Retour en arrière – CounterPunch.org

0
43

Source de la photographie : Rusty Clark ~ 100 000 photos – CC BY 2.0

Il y a plusieurs années, je suis allé à une petite conférence à Washington, DC, et j’ai assisté à une conférence sur “une nouvelle ère de l’art de gouverner”. Le présentateur, qui travaillait pour le gouvernement américain – même s’il n’émettait aucune opinion officielle – était soutenu par plusieurs compagnons amicaux dans le public. Son argument était que les États se débarrassaient désormais des règles internationales et des réglementations organisationnelles – il a nommé l’ONU – afin de « réaffirmer leur souveraineté légitime ». Ce « sevrage » était présenté comme progressiste car il permettrait à un État de poursuivre plus librement les intérêts de ses citoyens. Encore une fois, le présentateur a affirmé que tout cela valait la peine d’être soutenu.

J’ai été choqué et irrité par cette présentation. Pendant les questions et réponses, je leur ai dit qu’ils ne connaissaient aucune histoire ou qu’ils essayaient consciemment de nous induire en erreur, car ce qu’ils décrivaient était un recul en termes de réglementation du comportement de l’État, à une époque antérieure à la Seconde Guerre mondiale. Ils essayaient de ressusciter une période laide et très dangereuse de l’histoire. Je pense qu’ils m’auraient éjecté de la pièce s’ils avaient pu s’en tirer.

Aussi trompeuse qu’ait pu être cette présentation, elle a encadré une question fondamentale : nous régressons en fait en termes de valeurs post-Seconde Guerre mondiale et d’obéissance aux lois internationales. On peut à juste titre se demander, en remontant d’où, vers quoi, et pourquoi ?

Revenir en arrière à partir d’où ?

Le « d’où » était la période progressiste inaugurée juste après la Seconde Guerre mondiale. Cette période était une réaction aux horreurs du nazisme, du fascisme et de la guerre. En conséquence de ces horreurs, l’impérialisme et le colonialisme ont perdu leur éclat et certains dirigeants politiques occidentaux ont commencé à s’orienter vers la décolonisation.

À peu près à la même époque (1945-1950), des traités et des « déclarations universelles » ont été rédigés, proscrivant les comportements des nazis. Par traité, le génocide a été interdit et a fini par devenir un crime contre l’humanité. La Quatrième Convention de Genève a été créée pour « traiter des protections humanitaires des civils dans une zone de guerre ». La Déclaration universelle des droits de l’homme, qui selon Eleanor Roosevelt a représenté “un grand événement dans la vie de l’humanité”, a garanti, plutôt avec optimisme, le droit de chaque individu à “vivre sa vie librement, équitablement et dans la dignité”. Enfin, la Cour internationale de Justice, un organe de l’ONU, a été établie à La Haye aux Pays-Bas, suivie de la fondation de la Cour pénale internationale, une organisation complémentaire créée par un traité international.

Si ces nouvelles normes avaient prévalu dans la pratique, le résultat aurait été des restrictions à la souveraineté – des règles couvrant ce que les dirigeants d’une nation pouvaient ou ne pouvaient pas faire à l’intérieur ou à l’extérieur de leurs frontières. Ils agiraient également comme un guide vers un monde meilleur – un ensemble de nouvelles normes de comportement civilisé. Par exemple, une impulsion vers l’égalité raciale a commencé à ce stade et a duré au moins jusqu’au début des années 1970 : la loi américaine sur les droits civils a été adoptée en 1964 et l’apartheid a été déclaré crime contre l’humanité en 1973 par l’Assemblée générale des Nations Unies. Cependant, maintenir ces progrès ne devait pas être aussi facile qu’Eleanor Roosevelt et tant d’autres le pensaient.

Pourquoi reculons-nous ?

Il y a deux sources d’érosion qui travaillent sur ces nouvelles normes progressistes. La première était l’attraction de la souveraineté. Les horreurs du nazisme et du fascisme ont démontré les dangers inhérents au comportement national souverain, mais la revendication de l’autorité suprême pour le gouvernement de l’État s’est avérée être une habitude très difficile à briser. Ainsi, vous avez une tendance constante à négliger ou à oublier les règles établies par le droit ou les traités internationaux parce qu’elles restreignent l’action souveraine. Et, si vous êtes une « grande puissance » ou un État plus petit qui a une grande puissance patronne, vous êtes pratiquement à l’abri des préceptes du droit international. Ainsi, ce n’est que le petit dictateur d’un État non protégé, généralement africain ou balkanique, qui est tenu pour responsable d’avoir enfreint les règles.

La deuxième source qui continue d’éroder les mesures progressistes de l’après-guerre est une force envahissante et parasitaire. C’est la croissance d’après-guerre des lobbies, ou des groupes d’intérêts assez puissants pour imposer leur propre volonté aux gouvernements démocratiques lorsqu’il s’agit de formuler la politique nationale qu’ils souhaitent influencer.

Il s’est avéré que ma conférence des piliers du pouvoir d’État avait quelque chose à voir avec ce phénomène de groupe d’intérêt. Le présentateur et son public étaient des sionistes, ce qui les associait à l’un des lobbies les plus puissants des États-Unis. Le lobby israélien (ci-après le Lobby) est suffisamment puissant pour imposer sa volonté au Département d’Etat américain dans les domaines reflétant les intérêts du Lobby. Et quel est cet intérêt ? C’était la protection et la promotion de la puissance colonialiste d’Israël, un État qui enfreint le droit international et viole régulièrement les traités internationaux.

Retour vers où ?

Le comportement d’États comme Israël, qui a un patron au sein du gouvernement des États-Unis, imite essentiellement le comportement de l’État avant la Seconde Guerre mondiale. Parmi ces comportements figurent l’expansion coloniale, l’agression transfrontalière, la persécution des peuples captifs, le ciblage des civils et des infrastructures civiles – la liste est longue. Ce sont des comportements qui finissent par conduire au racisme étatique, au nettoyage ethnique et au génocide. Ainsi, nous avons une assez bonne image de « où » nous emmène : cela nous ramène à une scène internationale sans loi.

Puisque le présentateur de la conférence et son entourage étaient de tels partisans d’Israël, nous allons d’abord jeter un regard sur une action israélienne récente qui reflète son comportement colonial et raciste, puis sur les conséquences de l’action.

L’action à noter a été le meurtre récent de Shireen Abu Aqleh, la journaliste d’Al Jazeera, abattue d’une balle dans la tête par un assassin militaire israélien alors qu’elle couvrait un raid israélien dans la ville palestinienne occupée de Jénine. Plus tard ses funérailles

cortège a été littéralement attaqué par la police israélienne. Ce comportement de la part de l’Etat israélien n’était pas seulement colonialiste mais aussi fasciste par nature. Encore une fois, imitait le comportement d’avant la Seconde Guerre mondiale.

À la suite du meurtre, y a-t-il eu une quelconque initiative pour demander des comptes au personnel israélien ? Il n’y a certainement pas eu de réaction significative à Washington. Le pouvoir du Lobby est tel qu’il peut amener le gouvernement américain à s’assurer qu’Israël échappe à la responsabilité de ses crimes. Au cours des cent dernières années, ce lobby a cultivé des amitiés et soutenu financièrement des politiciens américains au point où ils sont en mesure d’assurer leur soutien à long terme. Ils ont également dépensé beaucoup d’argent pour vaincre ceux qui ne soutiendront pas Israël. Au fil du temps, cela a abouti à l’ensemencement du gouvernement américain avec du personnel pro-israélien élu et nommé.

Ainsi, quelle a été la réaction de Washington face à la démonstration de fascisme d’Israël ?

Alors que de nombreuses organisations de la société civile conviennent que le meurtre de Shireen Abu Aqleh mérite une enquête indépendante et objective, et que la logique et l’histoire passée démontrent qu’Israël ne peut pas enquêter lui-même, le porte-parole du Département d’État, M. Ned Price, a déclaré : « Les Israéliens ont les moyens et les capacités nécessaires pour mener une enquête approfondie et complète. Qu’ils aient littéralement ou non de telles “capacités”, l’histoire a démontré qu’ils ne les utilisent jamais lorsqu’il s’agit de leur responsabilité pour un comportement criminel envers les Palestiniens – qui sont leurs sujets coloniaux.

Il y a un autre incident qui mérite d’être mentionné et celui-ci est né à Washington, DC En février 2022, le groupe de défense des droits de l’homme Amnesty International a publié un rapport décrivant Israël comme un État d’apartheid. Le rapport s’est avéré tellement factuel et complet dans sa couverture qu’il en a été définitif.

Néanmoins, les départements d’État ont rejeté le rapport. Le porte-parole du gouvernement, à nouveau M. Ned Price, s’est opposé à l’utilisation du terme «apartheid» pour décrire Israël. Puis, toujours dans le contexte de la discussion sur l’étiquette d’apartheid, M. Price nous a rappelé à tous qu’Israël était « le seul État juif au monde » et qu’il est important que « le peuple juif ne soit pas privé de son droit à l’autodétermination ». Je ne sais pas si M. Price a compris qu’il introduisait « l’autodétermination juive » dans une discussion sur un rapport qui démontrait définitivement qu’Israël maintenait et développait « l’État juif sioniste » par les pratiques d’apartheid. En d’autres termes, lorsqu’il s’agit d’Israël, autodétermination = apartheid. Tout cela se produit à la 67e minute de la conférence de presse citée ci-dessus et enregistrée dans son intégralité par PBS.

Il y a quelque chose de frustrant, et aussi offensant, dans la danse du Département d’État autour de l’évidence. L’implication est qu’il est acceptable pour un État, qu’il s’agisse de Juifs ou de tout autre groupe, d’être raciste dans la pratique si c’est là que leur « droit » à l’autodétermination les mène. C’était la position adoptée par Adolf Hitler et est maintenant en contradiction flagrante avec le droit international. Mais qui obéit à la loi ?

Israël n’est que l’exemple le plus évident de l’érosion du droit international et d’accords tels que la quatrième Convention de Genève. Dans les guerres par procuration et civiles qui se déroulent plus ou moins constamment, le droit international, la 4e convention de Genève et la Déclaration universelle des droits de l’homme sont tout simplement ignorés. Il n’y a pas que les puissances mineures qui sont coupables : les règles ne sont pas respectées par les Russes en Ukraine, comme elles ne l’ont pas été par les États-Unis au Vietnam.

Cela étant dit, Israël a certainement ouvert la voie en arrière, et ironiquement. Pendant une grande partie des règles de l’après-Seconde Guerre mondiale ont été mises en place en réponse aux crimes commis contre les Juifs. Par exemple, le génocide a été érigé en crime contre l’humanité, et ici la motivation vient de la tentative des nazis d’éradiquer les Juifs, entre autres. Lorsque Hitler a lancé ce projet, il n’y avait pas de règles régissant le comportement souverain, que ce soit dans les affaires intérieures ou étrangères. La souveraineté régnait en maître. La Société des Nations avait échoué et son système de mandat établi après la Première Guerre mondiale masquait vraiment l’expansion coloniale. Du point de vue de l’action “légale” de l’État, les nazis avaient un champ libre pour le massacre tant qu’ils limitaient leurs efforts à l’Allemagne.

C’est de retour dans cet environnement qu’Israël, bêtement et bêtement protégé par son patron à Washington, nous ramène tous. L’ironie devient plus grande. Au début des années 1970, l’apartheid a été déclaré crime contre l’humanité. Les sionistes ont ignoré la déclaration et se sont mis à créer une société d’apartheid pour eux-mêmes et leurs sujets coloniaux, les Palestiniens.

Ce retour à une époque de violence sans entraves et de suppression des droits humains d’autrui est une folie. Les seules à crier dans l’obscurité sont les organisations de la société civile, et elles sont ostensiblement ignorées par les gouvernements. Pourtant, il n’y a rien d’autre à faire que de continuer les protestations, les boycotts, les enquêtes et la rédaction d’essais que relativement peu liront.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/01/244970/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire