Pourquoi l’extrême droite danoise vandalise-t-elle les œuvres de gauche ?

0
43

Le vendredi 29 avril, un petit groupe d’artistes et de militants d’extrême droite est entré au musée Jorn de Silkeborg, au Danemark, pour vandaliser l’œuvre du célèbre peintre danois anti-guerre et antifasciste Asger Jorn. L’un des provocateurs a causé des dommages durables à la peinture de Jorn de 1959 Le caneton inquiétant en signant l’œuvre d’art et en y apposant une photo d’elle en train d’éclore d’un œuf.

Les événements de la semaine dernière doivent être compris dans le contexte de la montée de l’extrême droite des nations nordiques, rendue possible par les partis de l’establishment des deux côtés de la fracture politique. L’extrême droite danoise a lancé un assaut contre les symboles et les institutions de la gauche dans le pays. L’attaque contre l’œuvre de Jorn est le dernier épisode de ce virage revanchard.

Militant antifasciste et antiguerre engagé, Jorn était une figure clé de l’Internationale situationniste d’avant-garde radicale aux côtés de personnalités telles que Guy Debord, Raul Vaneigem et le jeune frère de Jorn, Jørgen Nash. Entre 1957 et 1972, les situationnistes ont pratiqué le « détournement », une forme de subversion radicale de la culture dominante à des fins émancipatrices. Les situationnistes se sont dissous en partie à cause des désaccords entre Debord et Jorn sur le potentiel politique de cette stratégie. Prévoyant des développements comme la transformation de la politique des Black Panthers et du mouvement punk en mode, le philosophe français désespérait de la capacité des sociétés capitalistes à coopter tout défi radical qui cherchait à utiliser des images et des événements iconoclastes pour perturber le statu quo.

Jorn, quant à lui, est resté plus optimiste quant au potentiel émancipateur de l’art et à la fécondité de la lutte. L’artiste danois a même fondé l’Institut scandinave du vandalisme comparé. Le vandalisme dérive des Vandales, le peuple germanique qualifié de barbare qui s’est continuellement opposé à l’Empire romain au Ve siècle de notre ère. Par l’art, Jorn a cherché à ressusciter la figure du subordonné face au dominant. Compte tenu de son enthousiasme pour le vandalisme, les événements récents ressortent comme particulièrement ironiques. Pourtant, personne ne devrait être confus quant à leur signification politique.

La pratique artistique de Jorn consistait à acheter des peintures banales, dont il méprisait le conservatisme nationaliste et le romantisme pour la vie agraire, sur les marchés aux puces. Il orne alors — ou vandalise — ces oeuvres mineures de superpositions colorées et ludiques. L’objectif de Jorn était d’aplanir la distinction entre l’art «élevé» et «populaire». En effet, parmi ses œuvres les plus célèbres figure une grande fresque en plusieurs parties décorant un jardin d’enfants géré par l’État à Copenhague.

Son travail offrait un modèle alternatif d’art politiquement engagé au-delà de la rigidité du réalisme social soviétique et du romantisme subjectif de l’expressionnisme abstrait américain loué par les libéraux du milieu du siècle. Rompant avec ces traditions, il s’inspire plutôt des communistes français qui établissent l’éphémère Commune de Paris en 1971. L’une de ces influences est le peintre communard Gustave Courbet, l’un des responsables de la dégradation de la colonne Vendôme, un monument à l’impérialisme napoléonien inspiré de la colonne romaine de Trajan. Pour cet acte de résistance, Courbet a été emprisonné par l’État français.

Le vandalisme devient un véritable art, pour Jorn, lorsqu’il rompt avec les traditions oppressives latines et romaines qui prévalent comme le summum de la réalisation esthétique en Europe. Le vandalisme n’a pas besoin d’être une destruction aveugle : il peut être beau, libérateur et égalitaire.

Le vandalisme du travail de Jorn – remarquablement diffusé sur Facebook par le raciste et fasciste Patrioterne Går Live (Patriots Go Live) – n’était rien de tout cela. Patriots Go Live est une petite organisation dissidente extraparlementaire de rue du parti politique le plus à l’extrême droite du Danemark, Stram Kurs (Hard Line). La Ligne dure est quant à elle à quelques pas à droite des deux autres partis d’extrême droite, Dansk Folkeparti (Parti du peuple danois, DPP) et Nye Borgerlige (Nouvelle droite).

Le fait qu’il y ait deux partis à la droite du DPP témoigne de la mesure dans laquelle les forces de la réaction ont pu s’implanter dans la société danoise. Le DPP du Danemark, entaché par un scandale des dépenses de l’UE et un factionnalisme amer, est en plein désarroi. Fondé en 1995, le DPP a eu du mal à passer de la contestation au parti de l’establishment. Malgré leur faiblesse, les sociaux-démocrates ont constamment tenté de faire appel à la base du parti d’extrême droite en adoptant une série de positions politiques exclusives et xénophobes.

Alors que des sections des sociaux-démocrates se tournent clairement vers la gauche et même migrent de celle-ci, l’aile dominante du parti au pouvoir est désormais fermement orientée vers la droite. La disparition du DPP est à la fois la cause et l’effet du virage à droite des sociaux-démocrates. Le chauvinisme anti-immigrés du « plan ghetto » en est la preuve éclatante. Le plan a introduit des sanctions arbitraires pour les habitants des quartiers défavorisés («ghettos») permettant aux sociaux-démocrates d’expulser les locataires et de vendre des logements sociaux. Cette évolution dément l’insistance de la droite selon laquelle ils sont les défenseurs de l’État-providence. Anton Ösgård et Jonas Algers ont fait valoir à juste titre que lorsque le parti au pouvoir au Danemark a établi ces lois, “la stigmatisation raciale des pauvres va en fait de pair avec la privatisation de leurs maisons”.

Ignorant ce fait, certains ont fait valoir que les politiques anti-immigration plus dures des sociaux-démocrates offrent une voie vers le pouvoir qui devrait être copiée par les partis de centre-gauche à travers l’Europe. Pourtant, les politologues ont montré de manière convaincante qu’un tel « accommodement » ne fonctionne pas. Les virages à droite sur l’immigration légitiment non seulement l’agenda de l’extrême droite, mais ils peuvent également renforcer son soutien électoral. La diffusion des positions d’extrême droite dans la majeure partie du spectre politique en est la preuve.

Bien que le soutien au PDP ait fortement chuté, deux partis plus à droite sont sortis de cette situation de crise globale. Le premier d’entre eux est la Nouvelle Droite, poursuivant la plate-forme économiquement de droite des conservateurs jumelée à une version encore plus extrême de la politique d’exclusion du Parti populaire danois. Deuxièmement, Hard Line, un parti fasciste et raciste pur et dur qui fait campagne pour l’expulsion forcée de tous les musulmans danois et la suprématie blanche codifiée au Danemark. Notamment, ce parti a construit une source majeure de soutien en ligne, où il a utilisé YouTube pour radicaliser les adolescents en ligne.

L’agitation ouverte et la provocation dans les rues ont été la stratégie préférée de Hard Line. Le groupe a visité les quartiers danois les plus défavorisés et ethniquement divers, dirigé par l’avocat Rasmus Paludan, incendiant des copies du Coran devant des résidents musulmans. L’un des participants au vandalisme de la peinture de Jorn a été reconnu coupable d’agression en 2016 lorsqu’il a attaqué deux membres du personnel d’un autre musée – et son avocat de la défense n’était autre que Paludan. À la suite de son agression, l’activiste d’extrême droite a contribué à une exposition polonaise l’année dernière dans laquelle il a crié le mot N alors qu’il était en blackface, a allumé un drapeau confédéré et a reconstitué le meurtre de George Floyd.

Le parti a raté de peu le seuil électoral de 2 % aux élections législatives de 2019 et s’est vu refuser le droit de se présenter aux élections par la Commission électorale en raison d’une fraude à l’inscription des électeurs en février 2022. Ces crises ont conduit à plusieurs successeurs dissidents, dont Nej til Islam I Danmark (Non à l’Islam au Danemark) et Patriots Go Live, le groupe chargé de filmer le vandalisme au Musée Jorn.

Pourtant, la conséquence la plus sinistre de l’éclatement de Hard Line est la migration de Paludan vers la Suède, à la suite d’interdictions consécutives par la police danoise contre son brûlage du Coran et ses provocations publiques. Il a répété et intensifié ces actions en Suède, provoquant une série d’émeutes dans les quartiers marginalisés à travers le pays. Des voitures incendiées, de fortes présences policières et des arrestations massives à la suite des provocations de Paludan ont déclenché des débats nationaux en Suède susceptibles de se terminer par des mesures de répression de plus en plus draconiennes contre des communautés déjà exclues.

Opérateur politique à la fois habile et désemparé, Paludan et ses fantassins exploitent la tendance par défaut de l’État à protéger le discours de l’extrême droite et à réprimer la gauche. Sécuriser le marché des idées est une piètre excuse pour désigner les minorités ethniques comme boucs émissaires à l’échelle nationale, en particulier les musulmans, par le biais de ce que le philosophe allemand Herbert Marcuse a appelé la « tolérance répressive ».

En revanche, l’approche de la police danoise envers la gauche a été tout sauf tolérante. La toute première opération de l’unité antiterroriste mise en place à l’époque de la «guerre contre le terrorisme» a été de nettoyer le centre de la contre-culture au Danemark, le centre de la jeunesse squatté, en 2007. Lorsque le Danemark a accueilli la conférence sur le climat COP15 deux ans plus tard, la police a illégalement arrêté des centaines et par la suite perdu un procès pour faux emprisonnement. Une loi adoptée des mois plus tôt, limitant spécifiquement les manifestations de masse attendues lors de la COP15, a rendu ces arrestations possibles.

Il est possible que le passage de l’extrême droite d’une politique purement parlementaire à une stratégie insurrectionnelle basée sur la rue soit un signe de leur incapacité à mettre en œuvre le changement directement par le biais des institutions de l’État. Il y a cependant une inférence plus sombre que l’on pourrait tirer. L’aventurisme de Paludan et de ses compagnons indique également la saturation du paysage politique parlementaire par la politique d’extrême droite. Jusqu’ici, les sociaux-démocrates et les libéraux (Venstre) ont bien voulu jouer le rôle d’arrière-garde d’une droite revancharde.

Contrairement au vandalisme émancipateur de Courbet et des Communards, l’iconoclasme fasciste est une forme insurrectionnelle de provocation visant à polariser les groupes opprimés et dominants afin d’inciter à des troubles civils, ou pire.

Les artistes futuristes italiens, au cœur de l’émergence du fascisme italien, ont déclaré : que l’art se fasse, que le monde périsse ! (créer de l’art, que le monde périsse !). La marque de fabrique du fascisme est la transformation de la politique en spectacle : un mouvement illustré par la banalisation du meurtre raciste de George Floyd par la police et la posture hyper-ironique de l’alt-right en ligne. Les socialistes, en revanche, ont toujours cherché à transformer le spectacle en politique : tracer un chemin hors du brouillard et des miasmes du présent en clarifiant les relations de pouvoir.

En vandalisant la peinture de Jorn, l’extrême droite danoise a tenté de renverser l’idée même d’un art émancipateur. Les libéraux, incapables de reconnaître les rapports sociaux oppressifs qui déterminent la société, sont incapables de faire une distinction significative entre subversion réactionnaire et émancipatrice. Les fascistes ont pu utiliser ce manteau d’ambiguïté pour agir sous le couvert de la liberté d’expression.

Les libéraux doivent comprendre qu’en refusant de compter avec le pouvoir et la domination, ils couvrent la droite.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire