Q&A : Haidai de l’Ukraine sur la bataille pour Severodonetsk, Lysychansk | Guerre russo-ukrainienne

0
133

Les forces russes ont pris le contrôle de la ville de Severodonetsk, dans l’est de l’Ukraine, dans la région ukrainienne de Louhansk, offrant une victoire significative au président Vladimir Poutine, quatre mois après avoir ordonné à ses troupes d’entrer en Ukraine.

La chute de Severodonetsk samedi est survenue après que la ville stratégique – avec une population d’avant-guerre de 100 000 habitants – ait subi des semaines de bombardements intensifs. La bataille a culminé avec la décision ukrainienne de battre en retraite après des combats rue par rue dans la zone industrielle de la ville, où des combattants ukrainiens avaient résisté pendant des semaines dans l’usine chimique d’Azot avec des centaines de civils.

Le gouverneur de Louhansk, Serhiy Haidai, a déclaré dimanche à Al Jazeera que les troupes ukrainiennes avaient décidé de se retirer de Severodonetsk parce que « toutes les structures défensives avaient été tellement bombardées et détruites ».

« Nous aurions tout simplement perdu de nombreux soldats », a-t-il déclaré. “Nous nous sommes retirés bien et de manière organisée et sans perdre un seul combattant.”

Maintenant, la bataille s’est déplacée de Severodonetsk à sa ville jumelle de Lysychansk, de l’autre côté de la rivière Seversky-Donets, la seule ville de Lougansk encore aux mains des Ukrainiens.

Si la Russie devait prendre Lysychansk, elle contrôlerait l’ensemble de Louhansk, qui, avec la région de Donetsk, constitue ce que l’on appelle collectivement le Donbass.

« Nous tiendrons [Lysychansk] aussi longtemps que possible », a déclaré Haidai. “S’il n’y a pas de grosses pertes, nous le tiendrons.”

Il a ajouté qu’il était peu probable que les Russes mettent fin à la guerre même s’ils capturaient toute la région du Donbass. “Seule la force peut arrêter Poutine”, a-t-il déclaré.

Al Jazeera a parlé avec Haidai de la bataille de Severodonetsk et de la situation à Lysychansk. La conversation ci-dessous a été légèrement modifiée pour plus de longueur et de clarté.

Al Jazeera : La situation à Severodonetsk et Lysychansk reste tendue. Pouvez-vous nous dire ce qui s’est passé là-bas au cours de la dernière journée ?
Serhiy Haidaï : Il y a des attaques très sérieuses de l’armée russe sur la ville de Lysychansk. Les attaques viennent de différents côtés. La ville s’étire géographiquement, avec des montées, des pentes, des descentes ; il y a un [industrial zone]il y a des immeubles de grande hauteur – ce n’est pas Severodonetsk qui est un carré soigné de quatre kilomètres sur quatre kilomètres (2,5 miles sur 2,5 miles).

Il y a une énorme quantité d’armes larguées sur les gens. Rien qu’aujourd’hui, en une seule journée, la ville a été bombardée plus de 150 fois. C’est juste une catastrophe. En ce moment à Lysychansk, l’armée russe tente de percer la ligne de défense ou de la couper à Seversky [Seversky-Donets River] pour encercler Lysychansk.

Al Jazeera : Et Severodonetsk ? Quand a-t-il été pris ?
Haïdai : La décision a été prise de retirer nos troupes car, depuis plusieurs mois, toutes les structures défensives avaient été tellement bombardées et détruites qu’il était inutile de tenir en un seul endroit. Nous aurions simplement perdu beaucoup de soldats. Alors nous nous sommes retirés, nous nous sommes retirés bien et de façon organisée et sans perdre un seul combattant.

Al Jazeera : Combien de personnes reste-t-il à Severodonetsk et êtes-vous inquiet pour eux ?
Haïdaï : Plus de 10 000.

La ville n’est plus bombardée parce que c’est l’armée russe qui a bombardé. Nos forces ne bombardent pas les habitants. Pourquoi bombarderions-nous notre propre peuple ? Je ne suis donc pas inquiet dans le sens où les gens sont exposés au danger. Mais la quantité de bombardements était énorme, il est donc probable que certaines mines qui n’ont pas explosé soient toujours là et cela pourrait être un gros problème.

Al Jazeera : Mais ils sont entre les mains des Russes. Êtes-vous inquiet à ce sujet?
Haïdai : Bien sûr, je m’inquiète pour toutes les personnes qui ont été encerclées et sous occupation, mais pendant trois mois, nous leur avons demandé d’évacuer. Je le faisais moi-même depuis toutes les plateformes possibles, et nous avons évacué de nombreuses personnes.

Ceux qui restent sont pour la plupart ceux qui voulaient rester.

Al Jazeera : Pourquoi pensez-vous qu’ils ne voulaient pas partir ?
Haïdaï : Certains ne voulaient tout simplement pas perdre tout ce qu’ils avaient, leur appartement ou leur maison, et d’autres parce qu’il n’y avait nulle part où aller et qu’ils avaient peur – principalement des personnes âgées qui disaient : « Nous sommes nés ici, nous mourrons ici. Et il y avait un certain pourcentage qui attendait les Russes.

Al Jazeera : Est-il difficile de croire que certaines personnes veuillent que les Russes soient là-bas ?
Haïdaï : Ce sont exactement les gens qui n’ont aucune motivation, qui n’ont pas vu grand-chose dans cette vie. Ils ne gagnaient même pas le salaire moyen pour pouvoir aller en Europe et voir le monde. Ils ne sont pas motivés à grandir – ils se contentent du concept de l’Union soviétique et de son héritage en Russie.

Al Jazeera : Beaucoup disent que la bataille de Severodonetsk était similaire à Marioupol – que les soldats qui s’abritaient dans l’usine d’Azot étaient comme Azovstal. Mais vous avez dit que ce n’était pas la même chose. Pourquoi?
Haïdai : La taille est différente. Marioupol est une ville immense, Azovstal est un immense complexe industriel et il y a tout un abri anti-bombe souterrain. Il n’y a rien de tel à Azot. Il y a quelques abris séparés.

Deuxièmement, Marioupol était encerclé mais pas Severodonetsk, donc il y avait toujours un moyen pour nous d’y faire parvenir des produits et des fournitures.

Al Jazeera : Est-ce que toutes les troupes qui étaient à Severodonetsk ont ​​maintenant été déplacées à Lysychansk ?
Haïdaï : Oui

Al Jazeera : Et vous pensez tenir Lysychansk ?
Haïdai : Nous le tiendrons le plus longtemps possible. S’il n’y a pas de grosses pertes, nous le tiendrons. Pendant que nous retenions l’armée russe à Louhansk, l’oblast de Donetsk s’enfonçait très bien et construisait de solides défenses.

Al Jazeera : L’armée russe a plus d’armes, d’effectifs. Pourquoi pensez-vous qu’il leur a fallu si longtemps pour capturer Severodonetsk ?
Haïdaï : Parce qu’ils ne savent pas se battre. À quand remonte la dernière fois qu’ils se sont battus contre un adversaire puissant ? Souvenons-nous. Même en Tchétchénie, ils ont perdu la première campagne. Ils détruisent tout et c’est tout. C’est leur tactique.

Al Jazeera : Vous avez dit il y a quelques jours que certaines forces étaient également retirées de Lysychansk. Pensez-vous que la Russie peut prendre tout Lougansk ?
Haïdai : Ça peut. Malheureusement, c’est possible.

Al Jazeera : S’ils prennent tout Louhansk et tout le Donbass. Pensez-vous que cela arrêtera la guerre ?
Haïdai : Je ne pense pas. Seule la force peut arrêter Poutine.

Al Jazeera : Et vous allez essayer de récupérer le territoire ?
Haïdaï : Oui, sans aucun doute.

Un nouveau cimetière près d'une église locale dans la ville de Severodonetsk, région de Lougansk, Ukraine, 14 avril 2022
Un nouveau cimetière près d’une église locale à Severodonetsk, Luhansk, Ukraine, 14 avril [Marko Djurica/Reuters]

Al Jazeera : Vous voyez tant de tragédies, tant de personnes qui meurent chaque jour. Comment faites-vous face ?
Haïdaï : Eh bien, il y a beaucoup de gens qui me regardent. Donc pour le moment, je ne peux pas montrer mes émotions. Ils sont là, mais ils sont très très profondément enfouis.

Al Jazeera : C’est votre maison, ce sont vos villes. Quand vous voyez la destruction, comment vous sentez-vous ?
Haïdaï : Regardez, en deux ans et demi, nous avons beaucoup restauré dans la région de Louhansk, plus que les dix années précédentes. Alors voir tout cela est douloureux mais je sais que nous allons tout restaurer à nouveau.

Al Jazeera : Y a-t-il eu des victimes à Lysychansk aujourd’hui ?
Haïdaï : Oui, mais nous ne pouvons même pas compter combien parce qu’il y a énormément de bombardements.

Al Jazeera : Pourquoi pensez-vous que la Russie fait cela ?
Haïdaï : Le pays est le plus riche, avec d’énormes ressources, mais ils n’ont même pas leur propre voiture normale et décente. Ils ne peuvent donc rien fabriquer. Et la seule façon pour eux de justifier cela est de montrer que le monde entier est contre eux, que tout le monde est agressif envers eux et qu’ils doivent donc trouver une sorte d’ennemi.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/27/luhansk-governor

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire