour atteindre ses objectifs stratégiques”. Cet article a ensuite été largement cité par les publications médiatiques, l’idée de «pièges à dette» chinois s’est infiltrée dans les cercles de Washington et du renseignement, et peu de temps après, en novembre 2018, une recherche Google de l’expression «diplomatie du piège de la dette» a généré près de deux millions résultats.

À présent, l’accusation de «diplomatie du piège de la dette» est devenue bipartite: les administrations Trump et Biden l’ont colportée, et elle a été encore avancée par des organisations telles que la US International Development Finance Corporation et des médias d’entreprise comme Le New York Times, Le Washington Postet La colline.

Dans un cas flagrant, BBC News a même édité une interview avec Deborah Bräutigam – une universitaire connue pour son travail contestant la validité du mythe chinois de la «diplomatie du piège de la dette» – pour n’inclure que son explication du mythe lui-même, omettant toutes les preuves qu’elle a citées contre cela, amenant les auditeurs à croire que Bräutigam affirmait en fait que le concept était vrai.

PROBLÈMES AVEC LE MYTHE DE LA « DIPLOMATIE DU PIÈGE DE LA DETTE »

Généralement, il y a trois problèmes avec ce mythe de la « diplomatie du piège de la dette ».

Le premier problème est que ce mythe suppose que la Chine dicte unilatéralement les projets de l’initiative “la Ceinture et la Route” pour inciter d’autres pays à contracter ces prêts prédateurs. En réalité, le financement du développement chinois est largement axé sur les bénéficiaires par le biais d’interactions et d’accords bilatéraux. Les projets d’infrastructure sont déterminés par le pays bénéficiaire, et non par la Chine, en fonction de ses propres intérêts économiques et politiques.

Le deuxième problème avec le récit est qu’il repose sur l’hypothèse que c’est la politique chinoise d’avancer des prêts prédateurs avec des termes et conditions onéreux pour piéger les pays dans l’endettement. En réalité, la Chine accorde souvent des prêts à des taux d’intérêt assez bas et est souvent disposée à restructurer les conditions des prêts existants pour être plus favorables au pays emprunteur, voire même à renoncer complètement aux prêts. En fait, en août 2022, le gouvernement chinois annoncé il renonçait à 23 prêts sans intérêt dans 17 pays africains. Auparavant, entre 2000 et 2019, la Chine avait également restructuré un total de 15 milliards de dollars de dette et annulé 3,4 milliards de dollars de prêts qu’elle avait accordés aux pays africains.

Et enfin, le troisième problème avec ce récit de la diplomatie du piège de la dette est que malgré ce qu’elle prétend, la Chine n’a jamais saisi un actif parce qu’un pays a fait défaut sur un prêt.

LE PORT DE HAMBANTOTA AU SRI LANKA

Le port de Hambantota au Sri Lanka a été l’un des premiers exemples de la soi-disant «diplomatie du piège de la dette» chinoise. L’histoire conventionnelle raconte que le Sri Lanka voulait construire un port sur sa côte sud dans le village de Hambantota, dans le cadre de la BRI. Les banques chinoises ont ensuite accordé au Sri Lanka ces prêts prédateurs pour construire le port en supposant que le gouvernement ferait défaut, permettant à la Chine de s’emparer du port en échange d’un allégement de la dette et d’y créer un avant-poste naval chinois.

Comme le financement du développement chinois est généralement axé sur les bénéficiaires, le port a été proposé par le gouvernement sri-lankais, et non par la Chine, et le port était un plan que le pays avait depuis plusieurs décennies, bien avant la BRI. En fait, le gouvernement sri-lankais avait d’abord approché l’Inde et les États-Unis pour financer le port. Après que les deux pays ont dit non, il a ensuite approché la Chine. Une entreprise de construction chinoise, China Harbour Group, a remporté le contrat et une banque chinoise a accepté de le financer. Ainsi, non seulement le port de Hambantota n’était pas une proposition chinoise au départ, mais tout cela s’est produit en 2007 – six ans avant même le lancement de la BRI.

Un autre problème lié à la définition de cette «diplomatie chinoise du piège de la dette» est que le fardeau de la dette du Sri Lanka n’était dû qu’en petite partie aux prêts chinois. En 2017, le Sri Lanka avait plus de 50 milliards de dollars de dette extérieure, dont seulement 9 % appartenaient à la Chine. En fait, la dette du Sri Lanka a été principalement contractée par l’emprunt de prêts occidentaux – le gouvernement devait plus à la Banque mondiale et au Japon qu’à la Chine. Et en raison de l’endettement du Sri Lanka, le gouvernement a organisé un plan de sauvetage par l’intermédiaire du Fonds monétaire international. Le port de Hambantota s’est alors avéré être un échec commercial, de sorte que le gouvernement sri-lankais a également décidé de le louer à une entreprise expérimentée afin d’utiliser cet argent pour rembourser sa dette. Le gouvernement de Mahinda Rajapaksa, alors président, a d’abord approché des entreprises indiennes et japonaises, qui ont toutes rejeté l’offre. Il a ensuite négocié avec China Merchants Ports Holdings, une entreprise publique chinoise, pour louer le port pendant 99 ans en échange de 1,12 milliard de dollars, qu’il a utilisé pour rembourser d’autres dettes.

En d’autres termes, il n’y a pas eu d’échange de dettes contre des actifs ici, comme le dit l’histoire – ce qui est arrivé au port n’était pas du tout une “saisie”, mais plutôt une braderie pour lever des fonds, permettant au Sri Lanka de rembourser d’autres dettes et régler d’autres problèmes.

Enfin, beaucoup affirment que la Chine s’est emparée du port de Hambantota à des fins militaires. Aux États-Unis, le vice-président de l’époque, Mike Pence, a même exprimé sa crainte que le port ne devienne “bientôt une base militaire avancée pour la marine chinoise en plein essor”. Cela ne s’est jamais produit. Les diplomates et politiciens sri-lankais ont insisté sur le fait que la Chine utilisant le port comme base navale n’a jamais été évoquée dans leurs entretiens avec Pékin, avec Karunasena Kodituwakku, l’ambassadeur du Sri Lanka en Chine, déclarant même sans ambages dans une interview : « La Chine ne nous l’a jamais demandé. Nous ne l’avons jamais proposé. » Les navires de la marine chinoise ne sont pas autorisés à utiliser le port – il est réservé au commandement naval du Sri Lanka.

Plus récemment, à partir de mars 2022, le Sri Lanka a connu des manifestations de masse alors que les gens descendaient dans la rue, frustrés par les pénuries de carburant et la hausse du coût des produits de première nécessité. Encore une fois, les médias occidentaux tels que Le Washington PostCNBC et l’Associated Press, parmi tant d’autres, ont profité de l’occasion pour accuser les prêts chinois d’avoir plongé le Sri Lanka dans la crise économique.

Détourner le blâme du rôle du FMI, Le journal de Wall Street a même appelé la Chine « le plus grand créancier du Sri Lanka » et a fait valoir que ses politiques de prêt « avaient contribué à créer » la crise pour commencer. Mais, encore une fois, c’est faux. En 2021, 81% de la dette du Sri Lanka appartenait à des institutions financières occidentales et à des alliés occidentaux comme le Japon et l’Inde. Moins de 10% appartient à Pékin. En effet, à cette époque, le FMI à lui seul avait accordé 16 fois des prêts au Sri Lanka, les restructurant continuellement en période de crise économique au profit de ses créanciers. Il n’y a pas de « piège de la dette » chinois ici — ce sont les prêts des institutions financières occidentales et l’austérité forcée et la néolibéralisation de l’économie qui ont créé la crise au Sri Lanka.

AÉROPORT INTERNATIONAL D’ENTEBBE EN OUGANDA

En novembre 2021, le journal national ougandais, le Moniteur quotidien, a publié un article avec le titre “L’Ouganda cède des actifs clés contre de l’argent chinois”. L’article affirmait qu’à moins que certaines dispositions du contrat d’agrandissement de l’aéroport international d’Entebbe en Ouganda ne soient renégociées, le pays risquait d’être contraint de le céder si le prêt n’était pas remboursé. Le prêt en question s’élevait à 207 millions de dollars à 2% d’intérêt de l’Export-Import Bank of China accordé à l’Ouganda pour l’agrandissement de l’aéroport, qui est un projet dans le cadre de la BRI.

Le titre est devenu viral, avec Le spectacle quotidien diffusant même un segment couvrant l’histoire comme le dernier exemple supposé de la «diplomatie du piège de la dette» de la Chine, et il a également été repris par Le journal de Wall Street et celle de l’Inde Période économiquele premier affirmant qu ‘”une clause dans un accord avec la nation africaine a suscité un débat sur la question de savoir si le pays a cédé le contrôle financier de l’aéroport international d’Entebbe”.

Mais selon l’analyse d’AidData, qui a obtenu une copie du contrat, l’aéroport n’était même pas une source de garantie que le prêteur pouvait saisir en premier lieu ! Ce que les conditions de l’accord exigeaient, c’était que la garantie en espèces soit placée sur un compte séquestre séparé qui pourrait ensuite être saisi en cas de défaut – une clause assez courante pour le financement de projets internationaux.

L’histoire virale a même conduit Vianney M. Luggya, porte-parole de l’Autorité ougandaise de l’aviation civile, à nier les allégations de plans chinois visant à s’emparer de l’aéroport.

Malgré toutes les preuves du contraire, cela n’a pas empêché les sources médiatiques de faire tourner leurs propres récits.

LE VRAI PIÈGE DE LA DETTE

Il est clair que la « diplomatie du piège de la dette » chinoise est un récit américain avancé pour masquer ses propres politiques impérialistes, pour détourner l’attention du FMI et de la Banque mondiale. posséder pratique consistant à pousser les prêts prédateurs avec des taux d’intérêt exorbitants vers les pays du Sud. Les prêts chinois sont accordés pour des projets d’infrastructure, qui sont essentiels au développement d’un pays – ils ne sont pas liés à des projets de privatisation et à un ajustement structurel comme le sont les prêts du FMI et de la Banque mondiale.

En effet, les prêts du FMI et de la Banque mondiale sont accordés sous conditions de privatisation des secteurs publics, d’éviscération des programmes de protection sociale et de libéralisation du commerce pour enrichir les intérêts capitalistes occidentaux. Les taux d’intérêt prédateurs garantissent que ces prêts ne pourront jamais être remboursés, maintenant les pays emprunteurs pauvres et les enfermant dans un état de sous-développement, pour assurer davantage de pillage et d’extraction de ressources aux mains de ces mêmes capitalistes occidentaux. C’est le véritable piège de la dette.

Source: https://therealnews.com/why-chinese-debt-trap-diplomacy-is-a-lie

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 5 / 5. Décompte des voix : 1

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire