Pourquoi la Russie envahit-elle l’Ukraine ? La rhétorique « nazie » de Poutine révèle ses terrifiants objectifs de guerre.

0
181

Alors que les bombes russes frappent l’Ukraine et que ses soldats affluent sur le territoire ukrainien, la question qui préoccupe tout le monde est : pourquoi ? Qu’est-ce que la Russie espère accomplir avec une invasion massive ?

Le président russe Vladimir Poutine a donné sa version d’une réponse dans son discours télévisé mercredi soir, annonçant une “opération militaire spéciale” dont “le but est de protéger les personnes qui ont été abusées par le génocide du régime de Kiev pendant huit ans”. En fin de compte : “Nous nous efforcerons de démilitariser et de dénazifier l’Ukraine, ainsi que de traduire en justice ceux qui ont commis de nombreux crimes sanglants contre des civils.”

À première vue, cela semble détaché de la réalité. Il n’y a pas de génocide en cours en Ukraine. Bien qu’il existe des milices fascistes alignées sur le gouvernement en Ukraine, celles qui ont gagné en influence depuis le soulèvement pro-occidental d’Euromaïdan en 2013, le gouvernement ukrainien lui-même n’est même pas proche d’un régime nazi. Le président du pays, Volodymyr Zelensky, est juif ; il parle fièrement de la façon dont son grand-père juif a combattu l’armée d’Hitler.

Mais avec cette rhétorique apparemment absurde, Poutine jette les bases de la propagande pour le renversement du gouvernement ukrainien.

« C’est une opération militaire aux visées de guerre maximalistes, dont [ultimate] le but est un changement de régime », écrit Michael Kofmandirecteur des études russes au groupe de réflexion CNA.

Les services de renseignement américains ont averti que Poutine avait l’intention de renverser le gouvernement ukrainien, de rassembler d’éminents Ukrainiens « pour les tuer ou les envoyer dans des camps », et d’installer un régime fantoche à Kiev. Quand Poutine parle de « dénazification » et « d’amener [Ukrainians] à la justice », c’est exactement ce qu’il veut dire.

Le mot « démilitarisation » fait allusion aux vraies raisons pour lesquelles il est prêt à le faire : qu’il souhaite mettre fin au statut de l’Ukraine en tant qu’État souverain indépendant.

Poutine pense que l’Ukraine est un pays illégitime qui existe sur une terre qui est historiquement et légitimement russe. La volonté de Zelensky de s’éloigner de Moscou et de se diriger vers l’Occident est, dans l’esprit de Poutine, une tentative de légitimer le faux régime de Kiev. L’existence d’un régime anti-russe dans ce qu’il considère comme un territoire légitimement russe peuplé par un peuple légitimement russe est inacceptable pour lui – si inacceptable qu’il est prêt à mener une guerre coûteuse et sanglante à son sujet.

“L’Ukraine aurait pu rester un État souverain tant qu’elle avait un gouvernement pro-Poutine”, explique Seva Gunitsky, politologue à l’Université de Toronto qui étudie la Russie. “La réunification formelle des terres n’aurait probablement pas été au premier plan de l’ordre du jour si Poutine avait estimé qu’il avait suffisamment de soutien politique de la part du régime ukrainien.”

Ainsi, parler de « dénazification », s’il est absurde sur le plan factuel, n’en est pas moins révélateur. Cela nous dit que Poutine agit sur sa conviction de longue date que le gouvernement ukrainien n’a pas le droit d’être indépendant. Il fait allusion à son objectif ultime : transformer l’Ukraine en un vassal d’un nouvel empire russe.

Un homme est assis devant son immeuble détruit après les attentats à la bombe contre la ville de Chuguiv, dans l’est de l’Ukraine, le 24 février.
Aris Messinis / AFP via Getty Images

Les pompiers travaillent pour éteindre un incendie dans un bâtiment bombardé par les Russes à Chuguiv.
Aris Messinis / AFP via Getty Images

La vision du monde nationaliste derrière la guerre de Poutine

Poutine a exposé des éléments clés de sa pensée dans des déclarations au fil des ans, allant d’une déclaration de 2005 selon laquelle “l’effondrement de l’Union soviétique était une catastrophe géopolitique majeure” à un essai de 5 000 mots sur l’histoire ukrainienne publié l’année dernière. Mais sa formulation la plus pertinente, aux fins de comprendre l’invasion actuelle, est venue d’un discours incendiaire sur la politique ukrainienne prononcé lundi.

Le discours était apparemment une justification de sa décision de reconnaître l’indépendance des régimes sécessionnistes pro-russes dans les provinces ukrainiennes orientales de Donetsk et Lougansk. Mais c’était aussi une longue dissertation sur les griefs nationalistes, que les experts russes considéraient largement comme un guide authentique de ses motivations pendant la crise ukrainienne.

“Je suis convaincue que Poutine ‘parlait du fond du cœur'”, a déclaré Alina Polyakova, présidente du groupe de réflexion du Centre d’analyse des politiques européennes.

L’affirmation centrale du discours est que l’Ukraine et la Russie sont, en termes historiques, essentiellement inséparables.

« L’Ukraine n’est pas seulement un pays voisin pour nous. C’est une partie inaliénable de notre propre histoire, de notre culture et de notre espace spirituel », a-t-il déclaré, selon la traduction officielle du Kremlin. “Depuis des temps immémoriaux, les habitants du sud-ouest de ce qui a toujours été la terre russe se sont appelés Russes.”

Ce que nous appelons maintenant l’Ukraine, dit-il, “a été entièrement créée par la Russie ou, pour être plus précis, par la Russie communiste bolchevique”. Dans ce récit douteux, un trio des premiers dirigeants soviétiques – Lénine, Staline et Khrouchtchev – a découpé des terres loin de la Russie et de plusieurs nations voisines pour créer une république distincte et anhistorique appelée Ukraine. La création de l’Ukraine et des autres républiques soviétiques était une tentative de gagner le soutien des « nationalistes les plus zélés » à travers l’Union soviétique – aux dépens de l’idée historique de la Russie.

Dans le discours, il utilise une métaphore révélatrice sur ces questions : « le virus du nationalisme ». Le nationalisme ukrainien, selon lui, est une infection introduite dans l’hôte russe par les bolcheviks ; lorsque l’Union soviétique s’est effondrée et que des républiques allant de l’Ukraine à l’Estonie en passant par la Géorgie ont déclaré leur indépendance, le virus a tué son hôte.

Le récit de Poutine est une histoire tordue : il est tout simplement incorrect de dire que l’Ukraine n’a pas d’identité nationale indépendante distincte de la Russie. “Poutine n’est pas un historien”, écrit Timothy Snyder, historien de l’Europe de l’Est à l’université de Yale, dans le Financial Times.

Quoi qu’il en soit, Poutine considère les anciennes républiques soviétiques – et, surtout, l’Ukraine – comme des parties de la Russie arrachées à tort à la mère patrie. En conséquence, il ne peut pas voir l’Ukraine post-soviétique comme un vrai pays ; selon lui, il n’y a pas d’histoire réelle ni de tradition nationale pour l’unir. Au lieu de cela, il y voit un terrain de jeu pour les oligarques qui déploient la démagogie anti-russe comme écran de fumée pour leur corruption.

“Les autorités ukrainiennes – je tiens à le souligner – ont commencé par construire leur État sur la négation de tout ce qui nous unissait”, dit-il.

Le contrôle russe sur l’Ukraine, soutient-il, a été remplacé par un autre type de domination étrangère : celle de l’Occident. Après les manifestations d’Euromaïdan de 2013, qui ont renversé le dirigeant pro-russe Viktor Ianoukovitch, “l’Ukraine elle-même a été placée sous contrôle externe… une colonie avec un régime fantoche”.

L’implication de ce récit historique est que le gouvernement ukrainien, dans sa forme actuelle, est illégitime et intolérable.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, à l’avant, et ses homologues lituaniens Gitanas Nauseda, au centre, et polonais Andrzej Duda, à l’arrière, arrivent pour une conférence de presse conjointe à la suite de pourparlers à Kiev le 23 février.
Sergueï Supinsky/AFP via Getty Images

C’est illégitime parce que Poutine considère l’Ukraine comme une partie légitime de la Russie séparée purement par un accident de l’histoire. C’est intolérable parce que le gouvernement ukrainien cherche à se légitimer en courtisant le conflit avec la Russie, à la fois en opprimant ses russophones et en menaçant les frontières de la Russie. Dans son esprit, une Ukraine pro-occidentale pourrait servir de rampe de lancement soit pour une invasion de la Russie par l’OTAN, soit, de manière un peu plus plausible, pour un soulèvement populaire soutenu par la CIA contre son régime.

Il y a donc, dans l’esprit de Poutine, un lien transparent entre le nationalisme russe et les intérêts de sécurité russes. Poutine pense que le gouvernement ukrainien actuel menace la Russie pour des raisons liées à son passé impérial ; restaurer le contrôle de la Russie sur des territoires qu’il estime posséder légitimement serait un moyen de mettre fin à la menace.

Cette pensée est plus clairement exposée dans la ligne la plus inquiétante du discours de Poutine, celle que nous pouvons maintenant lire clairement comme une promesse d’envahir l’Ukraine.

« Vous voulez la décommunisation ? Très bien, cela nous convient très bien. Mais pourquoi s’arrêter à mi-chemin ? Nous sommes prêts à montrer ce que signifierait une véritable décommunisation pour l’Ukraine.

Comment la vision du monde de Poutine nous aide à comprendre les véritables objectifs de guerre de la Russie

Avec cette histoire à l’esprit, il est possible de donner un sens aux diatribes apparemment désordonnées de Poutine sur le génocide et la dénazification de l’Ukraine. Pour commencer, l’idée de l’Ukraine en tant qu’État nazi est profondément enracinée dans le récit nationaliste russe.

« Cela remonte à la Seconde Guerre mondiale, [when] Les partisans ukrainiens ont pris le parti nazi contre les Soviétiques », explique Gunitsky. « Le récit en Russie [today] c’est que ce sont tous des néo-nazis qui dirigent le spectacle.

Poutine enferme cette histoire dans son idée de base que l’Ukraine n’est pas et ne peut pas être un État souverain légitime. L’Ukraine n’est pas simplement un territoire historiquement russe séparé à tort ; c’est l’héritier d’une tradition néo-nazie qui a contribué à d’innombrables morts russes pendant la Seconde Guerre mondiale.

De même, les allégations de « génocide » de Poutine en Ukraine reflètent le nationalisme russe. L’Ukraine compte une importante population ethnique russe, en particulier à l’Est, et de nombreux Ukrainiens de toutes les ethnies parlent russe. Dans le récit paranoïaque de Poutine, ces personnes ne sont pas simplement des citoyens russes légitimes injustement séparé de la patrie; ils sont des victimes potentielles d’un campagne de nettoyage ethnique menée par le gouvernement ukrainien néo-nazi.

« La formation d’un État ukrainien ethniquement pur, agressif envers la Russie, est comparable dans ses conséquences à l’utilisation d’armes de destruction massive contre nous », comme il l’a dit dans son essai de 2021. “En raison d’une division aussi dure et artificielle des Russes et des Ukrainiens, le peuple russe dans son ensemble pourrait diminuer de centaines de milliers, voire de millions.”

Il y a une petite part de vérité dans cette hyperbole. Le bataillon Azov, une milice néonazie, a joué un rôle important dans la lutte contre l’invasion russe de l’est de l’Ukraine en 2014 ; depuis lors, il a été intégré à la garde nationale ukrainienne. Le gouvernement ukrainien a fait pression pour faire de l’ukrainien la langue dominante du pays. De nombreux Russes de souche – mais pas tous – préféreraient vivre sous Moscou plutôt que sous Kiev.

Des vétérans du bataillon de volontaires Azov, qui ont pris part à la guerre contre les séparatistes soutenus par la Russie dans l’est de l’Ukraine en 2014, saluent lors d’un rassemblement de masse à Kiev le 14 mars 2020.
Sergueï Supinsky/AFP via Getty Images

Mais il y a un océan de différence entre ces préoccupations réelles et les affirmations hyperboliques selon lesquelles l’Ukraine est un État néonazi qui commet un génocide contre les Russes de souche.

Lors des élections nationales ukrainiennes de 2019, une alliance politique d’extrême droite comprenant le bras politique d’Azov n’a obtenu que 2 % des voix. Il n’y a aucune preuve que le gouvernement de Zelensky se livre à une extermination à grande échelle des Russes ; aucun groupe international de défense des droits de l’homme ni aucun expert crédible n’a fait une telle affirmation.

Mais alors que les arguments de Poutine peuvent être peu sérieux, leurs implications pour la politique russe sont mortelles.

En jetant le régime ukrainien sous le jour le plus négatif possible – et en liant officiellement les objectifs de guerre officiels de la Russie à la « dénazification » et à la « démilitarisation – il transforme presque ouvertement sa conviction déclarée que l’Ukraine n’est pas un État souverain légitime en action, faisant une menace voilée de retirer ses dirigeants et de mettre définitivement fin à sa capacité militaire. Aucun État souverain ne pourrait accepter cela. L’invasion vise à vaincre complètement l’Ukraine, à forcer sa reddition et sa soumission au joug russe.

Les arguments en faveur de la guerre reposent sur des mensonges, à la fois sur l’histoire de l’Ukraine et sur son présent. Mais la politique russe est cohérente : elle vise à concrétiser la vision maximaliste de Poutine d’une Ukraine revenue au giron russe. Reste à savoir si la Russie peut y parvenir – et le prix que les Russes et les Ukrainiens ordinaires paient pour cela.



La source: www.vox.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 4 / 5. Décompte des voix : 1

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire