Russie, Chine et duo nordique : points clés du sommet de l’OTAN | Actualités de l’OTAN

0
131

Le bloc a convenu d’un nouveau cadre stratégique axé sur la Russie et s’est engagé à renforcer ses capacités lors du sommet de Madrid.

Les dirigeants des 30 pays qui composent l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) se sont mis d’accord sur un vaste cadre stratégique pour la prochaine décennie qui se concentre sur la “menace directe” posée par la Russie et déclare, pour la première fois, la Chine comme un défi pour la sécurité .

L’alliance, qui avait semblé faiblir ces dernières années, s’est engagée lors du sommet “transformateur” de Madrid à adopter une approche renouvelée et remaniée de ses capacités de défense et de dissuasion, en renforçant ses forces le long du flanc est du bloc. Il a également officiellement invité la Suède et la Finlande, qui partagent respectivement des frontières maritimes et terrestres avec la Russie, à l’alliance.

Les membres de l’OTAN se sont également engagés à continuer de soutenir l’Ukraine après l’invasion russe ; promesses renouvelées de venir en aide aux autres membres en cas d’attaque; et mettre en place une démarche collective pour maintenir une « avance technologique » dans un environnement mondial de plus en plus complexe.

Pendant ce temps, le président russe Vladimir Poutine a accusé le chef de l’OTAN de chercher à “affirmer sa suprématie, ses ambitions impériales”, tandis que le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré que l’alliance tentait “d’étendre ses tentacules à l’Asie-Pacifique pour tenter d’exporter le froid”. Mentalité de guerre ».

Voici les principales conclusions du sommet de l’OTAN :

Les dirigeants participant au sommet de l’OTAN à Madrid en Espagne posent pour une photo [File: Bertrand Guay/The Associated Press]

« menace » de la Russie

  • Les dirigeants de l’OTAN ont déclaré que la Russie avait violé les “normes et principes qui ont contribué à un ordre de sécurité européen stable et prévisible” et que le bloc “ne peut pas écarter la possibilité” d’une attaque sur le territoire des membres.
  • L’alliance a qualifié la Russie de « menace la plus importante et la plus directe » pour sa sécurité, mettant en garde contre le renforcement militaire de Moscou dans les régions de la Baltique, de la mer Noire et de la Méditerranée ; l’intégration militaire avec la Biélorussie ; et la modernisation nucléaire et la « signalisation ».
  • L’OTAN a également déclaré qu’elle “ne cherche pas la confrontation et ne représente aucune menace” pour la Russie, soulignant qu’elle répondra aux menaces de manière “unie et responsable” et gardera les voies de communication ouvertes.

L’Otan va “renforcer considérablement” ses forces

  • Les dirigeants de l’OTAN ont déclaré que “personne ne devrait douter de notre force et de notre détermination à défendre chaque centimètre de territoire allié”, s’engageant à “renforcer considérablement” ses postures de dissuasion et de défense.
  • Le bloc a déclaré qu’il renforcerait ses “forces prêtes au combat” et son équipement prépositionné, ainsi qu’à mieux intégrer les capacités de défense des différents pays et à rationaliser la prise de décision pour “renforcer rapidement tout allié, y compris à court terme ou sans préavis”.
  • Le chef de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré que le renforcement des forces aura principalement lieu le long du flanc est du bloc près de la Russie, avec des soi-disant «troupes à haut niveau de préparation» portées à 300 000 contre 40 000 actuellement.
  • Le président américain Joe Biden a également annoncé que son pays renforcerait sa présence militaire en Europe, notamment en envoyant des troupes en Roumanie, en créant une nouvelle base américaine en Pologne, en envoyant deux escadrons de F-35 au Royaume-Uni et en stationnant des systèmes de défense aérienne en Italie et Allemagne.
  • L’alliance s’est engagée à stimuler son développement technologique et à investir dans la “capacité à se préparer, à dissuader et à se défendre contre l’utilisation coercitive de tactiques politiques, économiques, énergétiques, de l’information et autres tactiques hybrides par les États et les acteurs non étatiques”.

“Défi” de la Chine

  • Les chefs de l’OTAN ont déclaré que “les ambitions déclarées et les politiques coercitives de la Chine défient nos intérêts, notre sécurité et nos valeurs”, ajoutant que Pékin utilise des “outils” politiques, économiques et militaires pour accroître son influence, tout en restant “opaque sur sa stratégie, ses intentions et son renforcement militaire”. .
  • L’alliance a déclaré que la Chine s’efforçait de “renverser l’ordre international fondé sur des règles, y compris dans les domaines spatial, cyber et maritime”. Il a noté une préoccupation particulière concernant le “partenariat approfondi” de la Chine et de la Russie et les “tentatives de renforcement mutuel” visant à saper les normes internationales.

“Politique de la porte ouverte”

  • L’OTAN a réaffirmé sa “politique de la porte ouverte”, invitant officiellement la Finlande et la Suède à rejoindre le bloc après que la Turquie a abandonné son opposition.
  • Il a également déclaré qu’il continuerait à renforcer ses partenariats avec la Bosnie-Herzégovine, la Géorgie et l’Ukraine “pour faire avancer notre intérêt commun dans la paix, la stabilité et la sécurité euro-atlantiques”.
  • Ils ont qualifié l’Ukraine indépendante de « vitale » pour la stabilité dans la région euro-atlantique.

« Conflit, fragilité et instabilité » dans la région MENA

  • Le bloc a déclaré que les défis sécuritaires, associés au changement climatique, à l’insécurité alimentaire et aux urgences sanitaires, en Afrique du Nord, au Sahel et au Moyen-Orient offrent un terrain fertile pour les “groupes armés non étatiques, y compris les organisations terroristes” et “l’ingérence déstabilisatrice et coercitive” par concurrents stratégiques.
  • Le ministre espagnol des Affaires étrangères, Jose Manuel Albares, a déclaré que l’OTAN pourrait intervenir au Mali si nécessaire, l’alliance faisant référence au “terrorisme” parmi les “menaces hybrides” que les puissances hostiles pourraient utiliser pour saper sa stabilité.

Changement climatique, technologies émergentes

  • Les dirigeants de l’OTAN ont également qualifié le changement climatique de “défi déterminant de notre époque”, affirmant qu’il exacerbe les conflits, la fragilité et la concurrence géopolitique.
  • Ils ont mis en garde contre les acteurs malveillants opérant dans le cyberespace, les “technologies perturbatrices” qui pourraient changer la face des conflits et les adversaires “investissant dans des technologies qui pourraient restreindre notre accès et notre liberté d’opérer dans l’espace”.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/30/nato-summit-key-points-explainer

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire