L’unité difficile de l’Europe sur la guerre en Ukraine

0
56

Accueillant les dirigeants finlandais et suédois à Washington le 19 mai, le président Biden a déclaré que « ce qui rend l’OTAN forte n’est pas seulement notre énorme capacité militaire, mais notre engagement les uns envers les autres, envers ses valeurs. L’OTAN est une alliance de choix, pas de coercition. L’OTAN est en effet une alliance en pleine croissance ; une fois que la Finlande et la Suède seront officiellement membres, l’alliance comptera 32 pays. Comme Vladimir Poutine l’a découvert, faire la guerre à l’Ukraine a renforcé plutôt qu’affaibli à la fois l’OTAN et l’Union européenne (UE) à 27 membres. Mais cette unité durera-t-elle ?

Certains dirigeants européens ont lancé une mise en garde. Le Premier ministre polonais, par exemple, a déclaré récemment : « Poutine compte sur la fatigue de l’Occident. Il sait qu’il a beaucoup plus de temps parce que les démocraties sont moins patientes que les autocraties », répétant ce que Xi Jinping a dit à Biden peu après l’entrée en fonction de Biden. Il y a quelque chose dans cet avertissement, car malgré les apparences et la coopération concrète, l’alliance n’est pas tout à fait d’accord sur au moins trois questions : l’énergie, l’alimentation et la marche à suivre pour l’Ukraine.

Mettre fin à la dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie

La dépendance de l’Europe vis-à-vis de la Russie pour l’énergie est un dilemme anticipé depuis un certain temps. L’Union européenne a importé pour près de 100 milliards d’euros (110 milliards de dollars) d’énergie russe l’année dernière. La Russie fournit environ 40 % des importations de gaz naturel du bloc, environ 27 % de son pétrole importé et environ 46 % de son charbon. Comment réduire cette dépendance suscite une profonde inquiétude dans les capitales européennes.

Sanctionner le pétrole et le gaz russes n’est clairement pas un sujet populaire au sein de l’OTAN et de l’UE. L’énergie est évidemment au cœur de toutes les économies, et la volonté de sacrifier la croissance économique varie considérablement parmi les membres de l’alliance. Les gens pensent que la Chine est le joker lorsqu’il s’agit de maintenir la Russie à flot, mais la Turquie et la Hongrie sont de meilleurs candidats. L’UE a conclu fin mai un accord édulcoré sur les importations de pétrole russe qui exempte de sanctions un oléoduc traversant la Hongrie, reflétant le refus de Victor Orbán de soutenir une interdiction totale des importations de pétrole russe d’ici la fin de 2022. Orbán souligne que La dépendance de la Hongrie vis-à-vis de la Russie pour l’énergie en général, y compris l’énergie nucléaire, mais en fait, il est un admirateur de Poutine, démontré non seulement par sa politique répressive mais aussi par son refus d’autoriser l’expédition d’armes de Hongrie vers l’Ukraine. Pourtant, menée par l’Allemagne et la Pologne, l’UE d’ici la fin de l’année aura éliminé tout sauf environ 10 % des importations de pétrole russe.

La solidarité de l’UE est également mise à l’épreuve en ce qui concerne les exportations de gaz russe. L’Allemagne, qui dépend de la Russie pour environ 55 % de ses importations de gaz, pourrait tomber en récession si la Russie réduisait entièrement ses exportations. Moscou vient de réduire ces exportations de moitié. La vulnérabilité à la Russie est presque aussi élevée ailleurs en Europe, ce qui suscite des inquiétudes quant à une crise énergétique à l’approche de l’hiver, probablement exactement comme Poutine l’espère. Plusieurs pays – la Finlande, les Pays-Bas, la Pologne et la Bulgarie – ont refusé de payer la Russie en roubles et ont déjà vu leur gaz coupé par Gazprom. Et la Serbie, qui n’a pas adhéré aux sanctions contre la Russie et cherche à rejoindre l’UE, a choqué l’alliance en concluant un accord gazier de trois ans avec Gazprom juste au moment où l’embargo pétrolier a été convenu. Cet acte soulève une question : pourquoi la demande d’adhésion de l’Ukraine à l’UE devrait-elle être retardée alors que des pays comme la Serbie et la Hongrie entravent l’action commune ?

Guerre alimentaire

L’approvisionnement alimentaire présente un deuxième problème difficile pour l’alliance et pour le monde. La Russie et l’Ukraine fournissent environ un tiers du blé mondial, mais la Russie a bloqué la mer Noire pour empêcher l’Ukraine d’exporter des céréales. Zelensky supplie l’ONU et l’Europe d’amener la Russie à débloquer un énorme stock de blé ukrainien et d’autres produits agricoles – 22 millions de tonnes, dit-il. Il est peu probable que la guerre alimentaire de Poutine, qui comprend désormais des attaques apparemment ciblées contre les terminaux céréaliers et les lignes de chemin de fer ukrainiens, change. La stratégie, manifestement destinée à forcer un assouplissement des sanctions contre la Russie, menace la chaîne alimentaire mondiale, qui est déjà mise à rude épreuve par le changement climatique et la hausse des coûts du carburant, des engrais et du transport. Le changement climatique a entraîné une sécheresse prolongée et une méga-chaleur dans les régions à déficit vivrier telles que l’Afrique de l’Est et le sous-continent indien. Le Programme alimentaire mondial rapporte que 89 millions de personnes sont désormais considérées comme « en situation d’insécurité alimentaire aiguë » rien qu’en Afrique de l’Est, en particulier en Somalie, où une famine généralisée est imminente. Poutine, bien sûr, blâme l’Occident pour la crise alimentaire de la même manière qu’il blâme l’OTAN pour la guerre.

Le 19 mai, le PDG de la société d’analyse agricole Gro Intelligence, Sarah Menker, a témoigné devant le Conseil de sécurité de l’ONU que le monde n’avait plus que 10 semaines de réserves de blé stockées dans des entrepôts. L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture a publié une estimation selon laquelle 49 millions de personnes risquent de connaître la famine dans les mois à venir, et 750 000 personnes sont actuellement menacées de famine. Poutine, dans un discours important à Saint-Pétersbourg le 17 juin, a rejeté toute responsabilité dans les pénuries alimentaires et a nié avoir bloqué les ports ukrainiens de la mer Noire, déclarant : « Ils [the Ukrainians] peut déminer les mines et reprendre les exportations alimentaires. Nous assurerons la sécurité de la navigation des navires civils. Aucun problème.” Il a promis une augmentation importante des exportations alimentaires russes vers les régions les plus nécessiteuses.

La Turquie, qui joue les deux camps dans la guerre – fournissant des drones à l’Ukraine mais refusant de sanctionner la Russie et tenant les demandes de la Finlande et de la Suède pour rejoindre l’OTAN en otage de leur protection jusqu’à présent des Kurdes anti-Erdogan – est en pourparlers avec Poutine pour autoriser les navires turcs sortir de la mer Noire avec du grain ukrainien. Si Poutine ne tient pas sa promesse de navigation sûre, certains observateurs sont favorables à un effort militaire pour briser le blocus russe en mer Noire. L’Ukraine n’a pas les armes pour dissuader la flotte russe, et à part le Danemark, qui a promis de fournir à l’Ukraine une batterie de missiles côtiers Harpoon, l’OTAN n’a pas bougé sur l’idée. James Stavridis, un ancien commandant général de l’OTAN, a proposé un convoi dirigé par l’OTAN ou les États-Unis pour libérer les navires ukrainiens. Mais il admet qu’une telle mission serait à haut risque et très peu susceptible de recevoir l’approbation de l’OTAN ou des États-Unis.

Fin de la guerre

Mettre fin à cette guerre est certainement la question la plus difficile pour l’alliance. Divers partis – les Français, l’ONU, les Turcs, les Hongrois – ont tenté de pousser Poutine à s’engager avec Zelensky, en vain. Une fois qu’une impasse survient sur le champ de bataille, Zelensky aura des choix difficiles, en particulier concernant la cession de territoire, et au sein de l’OTAN, ces choix auront leurs partisans distincts. Mettre fin ou assouplir les sanctions contre la Russie, redéployer des unités militaires, créer un cessez-le-feu durable, rouvrir des voies maritimes, compenser l’Ukraine pour ses énormes pertes – tout cela devra être des ingrédients, pas nécessairement pour un règlement négocié (puisque toutes les guerres ne se terminent pas par un accord) mais pour que le carnage s’arrête tout simplement. Cela n’aide pas que le président français Emmanuel Macron déclare : « Nous ne devons pas humilier la Russie pour que le jour où les combats cessent, nous puissions construire une porte de sortie par la voie diplomatique. Les Allemands semblent d’accord. Cette position ne plaît pas aux Ukrainiens, qui sont humiliés chaque jour, mais si Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz continuent de défendre leur position, Poutine aura l’avantage pour dicter les termes de la paix.

Assurer la sécurité future de l’Ukraine conduira sûrement à un débat intense. Tant que Poutine est au pouvoir, attendez-vous à une ligne très dure qui mettra au défi l’OTAN et l’UE de maintenir un front commun et d’éviter d’avoir à répondre de l’accusation de vendre l’Ukraine, comme le commentaire de Macron pourrait bien être interprété. La position de l’Allemagne est également problématique. Dans une critique virulente de Scholz, un écrivain français soutient que l’Allemagne n’a pas livré les armes lourdes promises à l’Ukraine et n’a pas fait grand-chose « pour orienter l’Union européenne vers une réponse unie » contre la Russie militairement.

Mais la tâche de loin la plus difficile est de trouver ce qui fera que Poutine cessera d’essayer de détruire et finalement d’absorber l’Ukraine. Si certains observateurs attentifs ont raison, rien de moins que la reconnaissance des intérêts de sécurité de la Russie dans toute l’Europe mettra fin à sa guerre. Comme l’écrit Tatyana Stanovona du Carnegie Institute, ces intérêts vont au-delà de l’élimination de l’indépendance de l’Ukraine :

« La Russie est peut-être enfermée dans une bataille avec l’Ukraine, mais géopolitiquement, elle se considère comme faisant la guerre à l’Occident sur le territoire ukrainien. Au Kremlin, l’Ukraine est considérée comme une arme anti-russe aux mains des Occidentaux – et sa destruction ne conduira pas automatiquement à la victoire de la Russie dans ce jeu géopolitique anti-occidental. Pour Poutine, cette guerre n’est pas entre la Russie et l’Ukraine, et le leadership ukrainien n’est pas un acteur indépendant mais un outil occidental qui doit être neutralisé.

Ce point de vue concorde avec un autre, de l’historien de Yale Timothy Snyder, qui soutient que la Russie ne peut jamais se satisfaire simplement de la destruction de l’Ukraine. En tant qu’État fasciste, soutient Snyder, la Russie de Poutine se considère comme une grande puissance avec une mission mondiale, son ennemi est l’Amérique et la coexistence avec elle ne peut être que temporaire.

Dans ce cas, la guerre en Ukraine sera une épreuve de force Est-Ouest qui ne pourra aboutir qu’au remplacement du régime de Poutine, à la balkanisation de l’Ukraine qui permettra à Poutine de revendiquer la victoire, ou à un conflit encore plus destructeur qui engloutir le reste de l’Europe de l’Est et impliquer éventuellement l’utilisation d’armes de destruction massive. Pendant ce temps, Poutine cherche à gagner du temps, estimant peut-être (comme l’a dit le Premier ministre polonais) que plus la guerre s’éternise, moins ses adversaires seront unis. Il a peut-être raison.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/30/europes-uneasy-unity-on-the-war-in-ukraine/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire