Quatre personnes auraient été tuées lors de manifestations contre le régime militaire au Soudan | Nouvelles

0
74

Les manifestants appellent à un retour à un régime civil et à la justice pour les personnes tuées lors d’une violente répression en 2019.

Quatre personnes auraient été tuées alors que des foules immenses descendaient dans les rues du Soudan au milieu d’une panne de communication et d’une sécurité renforcée pour se rassembler contre les dirigeants militaires du pays qui ont pris le pouvoir il y a huit mois.

Le Comité central des médecins soudanais a déclaré jeudi dans un tweet que les quatre personnes avaient été tuées par balle lorsque la police a tiré à balles réelles sur des manifestants à Omdurman. Le comité, qui suit les victimes lors des manifestations, a déclaré que l’identité des personnes tuées n’était pas connue dans l’immédiat.

On estime que des dizaines de milliers de personnes manifestent à Khartoum et dans ses villes jumelles d’Omdurman – où les quatre ont été tués – et à Bahri.

Les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour empêcher les manifestants de marcher vers le palais présidentiel dans le centre de Khartoum.

Les manifestants ont barricadé certaines des principales artères de la capitale avec des pierres et des pneus enflammés. Des pannes prolongées d’Internet ont été signalées dans un effort apparent pour entraver le mouvement de protestation.

Le personnel des deux sociétés de télécommunications du secteur privé soudanais, s’exprimant sous couvert d’anonymat à Reuters, a déclaré que les autorités leur avaient ordonné de fermer Internet jeudi.

Le groupe de défense Netblocks.org a déclaré dans un communiqué que la perturbation avait été enregistrée chez de nombreux fournisseurs d’accès Internet mobile et fixe, y compris l’opérateur public Sudantel, laissant la connectivité nationale à seulement 17% de ses niveaux ordinaires.

“Les restrictions affectent de nombreux internautes au Soudan et sont susceptibles de limiter considérablement la couverture des événements sur le terrain”, indique le communiqué.

Hiba Morgan d’Al Jazeera, rapportant de Khartoum, a déclaré que les civils se mobilisaient depuis des semaines.

“Ils veulent s’assurer que le message est [clear]: ils veulent un gouvernement civil et non un leadership militaire », a-t-elle déclaré.

Morgan a déclaré que les chefs militaires sont favorables à des négociations avec les partis politiques pour parvenir à un consensus politique.

Les Forces de la liberté et du changement – une coalition pro-démocratie qui a été mise à l’écart à la suite du coup d’État militaire – ont refusé de tenir des pourparlers avec l’armée malgré les efforts de médiation des États-Unis et des Nations Unies.

Les manifestants portaient également des banderoles appelant à la justice pour les personnes tuées lors d’une violente répression lors d’un soulèvement en 2019 qui a renversé le dirigeant de longue date Omar al-Bashir et a conduit à un accord de partage du pouvoir entre des groupes civils et l’armée.

D’autres ont scandé “Burhan, Burhan, retournez à la caserne et rendez vos entreprises”, une référence aux avoirs économiques du général Abdel Fattah al-Burhan, qui a renversé le gouvernement de transition et ramené le régime militaire en octobre 2021.

Les chefs militaires actuels du Soudan ont déclaré avoir dissous le gouvernement en octobre en raison de la paralysie politique. En conséquence, le soutien financier international convenu avec le gouvernement de transition a été gelé et une crise économique s’est aggravée depuis.

Les efforts de médiation menés par les Nations unies et l’Union africaine n’ont pour l’instant abouti qu’à peu de progrès.

Le général Burhan a déclaré mercredi que les forces armées attendaient avec impatience le jour où un gouvernement élu pourrait prendre le relais, mais cela ne pourrait se faire que par consensus ou par des élections, et non par des protestations.

Plusieurs manifestations de quartier avaient eu lieu quotidiennement en préparation des rassemblements de jeudi. Mercredi, des médecins alignés sur le mouvement de protestation ont déclaré que les forces de sécurité avaient abattu un enfant à Bahri, portant à 103 le nombre de manifestants tués depuis le coup d’État.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/30/internet-blackout-as-sudans-protesters-rally-on-uprising-anniversary

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire