Qu’est-il arrivé à la grève de Big UPS ?

0
235

Image reproduite avec l’aimable autorisation du Twitter de Teamster.

Les négociations Teamsters / UPS se terminent sur un gémissement et non sur un bang

Un syndicat peut-il remporter une « victoire historique », changer la donne dans les négociations contractuelles sans une véritable grève ? Les Teamsters prétendent avoir remporté une telle victoire. Le mardi 25 juilletème, la négociation du contrat a repris entre les Teamsters et United Parcel Service (UPS) après une interruption de deux semaines. Ce fut une courte réunion avant que les deux parties ne publient des déclarations sur leurs sites Web et leurs médias sociaux.

De nombreux Teamsters UPS de base ont été pris au dépourvu par cette annonce soudaine. Pourtant, deux jours avant l’annonce du règlement provisoire (TA), Noam Scheiber du New York Timessemblait comprendre quelque chose que la large gauche américaine et syndicale avait largement ignoré à propos du président général du Teamster Sean O’Brien :

Malgré toutes ses déclarations pugilistes, M. O’Brien reste une figure de l’establishment qui semble préférer parvenir à un accord plutôt que de se mettre en grève, et il a subtilement agi pour en rendre un moins probable.

Néanmoins, après plus de deux ans de discussions généralisées sur la plus grande grève potentielle de l’histoire des États-Unis, tout s’est terminé par un gémissement et non par un bang. Fred Zuckerman, secrétaire général-trésorier des Teamsters, a déclaré :

« L’entente met plus d’argent dans les poches de nos membres et établit une gamme complète de nouvelles protections pour eux au travail. Nous sommes restés concentrés sur nos membres et nous nous sommes battus comme des fous pour obtenir tout ce que les Teamsters UPS à temps plein et à temps partiel méritent.

Apparemment, la direction pensait aussi avoir remporté une victoire. Carol Tomé, PDG d’UPS, a déclaré :

« Ensemble, nous sommes parvenus à un accord gagnant-gagnant sur les questions importantes pour la direction des Teamsters, nos employés, UPS et nos clients. Cet accord continue de récompenser les employés à temps plein et à temps partiel d’UPS avec une rémunération et des avantages sociaux parmi les meilleurs du secteur tout en conservant la flexibilité dont nous avons besoin pour rester compétitifs, servir nos clients et maintenir la solidité de notre entreprise.

Le le journal Wall Street (WSJ) éditorial (L’art du deal) a évalué l’accord de principe (TA) comme une victoire pour UPS :

« UPS était également prête à payer pour atteindre son objectif d’une plus grande flexibilité dans les horaires de travail et les nouvelles technologies. L’entreprise ne s’en vante pas, mais on nous dit que l’accord permettra plus d’équipes d’entrepôt et de livraison les samedis et dimanches, qui sont actuellement en sous-effectif.

La plus grande victoire d’UPS a peut-être été de maintenir le salaire historiquement bas des travailleurs nouvellement embauchés à des niveaux de salaire de pauvreté, malgré l’engagement d’O’Brien de mettre fin à la « pauvreté à temps partiel ». Le TA demande que les travailleurs à temps partiel, qui sont embauchés ou atteignent l’ancienneté après le 1er août 2023, commencent à 21 $ l’heure. En quarante-huit mois, ils atteignent 23 $ de l’heure. Le salaire de départ est ensuite augmenté pour les nouvelles embauches à 23 $ de l’heure le 1er août 2027.

C’est à peu près ce qu’était la fourchette de rémunération qu’UPS payait les nouvelles embauches pendant les pires jours de la pandémie. C’est le L’art du vol, sans mettre fin à la structure salariale à deux niveaux dont la plupart des médias ont parlé sans critique. Même la victoire tant célébrée qui a apporté la climatisation aux chauffeurs-livreurs de colis qui souffrent depuis longtemps n’est pas la victoire qu’elle semble être.

Alors qu’UPS a accepté d’acheter des véhicules de livraison avec climatisation à partir du 1er janvier 2024, en même temps, le TA dit :

“L’Employeur remplacera au moins 28 000 voitures et fourgonnettes à forfait pendant la durée du présent Accord [expires on July 31, 2028]. Le syndicat sera avisé si l’employeur ne peut pas respecter cet horaire en raison de baisses de volume.

Ainsi, seul un tiers des wagons et camionnettes de livraison d’UPS pourraient potentiellement être équipés de la climatisation au cours des cinq prochaines années. Et, les Teamsters ont donné à UPS une porte de sortie en convenant que si le volume diminue, le calendrier peut être retardé. Certains conducteurs de voitures à forfait vivant peuvent ne jamais voir la climatisation. Compte tenu de la catastrophe en cours des longues vagues de chaleur provoquées par le changement climatique, c’est une recette pour un désastre.

À quoi aurait ressemblé une victoire historique ? Eh bien, entre autres demandes, il mettrait fin aux structures salariales à deux niveaux entre les travailleurs à temps partiel et à temps plein, et installerait dès maintenant la climatisation pour tous les véhicules de livraison. Le TA actuel, malgré les menaces d’O’Brien et de Zuckerman de « pulvériser » UPS, a l’impression d’être décevant. Mais, décevant à une époque de menaces croissantes pour les moyens de subsistance et la santé des Teamsters UPS sont en fait des concessions majeures.

Compte tenu du moment historique de faible taux de chômage, de bénéfices records et de sympathie du public pour les travailleurs d’UPS, on a l’impression qu’un moment a été manqué pour de véritables victoires historiques.

Bien loin de 1997

Nous sommes loin de l’été 1997, lorsque les Teamsters dirigés par Ron Carey, le président général élu de premier rang des Teamsters, ont appelé à une grève nationale qui a transpercé le pays. C’était un éclair qui a illuminé le ciel, avec plus de 185 000 travailleurs en grève dans tous les coins des États-Unis. Le slogan « Part-Time America Won’t Work » a captivé l’imagination du public, qui a soutenu les grévistes à deux contre UPS.

La victoire sans conteste des Teamsters, surtout la création de 10 000 nouveaux emplois à temps plein, a été la plus grande victoire en une génération. Mais, la grève a eu un impact d’autant plus généralisé qu’on a eu le sentiment que le mouvement ouvrier avait enfin tourné la page. L’historien Nelson Lichtenstein a écrit que la grève a mis fin « au syndrome PATCO, une période de seize ans au cours de laquelle une grève était synonyme de défaite et de démoralisation ».

UPS détestait Ron Carey, un ancien chauffeur d’UPS, et jura de se venger. Selon Carey, comme le raconte Deppa Kumar’s Hors du cadrele négociateur en chef d’UPS, David Murray, lui a dit très clairement :

L’un des négociateurs d’UPS a déclaré, en présence du secrétaire au Travail de l’époque, Alexis Herman : « OK Carey, nous sommes d’accord sur les questions en suspens du syndicat », et il a ensuite quitté la salle de conférence. Alors qu’il partait, il s’est penché sur la table de conférence et m’a dit : « Tu es mort, Carey, et tu vas payer pour ça, tu sanglots. » J’ai regardé Mme Herman et j’ai demandé : « As-tu entendu ça ? ” Elle a répondu: “Je n’ai rien entendu.”

Finalement, Carey a été chassé des dirigeants des Teamsters, mais a ensuite été déclaré non coupable par un tribunal fédéral. Mais, le mal était fait. Outre une poignée de crétins républicains, comme le sénateur de l’Oklahoma Markwayne Mullin, y a-t-il des clameurs pour que O’Brien parte? En fait, O’Brien a consciencieusement protégé l’administration Biden lors des négociations Rail et UPS de l’année dernière.

Il est ironique dans ce «Summer of Strikes», que les acteurs hollywoodiens qui jouent les Teamsters au cinéma et à la télévision marchent sur la ligne de piquetage, tandis que les vrais Teamsters restent au travail.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/07/28/what-happened-to-the-big-ups-strike/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire