Pourquoi les États-Unis vendent-ils des armes au Nigeria après avoir bombardé des civils ?

0
45

En avril dernier, l’administration Biden a approuvé la vente de 12 hélicoptères d’attaque AH-1Z et d’autres équipements militaires connexes au gouvernement nigérian pour 997 millions de dollars.

Les responsables américains affirment que la vente soutiendra les objectifs de sécurité nationale en améliorant la capacité du Nigeria à combattre le groupe extrémiste Boko Haram. Mais les ventes d’armes comme celles-ci comportent des risques majeurs pour les droits de l’homme pour la population nigériane – des risques que les responsables américains devraient prendre plus au sérieux.

Les législateurs américains au Congrès disposaient d’une fenêtre de 30 jours, jusqu’au 14 mai, pour empêcher l’administration d’émettre une lettre d’offre et d’acceptation. Mais ils peuvent toujours adopter une législation pour bloquer ou modifier la vente à tout moment jusqu’au point de livraison du matériel militaire.

En juillet dernier, lorsque les détails de l’accord ont été présentés pour la première fois aux législateurs, ils ont fait part de leurs inquiétudes quant au bilan du gouvernement nigérian en matière de droits humains, ce qui a retardé l’accord. Maintenant, avant de laisser la vente aller de l’avant, le Congrès devrait poser plus de questions sur les assurances de l’administration Biden que les droits des Nigérians ne seront pas violés avec ce nouvel afflux de matériel militaire.

Les États-Unis affirment qu’ils se sont associés militairement aux forces nigérianes parce qu’ils considèrent les problèmes de sécurité légitimes et graves du Nigéria, y compris l’insurrection de Boko Haram dans le nord-est du Nigéria et la crise du banditisme en plein essor dans le nord-ouest, comme une priorité pour les États-Unis également.

Plusieurs États de la région nord-ouest du Nigéria sont actuellement en proie aux activités de gangs armés. Beaucoup ont commencé comme des groupes d’autodéfense et des milices formés pour protéger leurs communautés lors de conflits entre agriculteurs et éleveurs nomades sur la terre et d’autres ressources, qui dégénèrent souvent rapidement et violemment, les autorités ne réagissant pas.

Au fil du temps, les groupes, en particulier ceux affiliés aux éleveurs nomades, se sont transformés en de puissants gangs criminels dotés d’armes sophistiquées qui tuent, pillent, torturent et kidnappent des personnes, y compris des écoliers, contre rançon.

Les gangs eux-mêmes violent les droits des gens. Mais en y répondant, les forces de sécurité nigérianes ont souvent violé les droits humains et tué des civils elles-mêmes.

En effet, plusieurs incidents, notamment des frappes aériennes contre des communautés civiles, en février et en septembre dernier, montrent clairement que les forces de sécurité nigérianes ne font pas assez pour minimiser les pertes civiles lorsqu’elles s’engagent dans des opérations de sécurité.

La frappe aérienne de février près de la frontière du pays avec le Niger, que les autorités ont qualifiée d’erreur, a tué sept enfants et en a blessé cinq autres. L’incident de septembre a fait neuf morts et 23 blessés. De plus, Human Rights Watch et d’autres groupes ont documenté que les forces nigérianes commettent des violations flagrantes des droits humains telles que des détentions arbitraires, des disparitions forcées et des exécutions extrajudiciaires dans et en dehors du contexte des crises sécuritaires du pays.

Le tort que les forces de sécurité nigérianes causaient aux Nigérians a conduit le président américain de l’époque, Barrack Obama, à bloquer la vente d’équipements militaires au Nigéria en 2015. Mais le président Donald Trump a autorisé la reprise des ventes.

Les autorités américaines ont déclaré que la nouvelle vente comprendra une formation pour l’armée nigériane sur les lois des conflits armés et des droits de l’homme, et l’intégration air-sol, afin de minimiser les dommages civils dans les opérations aériennes.

Pourtant, ces sessions de formation ont également été dispensées dans le passé et nous continuons de voir les forces nigérianes causer des dommages aux civils et violer le droit international. Nous continuons de voir ces mêmes forces nigérianes ne subir aucune conséquence pour leurs actions, ce qui alimente davantage de griefs et contribue à perpétuer le cycle du conflit.

Il est difficile de voir dans l’engagement américain d’éduquer les forces nigérianes sur les choses à faire et à ne pas faire dans les opérations militaires autre chose qu’une faible tentative de reconnaître les risques pour les droits de l’homme tout en poursuivant les ventes d’armes. Ce qu’il faut plutôt, c’est un engagement des décideurs politiques de haut niveau. Le Congrès doit poser des questions difficiles à l’administration Biden.

Pour commencer, les forces nigérianes font-elles plus de mal que de bien dans la lutte contre Boko Haram en nuisant également aux Nigérians ordinaires ? Quels plans sont en place pour suivre où et comment l’équipement militaire américain est utilisé par les forces nigérianes ? Comment les autorités nigérianes tiendront-elles leurs forces responsables des dommages causés aux civils ?

Les décideurs américains sont légalement tenus de s’assurer qu’ils n’équipent pas des militaires abusifs. À l’heure actuelle, il existe de sérieux doutes quant à la conformité de cette vente militaire au Nigéria avec cette norme de base. Pour le bien des Nigérians pris au milieu du conflit et de l’insécurité, le Congrès devrait faire pression sur l’administration Biden pour démontrer qu’elle peut le faire.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/06/why-is-the-us-selling-weapons-to-nigeria-after-it-bombed-civilians/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire