Que disent les socialistes de l’Ukraine ?

0
82

Cela fait plus d’un an que la Russie a envahi l’Ukraine, et les résultats ont été dévastateurs. Un rapport du 21 février du Bureau des droits de l’homme des Nations Unies estime qu’au moins 8 101 civils ont été tués, 14 millions ont été forcés d’abandonner leurs maisons et 18 millions ont « un besoin urgent d’aide humanitaire ». Il n’y a pas de chiffres précis sur le nombre de victimes parmi les soldats, mais les estimations sont bien supérieures à 100 000 pour chaque camp.

Le président russe Vladimir Poutine détruit systématiquement l’Ukraine. Les infrastructures essentielles fournissant de l’électricité et de l’énergie ont été ciblées dans une politique de punition collective, laissant des millions de personnes dans une misère froide et sombre. L’anéantissement de la ville portuaire orientale de Marioupol était un avertissement précoce, visant à dissuader la résistance ukrainienne en montrant la capacité destructrice écrasante de l’armée russe.

Pourtant, les Ukrainiens continuent de résister courageusement. Les prédictions selon lesquelles la guerre serait terminée dans quelques semaines se sont avérées très fausses, car la population s’est mobilisée pour combattre les forces d’occupation. L’armée russe a été repoussée de la capitale, Kiev, au début de l’invasion, et à la fin de l’année dernière, l’armée ukrainienne a réussi à reprendre un territoire important à l’armée russe.

L’hiver nordique a gelé les lignes de front, à la fois littéralement et métaphoriquement, les conditions glaciales entravant la mobilité. Pendant ce temps, les deux camps se sont réarmés et ont élargi leurs forces.

La Russie déploie actuellement des centaines de milliers de soldats nouvellement enrôlés, principalement issus des prisons et des régions les plus pauvres du pays. Pendant ce temps, l’Ukraine a continué de recevoir un soutien important de l’Occident. Le groupe de réflexion basé en Allemagne, l’Institut de Kiel, a documenté plus de 50 milliards d’euros d’aide militaire directe au cours de l’année dernière, complétée par un montant similaire d’aide financière et humanitaire.

Personne ne sait ce qui va se passer ensuite. Moscou espère que ses nouveaux soldats pourront venir à bout des défenses épuisantes de son petit voisin. Sans cela, Poutine voudra transformer le conflit en une guerre d’usure écrasante. Cela a les avantages potentiels de démoraliser la population ukrainienne et d’augmenter la pression sur ceux qui la soutiennent, via des prix gonflés pour les biens essentiels et l’ampleur de l’aide nécessaire pour maintenir les Ukrainiens armés.

Le le journal Wall Street a récemment rapporté que les puissances européennes envisageaient une proposition visant à forcer l’Ukraine à conclure un accord qui diviserait le pays en États pro-occidentaux et pro-russes. La carotte serait des garanties de sécurité pour la partie occidentale. Le bâton serait la menace de retirer l’aide qui permet la résistance en cours. Un tel résultat serait le plus réactionnaire de tous, intégrant chaque partie du pays dans les intérêts impériaux sans rendre justice au peuple ukrainien.

La majorité des Ukrainiens, cependant, continuent d’insister sur le fait que résister à l’invasion de leur pays est un droit démocratique – une proposition avec laquelle aucun socialiste de principe ne peut être en désaccord. Le contrôle démocratique de la société par les travailleurs et les pauvres est impossible lorsqu’un pays est dominé par une puissance étrangère. Le socialiste russe Vladimir Lénine a ridiculisé ceux qui soutenaient le droit à l’autodétermination mais s’opposaient au droit de lutter contre une occupation étrangère.

“Nous sommes contre les annexions, mais… nous sommes contre les annexés qui mènent une guerre pour leur libération de ceux qui les ont annexés… N’est-ce pas une déclaration annexionniste ?”, écrivait-il dans un article de 1916, “La discussion sur l’autodétermination résumée ».

La guerre a déclenché un carnaval de réactions militaristes en Occident. Les États-Unis ont saisi le moment pour renforcer l’alliance de l’OTAN, qui couvre désormais la grande majorité de l’Europe et est en train d’ajouter deux autres pays à ses rangs. Le Japon et l’Australie sont devenus membres de facto, dans le cadre du pivot de l’organisation pour considérer la Chine comme la principale menace pour les intérêts de l’impérialisme occidental.

La fièvre de la guerre a conquis les cœurs et les esprits des commentateurs du monde entier. Il est difficile de lire un journal sans tomber sur la propagande pro-guerre la plus vile. Un exemple exaspérant de cela était un article récent dans le Financial Timespassant en revue un remake Netflix du classique anti-guerre À l’Ouest, rien de nouveau. L’article tentait de saper les fortes traditions anti-guerre de la société allemande, l’auteur se lamentant :

« À ce jour, l’Allemagne est intensément consciente des souffrances que les deux guerres mondiales ont causées à des millions de personnes en Europe et au-delà. Là où les puissances victorieuses voient un but dans la souffrance, la plupart des Allemands ne voient que le massacre et la culpabilité insensés.

Eh bien, personne ne peut accuser les classes dirigeantes occidentales – ou leurs porte-parole dans les médias – de se préoccuper de la souffrance insensée de millions de personnes ! Au milieu de la destruction planétaire et d’une crise du coût de la vie, ils ont décidé que ce dont le monde a le plus besoin, c’est de plus d’armes de destruction massive. Les dépenses et le commerce mondiaux des armes augmentent maintenant alors que les gouvernements se préparent à de nouvelles guerres.

Le gouvernement français prévoit d’augmenter son budget militaire de 40 %, y compris une expansion de son arsenal d’armes nucléaires. Même le gouvernement allemand, dirigé par les sociaux-démocrates et les verts, a créé un fonds de 100 milliards d’euros pour le renouvellement militaire et a rompu d’importantes traditions pacifistes en exportant du matériel militaire hors de l’UE pour la première fois depuis des générations. Une situation similaire se produit en Asie : le Japon augmente son budget militaire de 20 % cette année, et le ministère sud-coréen de la Défense nationale prévoit d’augmenter les dépenses militaires de 7 % par an au cours des cinq prochaines années.

L’Amérique est au cœur de tout cela, bien sûr. Le président Biden pousse les dépenses d’armement vers de nouveaux sommets, à hauteur de 816 milliards de dollars américains. Pour mettre cela en perspective, l’économiste Jeffrey Sachs estime que l’abolition de l’extrême pauvreté dans le monde coûterait environ 175 milliards de dollars par an. Mais pour les démocrates et la classe dirigeante américaine, il est beaucoup plus important de renforcer l’armée américaine et de se préparer à la guerre avec la Chine.

Le gouvernement travailliste australien est bel et bien d’accord avec cette tendance mondiale. Grâce au pacte de sécurité AUKUS avec la Grande-Bretagne et les États-Unis, le gouvernement investira jusqu’à 200 milliards de dollars australiens dans des sous-marins nucléaires d’attaque, dont le principal objectif stratégique sera d’aider les États-Unis dans une guerre avec la Chine. Les travaillistes prévoient également d’investir des milliards pour mettre à jour les systèmes de missiles et de drones de l’armée afin d’augmenter ce que le ministre de la Défense, Richard Marles, appelle la capacité de l’Australie à « projection percutante ». Ce qu’il veut vraiment dire, c’est qu’il veut avoir le pouvoir d’attaquer des pays éloignés des côtes australiennes.

Au milieu de ce bellicisme, les compagnies d’armement font une tuerie. Alors que le Dow Jones Industrial Average, un indicateur des valorisations boursières de Wall Street, est en baisse d’environ 10% depuis la fin de 2021, lorsque les discussions sur la possibilité d’une guerre ont vraiment décollé, le cours de l’action de Lockheed Martin, une société aérospatiale américaine, a augmenté de 38 pour cent. Northrop Grumman, l’un des plus grands fabricants d’armes au monde, a augmenté d’environ 20 % au cours de la même période. Raytheon, une autre société mondiale d’armement, est en hausse de 13 %. Les contrats de plusieurs milliards de dollars qui sont signés maintenant généreront d’énormes profits pour les années à venir pour ces marchands de la mort.

Les socialistes défendent le droit des Ukrainiens à combattre les occupants russes, tout comme nous avons soutenu la résistance irakienne contre les militaires américains et australiens. Mais la tragédie et le danger du moment actuel sont que les préoccupations légitimes des gens pour les droits des Ukrainiens sont cyniquement utilisées pour justifier cette explosion des dépenses d’armement.

Les gens de gauche devraient refuser d’approuver le militarisme et les machinations impériales de l’élite occidentale hypocrite. Ils prétendent aimer la démocratie et s’opposer à la guerre maintenant, mais il n’y a pas si longtemps, c’étaient les États-Unis et l’Australie qui tuaient des centaines de milliers de personnes dans leurs occupations de l’Afghanistan et de l’Irak. Et l’OTAN est la plus grande puissance militaire que l’histoire ait jamais vue – elle représente la plus grande menace pour la paix mondiale.

Pour ceux d’entre nous qui vivent en Australie, les classes dirigeantes occidentales et leur système de pouvoir militaire, politique et économique seront toujours notre plus grand ennemi, à la fois en tant qu’exploiteurs immédiats et en tant qu’acteurs principaux du système capitaliste mondial. Mais nous devons faire attention de ne pas en conclure que cela signifie que des acteurs rivaux, tels que l’Iran, la Russie et la Chine, sont meilleurs. C’est la conclusion que de nombreux membres de la gauche stalinienne ont tirée, les amenant à défendre les actions de dictateurs tels que Poutine ou le président chinois Xi, même lorsqu’elles affectent négativement des millions de travailleurs.

Au lieu de cela, il est important de comprendre que le capitalisme est un système mondial de massacre insensé dans lequel les travailleurs et les pauvres sont des pions dans les jeux impériaux joués par les riches de tous les côtés. Nous devons nous opposer à tout déploiement militaire impérialiste ou mensonge patriotique, quelle qu’en soit l’origine.

En définitive, seule une société socialiste peut mettre fin une fois pour toutes à cette barbarie, en éliminant la concurrence au cœur du système. En attendant, nous devons lutter contre toute expansion du complexe militaro-industriel et résister à toute tentative de préparer notre société à la guerre.

Source: https://redflag.org.au/article/what-do-socialists-say-about-ukraine

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire