Réfugiés syriens en Jordanie : une décennie et ça compte

0
76

Dix ans après le début de la guerre syrienne, le bilan en morts, destructions et misère humaine est difficile à admettre. La guerre s’éternise et le pays reste divisé géographiquement, politiquement, ethniquement et sectairement. L’ONU, en 2021, a documenté plus de 350 200 décès, qualifiant cela de “sous-estimation du nombre réel de meurtres” puisque le décompte suivait des directives strictes exigeant le nom complet du défunt, la date du décès et le lieu. Autre décompte tragique : plus de la moitié de la population syrienne d’avant-guerre a été déplacée de force, avec plus de 6,8 millions de réfugiés et quelque 6,7 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI).

La plupart des réfugiés se trouvent en Jordanie voisine (670 000), au Liban (844 000) et en Turquie (3,65 millions). Ce sont les réfugiés dûment enregistrés. Le dernier recensement de la Jordanie a dénombré 1,3 million de Syriens, tandis que le Liban en revendique 1,5 million. L’Europe accueille plus d’un million de réfugiés syriens, principalement en Allemagne (59 %) et en Suède (11 %). La Turquie reste le plus grand pays d’accueil au monde (plus de 4 millions, soit 92 % de Syriens) mais, par habitant, le Liban et la Jordanie occupent les premier et deuxième rangs mondiaux. Les deux pays accueillent également d’autres réfugiés, notamment des Palestiniens – 200 000 dans des camps libanais, soumis à des restrictions, et 2 millions en Jordanie, la plupart en tant que citoyens.

Sur les 672 952 réfugiés enregistrés en Jordanie, 19,5 % vivent dans des camps (131 300) — presque tous à Zaatari (81 000) et Azraq (43 934). Les 542 000 restants se trouvent principalement dans les zones urbaines de Jordanie, concentrées à Amman (26 %), Irbid (18 %) et Al Mafraq (12 %). Les adultes étaient au nombre de 314 000, équitablement répartis entre hommes et femmes avec 332 000 enfants. Les plus de 65 ans (27 000) représentaient 4,1 % d’une population qui augmente chaque mois d’environ 2 000 bébés.

La Jordanie continue de lutter économiquement. Depuis 2011, la croissance du PIB et de l’emploi en Jordanie a atteint en moyenne 2,4 % par an, ne parvenant pas à suivre le rythme de sa main-d’œuvre jeune. Le chômage était de 25 % au début de 2021, le chômage des jeunes atteignant un record de 48,1 %. La dette de l’administration centrale dépassait 106 % du PIB fin 2020, en hausse de 10 points de pourcentage du PIB en un an seulement. C’est un environnement difficile dans lequel accueillir d’importantes populations de réfugiés.

Environ 80 % des réfugiés syriens de Jordanie vivent en dessous du seuil de pauvreté et 60 % des familles vivent dans une pauvreté extrême. Ces chiffres ont augmenté en raison de la pandémie. Notez que seulement 15 % des Jordaniens vivent en dessous du seuil de pauvreté, bien que cela ait également augmenté avec la pandémie. La pandémie et ses fermetures ont particulièrement touché les secteurs où les réfugiés se concentrent comme le tourisme, la construction, le commerce et les services à la clientèle. Les moyens de subsistance ont souffert car 68 % des réfugiés ont vu la pandémie réduire leurs revenus. De nombreux Syriens sont lourdement endettés avec 55 % de dettes pour les besoins de base. De nombreux gains de réfugiés ont été annulés. Les indicateurs de sécurité alimentaire sont au niveau de 2014. Selon le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, « seulement 2 % des ménages de réfugiés peuvent satisfaire leurs besoins alimentaires essentiels sans aucune stratégie d’adaptation négative, qui comprend la réduction des repas, le retrait des enfants de l’école, le mariage précoce et l’envoi des membres de la famille mendier ». .”

La scolarisation a également été difficile. En 2020, il y avait 145 000 réfugiés syriens dans les écoles jordaniennes, la plupart dans des écoles à double vacation. En 2017, plus de 40 % des enfants inscrits n’étaient pas scolarisés. Un récent rapport de Human Rights Watch met en évidence un taux de scolarisation de plus en plus bas. Les coupables sont la pauvreté, le manque de transports appropriés, la mauvaise qualité de l’éducation, la faible valeur de la formation continue compte tenu des possibilités d’emploi limitées des Syriens, les obstacles administratifs à l’inscription et le manque d’hébergement pour les enfants handicapés.

L’enseignement secondaire est un point de rupture dans ce contexte difficile. En ce qui concerne l’enseignement primaire, le gouvernement jordanien revendique un taux de scolarisation supérieur à 63 % pour les réfugiés. Et tandis que le gouvernement affirme que 30 % des élèves syriens éligibles sont inscrits à l’école secondaire, d’autres enquêtes indiquent 15 à 21 %. À l’échelle mondiale, ce nombre est de 24 %, ce qui souligne le défi mondial. Même pour ceux qui sont scolarisés, la pandémie, ses fermetures et son impact économique rendent l’accès à l’éducation en ligne très difficile, encourageant davantage d’abandons. Le résultat est plus de travail des enfants, de mariages d’enfants et d’avenirs retardés. Les filles sont particulièrement vulnérables, car elles sont trois fois plus susceptibles de devenir des enfants mariées qu’elles ne l’étaient en Syrie.

Les réfugiés sont également souvent confrontés à des problèmes médicaux complexes, notamment des blessures physiques et des traumatismes psychologiques, tous exacerbés par de mauvaises conditions de travail, de logement et sanitaires. De nombreux Syriens sont également confrontés à des maladies chroniques telles que l’hypertension, le diabète, le cancer, etc. En 2013, les réfugiés syriens de Jordanie ont obtenu un accès gratuit aux soins de santé primaires publics et aux hôpitaux. En novembre 2014, débordé, le gouvernement a exigé des Syriens qu’ils paient le tarif jordanien non assuré. Des coûts supplémentaires sont survenus en 2018, ce qui a doublé et quintuplé certains coûts. Le HCR fournit un soutien supplémentaire, mais le financement est un facteur limitant. Sur les vaccinations COVID-19, les réfugiés sont en retard sur leurs hôtes. En octobre 2021, 33 % des réfugiés syriens de 12 ans et plus vivant en dehors des camps avaient été vaccinés ; ce nombre dans les camps de Zaatari et d’Azraq était de 55 %.

Une enquête de santé du HCR de 2018 répétée en 2021 fournit des comparaisons utiles. La sensibilisation aux options de soins de santé disponibles est passée de 83 % en 2018 à un peu plus de 50 % en 2021. L’accès aux soins prénatals était largement disponible au cours des deux années, le coût étant le principal défi. Les taux de vaccination des enfants étaient élevés au cours des deux années. L’incidence des maladies chroniques en 2021 avait augmenté, mais 87 % n’avaient pas les moyens d’acheter des médicaments contre 52 % en 2018. Un pourcentage important a dépensé de l’argent pour les services de santé en 2021 (77 %) et 2018 (78 %). Les dépenses de santé par mois étaient pratiquement les mêmes les deux années, à environ 98 dinars jordaniens, ce qui représentait 44 % du revenu mensuel en 2021.

Outre les tendances à la baisse des moyens de subsistance, de l’éducation et de la santé, les principaux programmes financés par des donateurs, tels que le système de soutien en espèces du Programme alimentaire mondial (PAM), sont également confrontés à des déficits de financement. En juin 2021, le PAM a annoncé que 21 000 réfugiés ne recevraient plus d’aide en espèces en raison d’un manque de fonds et que 250 000 réfugiés pourraient voir leur aide alimentaire réduite.

Aucune de ces tendances n’est durable. Les Syriens en Jordanie ne reviendront pas en grand nombre de si tôt. Seuls 41 000 sont rentrés volontairement depuis 2018. Outre la dévastation physique et sociale de la guerre, les conditions économiques en Syrie sont catastrophiques et les violations des droits de l’homme aussi brutales que jamais, ciblant même les rapatriés avec des autorisations de sécurité syriennes. Les réinstallations de réfugiés dans les pays tiers sont pratiquement inexistantes avec seulement 1 % éligibles et seulement 1 396 réinstallés en 2020.

La Jordanie a été largement épargnée par la dure rhétorique anti-réfugiés du Liban ainsi que par les récits anti-immigrés de la Turquie. Pourtant, une crise pourrait se développer sur le front des réfugiés en Jordanie si la tendance à la baisse de ces indices n’est pas arrêtée. Il serait utile d’élaborer un programme qui précède et anticipe plutôt que d’intervenir après coup et de réagir pêle-mêle à une crise. Un accord à plus long terme comme l’accord pluriannuel UE-Turquie sur l’aide aux réfugiés pourrait fonctionner. Peut-être que l’ouverture supplémentaire des marchés du travail jordaniens aux réfugiés ou le maintien à l’école d’un plus grand nombre d’enfants, en particulier de filles, en échange d’une assistance profiteraient également aux Jordaniens les plus vulnérables. Bien qu’il soit probablement impossible d’amener les membres de l’UE à accepter davantage de réfugiés en ces jours de forteresse Europe, soutenir les pays qui accueillent des réfugiés peut être une option plus viable, en particulier si des programmes efficaces tels que le programme d’aide en espèces du PAM et les programmes éducatifs et sanitaires en cours sont déjà sur le terrain et n’ont besoin que d’un financement supplémentaire.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire