Réveil, PC et annulation de la culture

0
194

L’obsession du langage woke/PC est devenue farfelue et a coûté aux gens leur emploi et leur carrière. Oui, les gens ne devraient pas utiliser un langage raciste dur et explicite. Le n-mot est interdit, comme il se doit. Mais c’est devenu un peu incontrôlable. Nous ne sommes pas censés utiliser le terme « sac brun » ? Un membre de ma famille m’a remis un rapport intitulé “Elimination of Harmful Language”, une étude de Stanford. Ils disent:

“L’objectif de l’initiative d’élimination du langage nuisible est d’éliminer de nombreuses formes de langage nuisible, y compris le langage raciste, violent et biaisé (par exemple, les préjugés liés au handicap, les préjugés ethniques, les insultes ethniques, les préjugés sexistes, les préjugés implicites, les préjugés sexuels) à Stanford. sites Web et code.

Quelques exemples de mots et de phrases dans le rapport que nous devrions éviter : boiteux (comme dans pas cool), sénile, accro, handicap parking, gourou, tribu, ballsy, étudiant de première année, gentleman, mecs (comme dans “hé, les gars !”), esclave , arrogant, forçat (nom), sans-abri, immigrant, règle empirique, relation abusive, prostituée, suicidé, cas désespéré.

Savez-vous ce qui a fait plus de mal, causé plus de douleur et tué plus de personnes que ces mots ? Inégalité des revenus et pauvreté. Stanford étudie-t-il cela? La souffrance humaine inutile causée par une économie corporatiste ? Attendre que Stanford mène le grand combat entraînera une attente assez longue.

Assainir la langue ne résoudra pas les problèmes graves et primordiaux. C’est l’équivalent de retirer tante Jemima des étagères. Est-ce une mascotte raciste ? Probablement. Mais je ne pense pas que le mouvement Black Lives Matter concerne le sirop de pancake. (Appelez ça une intuition.) Il s’agit de racisme systémique. Il s’agit de brutalités policières racistes. Il s’agit de l’Amérique noire traitée de manière lamentable dans ce pays depuis le premier jour.

Changer la langue ne changera pas la pensée des gens. C’est l’hypothèse de Sapir-Whorf – l’affirmation selon laquelle le langage façonne notre pensée – qui a été détruite par des chercheurs prudents. Le mot n est désormais culturellement mal vu. Alors, donc vivons-nous dans une société sans racisme ? Les racistes utilisent désormais un langage doux ; c’est un clin d’œil et un clin d’œil, alors qu’ils affichent des drapeaux américains bleus et enfilent des t-shirts bleus « tiens la ligne ». Ces symboles disent “Laissez la police tranquille”. Ces symboles disent que l’Amérique blanche n’est pas en faute. En d’autres termes, “Ce n’est pas MA faute !” Beaucoup de gens deviennent nerveux lorsque la route de la responsabilité mène à leur porte. Personne n’est raciste ? Nous devons vivre dans un paradis. Le racisme n’est pas tombé du ciel; c’est une maladie sociale. Si vous vivez dans cette société, alors, je suis désolé, vous êtes connecté.

Et ces statues confédérées ? Oui, ils honorent des gens terribles et racistes. Cependant, (1) ce ne sont pas des monuments historiques importants, et (2) très peu savent même qui étaient ces gars. Concernant le premier point, ces monuments ont été érigés bien après la guerre civile et leur but était à l’opposé d’historique. Ils finissent par effacer la véritable brutalité du Sud. L’esclavage américain était un cauchemar pour les personnes qui y étaient soumises; ceux qui soutiennent le contraire sont pitoyablement ignorants et devraient consulter les archives savantes sur le sujet. Ces statues font grandiose une histoire laide et vicieuse. Quant au deuxième point, la plupart de mes étudiants ne peuvent même pas nommer les Beatles. Comment diable sauront-ils qu’un confédéré ne récupère plus les excréments d’oiseaux ? Abattez-les, laissez-les debout, peu importe, car les monuments n’ont pas vraiment d’importance.

Quant à la communauté LGBTQ, elle a historiquement été victime de cruauté, et c’est bien là le problème. Pas des pronoms. L’intelligentsia « libérale » est obsédée par le langage éveillé. Mais personne ne parle de la classe ouvrière qui se fait avoir. Toute cette conversation est encadrée par une classe privilégiée qui est à la base lâche et pathétique. La classe intellectuelle finit par protéger le pouvoir en changeant de sujet. Ils devraient parler de vrais problèmes comme le racisme systémique et la tyrannie des entreprises (et la facilitation par le Congrès de cette tyrannie). Cependant, les intellectuels ne touchent pas aux grands problèmes. Juste des petits.

C’est une affirmation courante que les universités sont des foyers de pensée libérale et progressiste. Ils ne sont pas. On peut toujours compter sur les intellectuels et les universitaires pour leur mollesse politique. Et pour soutenir l’agenda du pouvoir – peu progressiste.

En ce qui concerne l’annulation de la culture, les gens ont maintenant peur de parler. Les guerriers de la justice sociale et leurs semblables n’ont pas abordé les vrais problèmes. Ils n’en ont créé qu’un nouveau : la peur. J’ai des étudiants qui sont terrifiés à l’idée de parler de problèmes liés à la race. Les professeurs évitent le sujet. C’est très dangereux. Maintenant, nous ne parlons même pas de ces problèmes ? Splendide. Les suprémacistes blancs et les néo-nazis doivent être très heureux.

Nous devrions parler de ces sujets. Nous devrions nous parler de tous ces sujets dont nous sommes censés nous taire. Comme, tu sais, la politique et la religion. S’ils sont gérés correctement, ils peuvent être très utiles et nous aider à voir à quel point nous avons en commun et à quel point nous pouvons améliorer le pays. N’est-ce pas mieux que d’être réveillé ?

Source: https://www.counterpunch.org/2023/01/06/woke-pc-and-cancel-culture/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire