Pourquoi les Européens doivent-ils sacrifier les douches chaudes pour « s’en tenir à Poutine » ? — Nouvelles du monde RT

0
83

Les autorités occidentales demandent aux citoyens de renoncer au confort des créatures et au bien-être général au nom des sanctions

Les citoyens de l’UE sont invités à faire de grands sacrifices pour soutenir un régime de sanctions contre Moscou pour son offensive militaire en Ukraine. Mais combien de temps les consommateurs occidentaux seront-ils prêts à vivre sans le confort des créatures ?

Quelle différence un mois peut faire. Il n’y a pas si longtemps, Moscou et Berlin avaient le champagne sur glace pour une cérémonie d’inauguration attendue sur Nord Stream 2, un pipeline prévu de 1 234 km (766 milles) s’étendant de la Russie à l’Allemagne qui aurait gardé l’Europe au chaud pendant des décennies. Maintenant, les responsables de l’UE conseillent à leurs citoyens de réduire leur temps sous la douche et d’investir dans des pulls en laine alors que les appels au découplage des approvisionnements énergétiques russes augmentent.

“Tout le monde demande, ‘qu’est-ce que je peux faire'” a fait remarquer Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence. “Vous pouvez faire deux choses” elle a recommandé. “Contrôlez vos douches et celles de votre adolescent, et lorsque vous coupez l’eau, vous dites:” Prends ça, Poutine “.”

Peter Hauck, chef du département agricole de l’État allemand du Bade-Wurtemberg, a peut-être fait grimper les prix de la laine avec une suggestion tout aussi étonnante.




“Nous devons fermer la valve à argent de Poutine” Hauk a harangué. « Cela signifie que nous devons également fermer les robinets de gaz et de pétrole pour que la liberté en Europe ait une chance. ous pouvez supporter 15 degrés [Celsius] en hiver dans un pull. Personne n’en meurt !”

À moins que Hauk ne passe l’hiver en Crète, c’est un incroyable saut de logique de croire que “couper le gaz et le fioul” a quelque lien que ce soit avec le maintien “la liberté en Europe”. Et ‘Personne n’en meurt !’ sonne comme une bonne épitaphe pour la pierre tombale d’une carrière politique, qui à ce rythme pourrait devoir être ciselée le plus tôt possible. Mais je m’égare.

Les hurlements qui ont émané du Kremlin à la suite de ces pépites d’or de la sagesse de l’UE n’étaient pas des hurlements de douleur, je vous l’assure. Ce que le culte occidental de l’annulation ne comprend pas, c’est que le gaz et le pétrole russes constituent un fleuve puissant qui coule dans de nombreuses directions, pas seulement vers l’ouest. Et si Moscou n’est pas pressée de perdre son client européen, comme en témoigne sa réputation de ne jamais quitter l’Europe sans énergie, même pendant les moments les plus sombres de la guerre froide, elle a d’autres options. L’Union européenne, en revanche, ne le fait pas, du moins pas encore.

Martin Brudermuller, PDG de BASF SE, le plus grand producteur de produits chimiques au monde, a dévoilé cette douloureuse vérité le plus gentiment possible à ses compatriotes en reconnaissant que «L’approvisionnement en gaz russe a jusqu’ici été la base de la compétitivité de notre industrie.” Et si l’Europe opte pour des livraisons de gaz liquéfié depuis les États-Unis (pratiquement un produit de luxe que Washington pousse aux Européens presque aussi rigoureusement que des systèmes d’armes exorbitants), cela déclenchera, sous la forme de prix de l’énergie nettement plus élevés, une « défi pour la compétitivité de l’industrie allemande et européenne », Brudermuller a ajouté.

Pour dire les choses en termes moins édulcorés, la perturbation des ressources énergétiques russes pourrait signifier un désastre pour l’économie européenne et les quelque 440 millions d’Européens dont le bien-être, ou du moins le niveau de vie, en dépend. Pourtant, cela ne semble pas dissuader Bruxelles d’intensifier encore plus sa rhétorique anti-russe.

Cela est devenu clair cette semaine lorsque la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a augmenté les sanctions lorsqu’elle a annoncé que l’UE proposait d’interdire les importations de charbon en provenance de Russie, ainsi que l’arrivée de la plupart des camions et navires russes. Il est probablement prudent de dire que von der Leyen est conscient que la Russie fournit environ la moitié des besoins en charbon de l’UE, qui est utilisée pour alimenter ses centrales électriques, qui à leur tour fournissent de l’électricité vitale à des millions de citoyens dépendants de l’électricité. Ces dernières propositions de sanctions prétendent découler d’allégations non prouvées selon lesquelles les forces russes auraient commis des atrocités dans la ville de Bucha, en Ukraine.

Moscou a nié avec véhémence les accusations accablantes, arguant plutôt que c’est la partie ukrainienne qui a mené une opération sous fausse bannière pour piéger les soldats russes. Compte tenu de la gravité des allégations et des conséquences désastreuses qui pourraient en découler, l’UE et les États-Unis devraient faire pression pour une enquête approfondie avant que le blâme ne soit attribué à l’une ou l’autre des parties. Au lieu de cela, une fois de plus, la Russie a été rapidement déclarée coupable d’un crime sans bénéficier d’un procès.


La Russie accuse l'Ukraine d'avoir organisé des meurtres pour faire la une des journaux occidentaux

De toute évidence, nous parlons d’une situation politique qui se détériore rapidement et qui a des conséquences potentielles bien pires que d’être obligé de porter un chandail supplémentaire en hiver. Nous parlons de la possibilité de conséquences très réelles en termes de vie et de mort si les relations entre la Russie et l’Occident se détériorent davantage. Un hiver brutal sur le continent sans gaz et pétrole russes pourrait être catastrophique pour des millions de personnes ; une année sans récolte de céréales décente pourrait signifier la famine ; un quartier d’affaires sans approvisionnement énergétique suffisant pour répondre à la demande pourrait signifier la fin de l’économie mondiale telle que nous la connaissons. Bien que les “Schwabians” du Forum économique mondial puissent convoiter un tel avenir dystopique “vous ne posséderez rien et serez heureux”, des milliards de personnes dans le monde ne le feraient probablement pas.

Pendant ce temps, outre-Atlantique, l’administration Biden semble également disposée à risquer la sécurité alimentaire et énergétique en s’en tenant à ses armes anti-russes.

“Ce sera réel” Biden a beuglé le mois dernier à Bruxelles, où il parlait de pénuries alimentaires imminentes, en particulier de blé, dont une grande partie provient, vous l’avez deviné, de Russie. « Le prix des sanctions n’est pas seulement imposé à la Russie. Elle est également imposée à un très grand nombre de pays, y compris des pays européens et notre pays également. »

Ici, il est crucial de se rappeler que les chaînes d’approvisionnement mondiales commençaient déjà à se rompre bien avant que les événements en Ukraine ne prennent le devant de la scène. Grâce au gâchis massif de l’administration Biden dans la pandémie de Covid, qui a imposé de sévères restrictions sur tout ce qui a un pouls, les consommateurs américains ont été choqués de découvrir que les étagères des magasins se vidaient en même temps que des dizaines de cargos restaient ancrés au large des côtes américaines.

La mauvaise gestion par Washington de ses approvisionnements énergétiques n’est pas moins mystifiante. Le mois dernier, Biden a signé un décret exécutif interdisant l’importation de pétrole, de gaz naturel liquéfié et de charbon russes aux États-Unis. On pourrait naturellement supposer que les décideurs politiques de Washington ont une sorte de plan d’urgence prêt, comme peut-être le redémarrage du pipeline XL, le projet de Donald Trump qui aurait plus que remplacé les approvisionnements russes manquants. Eh bien, on supposerait mal.

“Les responsables de l’administration Biden cherchent des moyens d’augmenter les importations de pétrole du Canada … mais avec une grosse mise en garde”, a rapporté le Wall Street Journal. “[T]hé, ils ne veulent pas ressusciter le pipeline Keystone XL que le président Biden a effectivement tué le premier jour de son mandat.

C’est un peu comme dire que Washington veut stopper l’immigration clandestine sans le mur Trump.

Alors que Bruxelles et Washington restent enfermés dans un jeu de sanctions avec la Russie pour voir qui cligne des yeux en premier, il faut se demander combien de temps les consommateurs occidentaux vont tolérer les sacrifices qu’ils sont déjà obligés d’accepter. La vertu de signaler votre défi à la Russie ne chauffera pas une maison en hiver, ni ne gardera de la nourriture sur la table.


Explication du calendrier de paiement gaz contre roubles de la Russie

Cette volonté d’infliger des souffrances à votre propre peuple avec un régime de sanctions si vicieux qu’il met en danger le mondialisme, est quelque chose qui n’a pas échappé à l’attention du président russe Vladimir Poutine.

“C’est une sorte de populisme à l’envers – les gens sont invités à manger moins, à s’habiller plus chaudement pour économiser sur le chauffage, à renoncer aux voyages – tout cela soi-disant au profit de… la solidarité abstraite de l’Atlantique Nord.”

Poutine a souligné qu’une telle “solidarité” a le potentiel de “plonger l’économie mondiale dans la crise”, causant même la famine dans certains des pays les plus pauvres.

“Naturellement, la question se pose : qui est responsable de cela ?” s’est demandé le dirigeant russe.

C’est une question que de nombreux Occidentaux, s’ils se trouvaient soudainement sous-alimentés après des décennies de consommation abondante, pourraient poser à leurs gouvernements dans un avenir pas si lointain. Sauf que cette fois-ci, ils sont peut-être beaucoup moins disposés à croire le récit usé selon lequel le «suspect habituel» de la Russie est responsable de leur sort.

Les déclarations, vues et opinions exprimées dans cette colonne sont uniquement celles de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celles de RT.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire