Poutine va-t-il mal calculer ?

0
46

L’Europe est actuellement confrontée à plusieurs crises exploitées ou suscitées par la Russie. Les spéculations vont bon train sur ce que Vladimir Poutine espère réaliser. Il doit faire attention à ne pas surjouer sa main.

Une crise a atteint son paroxysme au cours des deux derniers mois alors que le prix du gaz naturel en Europe montait en flèche. Alors qu’il était en baisse par rapport aux sommets d’octobre, le prix oscille maintenant à environ quatre fois ce qu’il était au début de l’année. La Russie n’est pas à l’origine de cette crise – elle trouve ses racines dans des facteurs tels qu’une demande énergétique anormalement élevée et une production de gaz réduite en Europe – mais Moscou a certainement exploité la situation.

Le Kremlin soutient que les ventes de gaz vers l’Europe sont “une question purement commerciale”. On s’attendrait cependant à ce que la société russe Gazprom augmente ses exportations de gaz avec empressement, attirée par la hausse spectaculaire des prix. Mais les débits de gaz restent nettement inférieurs à ce qu’ils pourraient être. En octobre, le vice-Premier ministre Alexander Novak a suggéré que les flux de gaz pourraient augmenter si le gazoduc Nord Stream 2 qui passe sous la mer Baltique de la Russie à l’Allemagne était mis en service. Cela ne tient pas compte du fait que la Russie dispose déjà d’une grande capacité de gazoducs pour acheminer du gaz supplémentaire vers l’Europe… si elle le voulait.

L’homme fort biélorusse Alexandre Loukachenko a fabriqué la deuxième crise, se déroulant le long de la frontière avec la Pologne. La Biélorussie a tenté de forcer les migrants et les réfugiés économiques du Moyen-Orient à entrer en Pologne. Loukachenko est mécontent que l’Union européenne ne le reconnaisse pas comme président et a appliqué des sanctions alors que Minsk réprimait l’opposition nationale, notamment en forçant un avion de ligne civil à arrêter l’un des passagers en mai.

Cette militarisation méprisable des migrants est probablement l’idée de Loukachenko. Moscou s’est néanmoins aligné sur Minsk. Lorsque la Pologne a renforcé sa police des frontières avec des soldats de l’armée régulière, l’armée de l’air russe a fait voler des bombardiers à capacité nucléaire au-dessus de la Biélorussie en réponse.

La troisième crise découle directement du fait que Moscou a positionné des forces militaires près des frontières de l’Ukraine, soulevant des questions sur un éventuel assaut russe. L’armée russe a effectué un renforcement similaire au printemps dernier, mais il n’en est rien sorti. Cependant, les relations entre Kiev et Moscou n’ont fait qu’empirer. En juillet, Poutine a publié un essai de 6 000 mots qui niait pratiquement le droit de l’Ukraine d’exister en tant qu’État indépendant. En octobre, l’ancien président Dmitri Medvedev a affirmé qu’il était « inutile » de négocier avec Kiev.

Alors que Moscou nie toute intention malveillante, ces derniers jours, le secrétaire d’État Antony Blinken et le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg ont publiquement mis en garde la Russie contre le recours à la force contre l’Ukraine. Le président français Emmanuel Macron a déclaré que la France était prête « à défendre l’intégrité territoriale de l’Ukraine », et la Grande-Bretagne s’apprêtait à envoyer 600 soldats dans le pays.

Tout cela se joue alors que le Kremlin serre les vis répressives à la maison. Le bureau du procureur général russe a décidé la semaine dernière de fermer le Memorial Human Rights Center. L’entité de défense des droits de l’homme la plus connue en Russie, elle a été créée et autorisée à opérer à l’époque soviétique.

Ces crises ont toutes mis la pression sur l’Europe et l’Occident, comme elles étaient sans doute destinées. Mais Poutine et le Kremlin courent dans chaque cas le risque réel de mal calculer et de surjouer leur main.

Lorsqu’une vague précédente de migrants a déferlé sur l’Europe à partir de 2015, les États membres de l’UE se sont divisés sur ce qu’il fallait faire. L’Allemagne a héroïquement accepté un million, tandis que la Pologne n’en a réinstallé pratiquement aucun, et le chef de son parti au pouvoir a blâmé Berlin pour l’afflux. Cette fois, les membres de l’UE sont d’un même avis. Le gouvernement allemand a proposé d’envoyer des gardes-frontières allemands et de les placer sous commandement polonais pour gérer la situation à la frontière avec la Biélorussie. L’Union européenne a commencé à préparer une liste de nouvelles sanctions à appliquer contre Minsk. Plus leur impact est grand, plus Loukachenko se tournera vers Moscou pour une aide financière – quelque chose qui devrait avoir peu d’attrait pour Poutine.

Au cours des 30 dernières années, la Russie a utilisé l’arme énergétique contre des États post-soviétiques, tels que l’Ukraine et la Géorgie, et d’autres dans ce qu’on appelait autrefois «l’Europe de l’Est». Moscou a cependant cherché à maintenir une réputation de fournisseur d’énergie fiable pour des pays comme l’Allemagne, l’Autriche, l’Italie et les Pays-Bas. La situation actuelle met cette réputation en doute, et les capitales européennes ont peut-être commencé à prendre conscience de la vulnérabilité créée par la dépendance vis-à-vis de l’énergie russe. En Allemagne, où le parti écologiste des Verts entrera dans le nouveau gouvernement, cela pourrait accélérer la transition de l’énergie carbonée. Comme Poutine le sait bien, le pétrole et le gaz sont les deux exportations les plus lucratives de la Russie. La Russie a-t-elle intérêt à inciter l’Europe à intensifier sa recherche de sources alternatives et à accélérer sa sortie de l’énergie carbonée ?

Quant à l’Ukraine, une attaque militaire russe entraînerait une série de coûts. Les responsables américains et européens ont déjà commencé à élaborer une liste de nouvelles sanctions possibles contre Moscou. À la suite du sommet de Poutine avec le président Joe Biden, plusieurs canaux de communication américano-russes ont été rétablis et les deux parties ont fait état d’échanges constructifs dans leur dialogue de stabilité stratégique. Rien ne tuerait ces petits pas positifs plus rapidement qu’une attaque russe. Le coût potentiel le plus important pour Moscou se profile en Ukraine ; son armée est grandement améliorée et, bien qu’elle ne soit peut-être pas en mesure de vaincre une incursion russe, elle ferait payer un lourd tribut aux envahisseurs. Plus de sanctions, un gel profond avec Washington et l’Occident, et des soldats russes rentrant chez eux dans des sacs mortuaires ne semblent guère dans l’intérêt de Moscou.

Chacune de ces crises pourrait se développer d’une manière hostile aux intérêts de la Russie – et de Poutine -, du moins tels que ces intérêts sont perçus de l’Occident. Poutine, cependant, ne suit pas la logique occidentale. Comme indiqué dans un article récent, il ne prend pas toujours de décisions rationnelles et a parfois tendance à agir avec émotion, surtout lorsqu’il s’agit de l’Ukraine. (En effet, l’agression du Kremlin au cours des sept dernières années a fait plus que tout pour chasser l’Ukraine de la Russie et de l’Occident.)

L’aggravation de ces crises pourrait bien conduire à des résultats négatifs pour la Russie si Poutine se trompe de calcul. Pourtant, l’Occident ne devrait pas trop écarter la possibilité qu’il puisse le faire.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici