Les priorités de la présidence tchèque

0
96

Les dirigeants de l’Union européenne ont décidé à l’unanimité d’accorder à l’Ukraine et à la Moldavie le statut de candidat à l’UE avant la présidence tchèque de l’UE. Marquant une étape cruciale dans le cheminement des deux pays vers des liens plus étroits avec l’UE, quelle est la prochaine étape à l’ordre du jour du rôle de la République tchèque en tant que répondant à la crise de l’UE ?

Quelques jours avant la décision cruciale des dirigeants de l’UE, le ministre tchèque des Affaires étrangères Jan Lipavski, a exposé les priorités de la prochaine présidence de l’UE. Reprenant leurs six mois à partir de juillet, la République tchèque est prête à assumer ses responsabilités et ses principales priorités politiques au milieu de la guerre de la Russie en Ukraine.

Par conséquent, il est facile de déduire que l’Ukraine représentera une priorité clé de l’agenda. En plus de gérer le programme de sécurité énergétique de l’UE et d’œuvrer à rompre la dépendance vis-à-vis du gaz, du pétrole et du charbon russes, la présidence aura pour objectif de gérer la crise des réfugiés et le redressement de l’Ukraine après la guerre. Il s’agit notamment de parvenir à un consensus sur l’octroi du statut de candidat à l’Ukraine, que les dirigeants de l’UE ont réussi à obtenir à l’avance.

Et après?

L’octroi du statut de candidat aux deux pays représente une étape clé dans leur cheminement vers des liens plus étroits avec l’UE. Inutile de dire que la reconnaissance du statut de candidat ne garantit pas une future adhésion à l’UE, mais elle représente une étape symbolique puissante qui pourrait éventuellement avoir des implications pratiques substantielles. Le chemin est encore long et satisfaire aux critères d’adhésion à l’UE n’est pas facile. L’adhésion à l’UE nécessite le respect des critères de Copenhague, qui peuvent être difficiles à respecter, en particulier pour les pays dotés de très jeunes démocraties et d’économies de marché émergentes. Dans le cas de l’Ukraine et de la Moldavie, les négociations d’adhésion pourraient prendre des années, voire des décennies.

La Commission européenne a établi une série de conditions que Kyiv et Chisinau doivent remplir. Les pourparlers d’adhésion à l’UE sont divisés en 35 chapitres et regroupés en six groupes principaux. Les deux pays devront s’efforcer de mettre en œuvre les réformes nécessaires. Les deux pays ont besoin d’une réforme judiciaire urgente et de la lutte contre la corruption.

Dans ce domaine, la présidence tchèque de l’UE pourrait diriger les efforts de l’UE pour guider l’Ukraine et la Moldavie dans le processus de mise en œuvre. Prague devra également s’assurer que le soutien politique aux nouveaux pays candidats ne diminuera pas rapidement. L’Union ne peut pas permettre que les deux pays restent en dehors de l’UE pendant des décennies tout en étant soumis au processus d’adhésion.

Le statut de candidat donne au peuple ukrainien l’espoir d’un avenir libre et démocratique ainsi qu’un signal politique fort pour une pleine intégration à l’Occident et à l’UE. C’est également l’occasion de renforcer le soutien financier, politique et militaire pour vaincre la Russie, gérer la reconstruction d’après-guerre et entreprendre les réformes nécessaires. Tous les types de négociations dans l’impasse présentent une « fatigue de l’élargissement », qui entrave l’élan politique nécessaire pour pousser à la poursuite de la mise en œuvre de réformes difficiles dans les pays candidats.

Cela concerne également les conclusions du Conseil européen sur les demandes d’adhésion de l’Ukraine et de la Moldavie, qui suggèrent une clause de sauvegarde pour l’UE au cas où les changements institutionnels ne seraient pas suffisants. « La progression de chaque pays vers l’Union européenne dépendra de son propre mérite… en tenant compte de la capacité de l’UE à absorber de nouveaux membres.

La stipulation suggérant une possibilité de retrait de l’UE pour inclure de nouveaux membres reste très floue quant à la manière dont les progrès seront objectivement mesurés et décidés. À cet égard, l’UE doit rapidement repenser son approche de sa politique d’élargissement et cet élan pourrait être repris par la République tchèque. La présidence facilitera des discussions plus larges sur les mesures concrètes que l’UE pourrait proposer aux pays candidats en vue d’une intégration plus approfondie.

Depuis quelque temps déjà, Prague soutenait de manière fiable l’intégration des pays des Balkans occidentaux dans l’UE. Avant sa présidence, la République tchèque a affirmé inscrire ce sujet à son ordre du jour. Néanmoins, les Balkans occidentaux n’ont pas été mentionnés lors du dévoilement par le gouvernement tchèque des priorités, confirmant une déconnexion entre la rhétorique et la politique.

S’il est évident que l’aide financière, politique et militaire immédiate à l’Ukraine est la priorité absolue pour les temps à venir, le statu quo géopolitique est invraisemblable. À cet égard, l’approche de l’UE vis-à-vis de sa politique d’élargissement doit sérieusement repenser son processus d’adhésion.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire