Pourquoi le Sud global est-il toujours pauvre ?

0
63

Dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, alors que de nombreuses colonies directes accédaient à l’indépendance formelle, il y avait une croyance répandue, ou du moins un espoir, que l’indépendance politique conduirait assez rapidement à des progrès économiques significatifs. N’étant plus sous le contrôle des exploiteurs étrangers, les ex-colonies seraient libres de connaître un développement économique semblable à celui qui s’était produit dans les pays capitalistes riches. Avec l’aide d’institutions internationales bénignes et d’anciens colonisateurs qui avaient vu l’erreur de leurs manières, les pays du Sud “sous-développés”, rebaptisés “pays en développement”, allaient bientôt “rattraper leur retard”, et les énormes différences économiques entre les pays seraient surmontées.

Comme c’est évident aujourd’hui, cela ne s’est pas produit. En 2015, pas tout à fait 1 milliard de personnes dans douze pays du « premier monde » avaient un PIB par habitant de 44 392 USD ; 6,2 milliards de personnes dans 148 pays du «tiers monde» avaient un PIB par habitant d’un dixième de cette taille. Pourquoi et comment ?

Le « pourquoi » est relativement simple, tandis que le « comment » nécessite un peu plus de détails et d’analyse. Malgré la propagande absurde qu’ils ont produite, les impérialistes européens n’ont pas colonisé l’Afrique, l’Asie et les Amériques pour de nobles motifs. Leur motivation, pure et simple, était la cupidité. Quand une combinaison de leur affaiblissement dans la guerre mondiale et des soulèvements des peuples colonisés les a forcés à accorder l’indépendance politique, cela ne les a pas arrêtés d’être cupides. Cela leur a juste fait modifier leurs techniques d’exploitation.

Le sous-développement des pays du Sud n’était pas une sorte de malheur naturel, comme une sécheresse, un sol pauvre ou un isolement géographique. C’était quelque chose d’infligé aux colonies par leurs colonisateurs occidentaux – quelque chose résumé avec concision il y a 50 ans par le marxiste guyanais Walter Rodney dans le titre de son livre, Comment l’Europe a sous-développé l’Afrique.

Bien sûr, il était plus facile pour les impérialistes de piller les pays du Sud lorsqu’ils avaient un contrôle politique direct sur eux. Ils pouvaient se livrer à ce qui équivalait au pillage et à la piraterie : travail forcé ou esclavage, expropriation directe de terres et d’autres richesses, remise d’impôts aux centres impérialistes, destruction d’industries susceptibles de concurrencer les entreprises impérialistes.

Contraints d’abandonner le contrôle politique direct, les impérialistes ont néanmoins continué à exploiter les anciennes colonies de manière plus subtile. La concurrence capitaliste, promue comme voie de croissance, était en réalité une impasse délibérée. La richesse extraite des colonies au fil des décennies ou des siècles avait construit de grandes entreprises techniquement avancées dans les centres impérialistes. Inversement, l’exploitation signifiait que les anciennes colonies manquaient des capitaux qui auraient été nécessaires pour créer des industries capables de concurrencer les impérialistes.

Pas de problème, déclarent les serviteurs idéologiques de l’impérialisme : les anciennes colonies peuvent emprunter les capitaux dont elles ont besoin pour se développer ; alors ils peuvent rembourser les prêts à partir des bénéfices de leurs nouvelles industries. L’un des nombreux défauts de cet argument était que de nombreux citoyens des anciennes colonies pensaient qu’il était un peu injuste de devoir emprunter de l’argent qui leur avait été volé, puis de payer des intérêts aux voleurs.

C’est là qu’interviennent des organismes internationaux tels que la Banque mondiale et le Fonds monétaire international. Ils se présentent comme des sources de capitaux indépendantes et bien intentionnées pour les économies « en développement ». En réalité, ils sont, et ont toujours été, contrôlés par les gouvernements des pays impérialistes les plus riches. Cela garantit que les prêts ne vont qu’aux gouvernements qui ne secouent pas le bateau – le bateau qui transporte les énormes paiements d’intérêts que les pays pauvres doivent verser aux « donateurs » bilatéraux et à la mafia FMI/BM.

Ces paiements d’intérêts sont des transferts des pays pauvres vers les pays riches et constituent une part importante de ce qui maintient les pays du Sud pauvres. Une étude réalisée en 2020 sur 63 « pays pauvres » par la Jubilee Debt Campaign, basée sur les chiffres du FMI et de la Banque mondiale, a révélé que le service de leur dette extérieure en 1998 a consommé en moyenne 16,6 % des recettes publiques. L’allégement partiel de la dette de certains des pays les plus endettés a réduit ce chiffre à 5,5 % en 2011, mais il a ensuite recommencé à augmenter, atteignant 11,1 % en 2018. La pandémie de COVID l’aura sans aucun doute encore augmenté. La Banque mondiale note l’impact de la pandémie : « Le rapport dette extérieure/RNB des pays à revenu faible et intermédiaire [gross national income] Le ratio de la dette aux exportations est passé à 29 % en 2020, contre 27 % en 2019, et le ratio dette/exportations est passé à 123 %, contre 106 % en 2019 ».

Ces chiffres sont comme un commentaire ironique sur l’idée que les prêts « de développement » permettraient aux pays pauvres de construire des industries qui augmenteraient leurs revenus et rembourseraient les prêts. Même si ces pays devaient faire l’impossible pendant un an et consacrer tout de leurs revenus d’exportation – c’est-à-dire chaque centime des ventes à l’exportation, pas seulement les bénéfices – ils ne seraient toujours pas en mesure de rembourser la totalité de leurs dettes extérieures.

Les propriétaires des économies impérialistes n’ont bien sûr jamais voulu que leurs gouvernements aident les pays pauvres à créer des industries qui pourraient leur faire concurrence ; les corporations impérialistes ne sont pas suicidaires. Ainsi, le « développement » dans les pays pauvres est limité aux domaines qui continuent le transfert de richesses vers les pays riches : investissements directs impérialistes, dont les bénéfices vont bien sûr aux entreprises qui investissent ; et l’extraction des ressources naturelles et les industries caractérisées par une technologie de niveau faible ou au mieux moyen, qui ont des taux de profit en conséquence faibles.

Les capitalistes du Sud global sont confinés dans les domaines les moins productifs, et donc les moins rentables. En conséquence, une grande partie de la valeur créée dans le Sud est transférée aux pays impérialistes au cours des échanges : les pays pauvres importent des biens hors de prix et vendent leurs propres produits à un prix inférieur à leur valeur réelle. Les sommes d’argent ainsi transférées, appelées « échange inégal » par les économistes, sont ahurissantes.

Un article récent dans la revue Nouvelle économie politique tente de chiffrer la somme pour les années 1960-2018. Les auteurs écrivent : « Sur l’ensemble de la période, la ponction du Sud a totalisé 62 000 milliards de dollars (dollars constants de 2011)… L’appropriation par échange inégal représente jusqu’à 7 % du PIB du Nord et 9 % du PIB du Sud ». Ce n’est pas une faute de frappe : les pays du Sud ont été privés de 62 $ mille milliards. Ces transferts de valeur sont la cause sous-jacente de situations telles que la catastrophe actuelle au Sri Lanka.

Si les corporations impérialistes semblent avoir tout arrangé pour leur propre bénéfice, il faut reconnaître qu’elles ne peuvent pas tout faire seules. Même au temps des colonies directes, pour garder le contrôle, les colonisateurs avaient besoin de collaborateurs au sein de la population coloniale. Après l’indépendance politique, l’impérialisme avait encore besoin d’une couche sociale qui coopérerait pour faire fonctionner le système de manière rentable.

Il a trouvé les composants de cette couche parmi les capitalistes locaux, les grands propriétaires terriens et les aspirants capitalistes. Dans certains cas, ils peuvent provenir de collaborateurs ouverts. Dans d’autres, ils sont sortis des mouvements pour l’indépendance, de ces dirigeants dont les visions n’allaient pas au-delà d’un changement de personnel au sommet.

En raison des énormes sommes de valeur appropriées par le nord global, les capitalistes du sud global ne peuvent généralement pas rivaliser avec les grandes industries impérialistes. Outre les situations de monopole naturel (pétrole par exemple), les capitalistes des pays pauvres doivent s’appuyer sur des secteurs à faible profit comme la fabrication de biens de consommation que les capitalistes du Nord ont abandonnés ou l’assemblage d’électronique pour les entreprises impérialistes de haute technologie. Dans ces industries à forte intensité de main-d’œuvre, la pauvreté et les bas salaires du sud leur permettent d’être compétitifs, et ils sont poussés à maintenir ces bas salaires pour leur propre survie.

Ainsi, alors que les capitalistes du Sud peuvent parfois se sentir opprimés par l’impérialisme et, s’ils en ont l’occasion, peuvent exercer une certaine pression sur les entreprises impérialistes pour améliorer les conditions de leur collaboration, ils savent bien qu’ils partagent des intérêts de classe avec les impérialistes et qu’ils ont un ennemi commun de la classe ouvrière. Si Marx appelait les capitalistes concurrents une “bande de frères en guerre”, nous pourrions appeler les impérialistes et les capitalistes du Sud une “bande de grands frères qui se chamaillent, de petits frères et parfois de cousins ​​éloignés”.

C’est pourquoi les capitalistes du Sud ne sont jamais des alliés fiables des travailleurs et des paysans pauvres dans toute lutte contre l’impérialisme. C’est pourquoi la possibilité qu’un mouvement populaire radical forme un gouvernement dans un pays du tiers monde suscite toujours la menace d’une intervention impérialiste contre lui, pour s’assurer que les capitalistes du pays restent aux commandes.

Source: https://redflag.org.au/article/why-global-south-still-poor

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire