Questions morbides : Estimation de la mortalité due au COVID-19

0
33

Source de l’image : US News & World Report – Domaine public

Il a dominé les cycles d’actualités, les débats et les politiques depuis 2020, mais le COVID-19 continue d’exercer l’intérêt des calculateurs et des pointeurs. Alors que les annonces de presse quotidiennes macabres sur les infections et les décès dans de nombreux pays ont diminué et, dans certains cas, ont complètement disparu, les publications abondent sur le nombre de prises pendant la pandémie.

L’Organisation mondiale de la santé, toujours ce héraut des nouvelles sombres, a proposé une évaluation révisée du nombre de décès dus au SRAS-CoV-2 associés directement ou indirectement à la pandémie. Entre le 1er janvier 2020 et le 31 décembre 2021, l’organisme mondial de la santé suggère que le chiffre de la mortalité est plus proche de 14,9 millions, avec une fourchette de 13,3 millions à 16,6 millions.

Le nombre tient compte de la surmortalité, le chiffre atteint après prise en compte de la différence entre le nombre de décès survenus et le nombre attendu en l’absence de pandémie. Il tient également compte des décès occasionnés directement par le COVID-19, ou indirectement (par exemple, la perturbation de la société et des systèmes de santé par la pandémie).

L’impact, comme prévu, a été disproportionné par rapport aux pays qui ont le plus souffert. Parmi les décès excédentaires, 68% étaient concentrés dans 10 pays – Brésil, Égypte, Inde, Indonésie, Pérou, Russie, Afrique du Sud, Turquie et États-Unis. Les pays à revenu intermédiaire représentaient 81 % des décès excédentaires ; les pays à revenu élevé, pour 15 %, et les pays à faible revenu, 4 %.

Les États-Unis, ne serait-ce que pour avoir pris de l’ascendant en termes de pouvoir, de richesse et d’incompétence face au virus, se retrouvent dans la position peu distinguée d’avoir perdu un million de personnes. «Aujourd’hui», a fait remarquer le président Joe Biden, «nous marquons une étape tragique ici aux États-Unis, un million de décès par COVID, un million de chaises vides autour de la table du dîner familial, chacune des pertes irremplaçables et irremplaçables, chacune laissant derrière elle une famille, une communauté changé à jamais à cause de cette pandémie.

Le conseiller médical en chef du président, Anthony Fauci, a déploré le fait qu'”au moins un quart de ces décès, à savoir environ 250 000″ auraient pu être sauvés par les vaccinations. Il a également mis en garde contre la perspective laide d’une résurgence des chiffres et de ne pas “baisser notre garde”.

À la lumière de ces chiffres, le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, réitère la ligne que lui et ses collègues ont adoptée depuis des mois. Les pandémies exigent des « systèmes de santé plus résilients capables de soutenir les services de santé essentiels pendant les crises, y compris des systèmes d’information sanitaire plus solides ». Son organisation « s’est engagée à travailler avec tous les pays pour renforcer leurs systèmes d’information sur la santé afin de générer de meilleures données pour de meilleures décisions et de meilleurs résultats ». Une grande partie de cela sera un vœu pieux.

Les chiffres, certainement lorsqu’ils concernent des questions de mortalité, peuvent devenir l’objet d’âpres disputes. Le COVID-19 n’a pas fait exception. En Afrique, 41 des 54 pays ont communiqué des données insuffisantes. Certains pays ont publié des ensembles de données incomplets ; d’autres, aucun à proprement parler. Cela signifiait inévitablement que le groupe consultatif technique de l’OMS pour l’évaluation de la mortalité liée au COVID-19 ne pouvait que modéliser les chiffres manquants pour combler les lacunes.

En conséquence, des abandons et des arguments sur la méthodologie ont dûment émergé. L’Inde, pour sa part, s’est très publiquement opposée à la manière dont l’OMS a abordé la compilation, communiquant ses préoccupations dans pas moins de six lettres entre novembre 2021 et mars 2022 et dans un certain nombre de réunions virtuelles. Des préoccupations ont également été exprimées par des États membres de l’OMS, notamment la Chine, l’Iran, le Bangladesh, la Syrie, l’Éthiopie et l’Égypte.

Le cas de l’Inde est particulièrement révélateur, étant donné la modélisation de l’OMS montrant 4 740 894 décès en excès, soit près du triple des chiffres de New Delhi. De tels chiffres impliquent, comme l’épidémiologiste Prabhat Jha de l’Université de Toronto l’a affirmé en janvier, que les autorités “essayaient de supprimer les chiffres de la manière dont elles ont codé les décès dus au COVID”.

Dans une déclaration indignée du ministère de la Santé de l’Union publiée au début du mois, on parle beaucoup de “comment le modèle statistique projette des estimations pour un pays de la taille géographique et de la population de l’Inde et s’intègre également à d’autres pays qui ont une population plus petite”. Cela constituait une inacceptable « approche unique et les modèles qui sont vrais pour des pays plus petits comme la Tunisie pourraient ne pas être applicables à l’Inde avec une population de 1,3 milliard d’habitants ».

Le modèle de l’OMS a également renvoyé deux ensembles très variés d’estimations de surmortalité lors de l’utilisation de données de pays de niveau 1 et lors de l’utilisation de données de 18 États indiens qui n’avaient pas été vérifiées. “L’Inde a affirmé que si le modèle [is] précis et fiable, il doit être authentifié en l’exécutant pour tous les pays du niveau 1 » et « le résultat d’un tel exercice peut être partagé avec tous les États membres ».

Le directeur général adjoint de l’OMS pour les interventions d’urgence, Ibrahima Soće Fall, admet que toute image précise est seulement aussi complète que les données fournies. « Nous savons où se situent les lacunes en matière de données et nous devons collectivement intensifier notre soutien aux pays, afin que chaque pays ait la capacité de suivre les épidémies en temps réel, d’assurer la prestation des services de santé essentiels et de protéger la santé de la population.

Le degré de fracturation qui persiste dans le domaine de la santé publique montre que des lignes de fracture nettes subsistent dans l’approche de chaque pays face au problème de la pandémie. La désunion et le factionnalisme, le petit nationalisme et l’intérêt personnel restent impérissables, même dans les moments les plus difficiles. Et tous les gouvernements, s’ils en ont la possibilité, pécheront du côté de l’inexactitude plutôt que de risquer un embarras aigu.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/18/morbid-matters-estimating-covid-19-mortality/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire