Se concentrer sur les intérêts, pas sur l’idéologie, pour renforcer la position de Taiwan

0
129

Alors que les images de la brutalité russe contre des Ukrainiens innocents choquent la conscience du monde, il y a une impulsion naturelle pour encadrer la lutte en Europe dans le cadre d’une lutte mondiale entre démocraties et autocraties. Les dirigeants taïwanais feraient bien de freiner ces impulsions. Faire des analogies entre l’Ukraine aujourd’hui et Taïwan demain risque de générer plus de coûts que de bénéfices pour l’avenir de Taïwan.

Oui, Taiwan fait face à une menace sérieuse et croissante de la part de la République populaire de Chine. Les dirigeants chinois rappellent régulièrement leur volonté sanglante d’annexer Taïwan. Les avions de combat et les navires de guerre chinois exercent leurs capacités près de Taïwan avec une fréquence et une audace croissantes. Les diplomates chinois sont de plus en plus effrontés dans leurs efforts pour contrecarrer l’espace international de Taiwan et priver le peuple taïwanais de la dignité qu’il mérite sur la scène mondiale. Pékin entrave activement les efforts de Taïwan pour entrer dans des blocs commerciaux régionaux alors qu’il cherche à pousser Taïwan à intégrer davantage son économie avec le continent et moins avec le reste du monde. Les efforts chinois pour s’immiscer dans le système politique de Taiwan sont également bien documentés.

Les dirigeants taïwanais n’ont pas besoin de porter un fardeau trop lourd pour attirer l’attention sur les menaces auxquelles Taïwan est confronté. L’intimidation de Pékin fait déjà le travail de sensibilisation mondiale. Un nombre croissant de pays et de groupements régionaux, tels que le G-7 et les pays du Quad (Australie, Inde, Japon et États-Unis), ont fait entendre leur voix sur l’importance de préserver la paix dans le détroit de Taiwan.

Face aux défis de Pékin, Taipei est renforcée par sa capacité à développer des partenariats profonds, solides et durables avec des pays clés du monde entier. Ces partenariats sont souvent nourris par des valeurs démocratiques partagées, mais ils sont fondamentalement propulsés par des intérêts communs.

Les rédacteurs de la stratégie indo-pacifique de l’administration Biden ont compris cet impératif pour fonder l’approche américaine de la région sur des intérêts tangibles. L’équipe Biden aurait pu rédiger une stratégie axée sur la Chine ou sur la lutte mondiale entre démocratie et autocratie, mais ils ont sagement compris qu’une telle approche aurait un attrait limité dans la région. Au lieu de cela, l’administration Biden a reconnu que l’Amérique devait attirer la coordination et la contribution de partenaires pour faire avancer sa vision d’une région ouverte, connectée, prospère, sécurisée et résiliente. Ainsi, à travers sa stratégie indo-pacifique, Washington a conçu une tente aussi grande que possible pour qu’un maximum de pays se sentent à l’aise de travailler aux côtés des États-Unis.

En d’autres termes, la grande tendance de la politique américaine en Asie est de générer une capacité collective pour faire face à des problèmes communs, y compris avec des pays comme le Vietnam, qui sont stratégiquement importants mais non démocratiques. Cette ligne de tendance est souvent obscurcie par les gros titres autour des opinions du président Joe Biden sur la lutte de plus en plus vive entre les démocraties et les autocraties.

La vérité est que le président Biden est à l’aise avec des pensées apparemment contradictoires à la fois. Il est capable de canaliser ses profonds réservoirs de sympathie et d’émotion dans le langage le plus puissant qu’il puisse atteindre, ce qui le conduit souvent vers une rhétorique imprégnée d’idéologie. Dans le même temps, Biden a également l’habitude de faire des calculs aveugles sur les intérêts nationaux de l’Amérique. Il l’a fait en décidant du retrait américain d’Afghanistan. Il a également imposé une discipline pour limiter le risque de conflit direct entre les forces américaines et russes en Ukraine.

Le président Biden continuera de parler d’une lutte mondiale qui s’intensifie entre les démocraties et les autocraties, et en même temps, les États-Unis continueront de travailler avec des États illibéraux lorsque cela sert les intérêts américains. L’Amérique ne va pas limiter sa capacité à coopérer avec des États non démocratiques sur des défis urgents, et Taïwan ne devrait pas le faire non plus.

Les mois et les années à venir exigeront probablement une plus grande coordination entre les États démocratiques et non démocratiques, pas moins. Le monde est confronté à des conflits, à des chocs économiques et à une pandémie persistante. Compte tenu de l’ampleur de ces défis prévisibles, le coût d’opportunité de la division du monde en blocs démocratiques et autoritaires rivaux est élevé et en augmentation.

La pression croissante sur l’économie mondiale devrait accroître la prise de conscience mondiale de l’importance de préserver la sécurité de Taiwan. Taïwan est sans doute le nœud le plus critique des chaînes d’approvisionnement mondiales, représentant 92 % de la production mondiale de nœuds de processus de semi-conducteurs de moins de 10 nanomètres. Les grandes entreprises de semi-conducteurs telles que TSMC et MediaTek bénéficient de la confiance des marchés internationaux et sont considérées comme essentielles au bon fonctionnement de l’économie mondiale.

D’autre part, établir des analogies entre Taïwan et l’Ukraine effraie les investisseurs, oblige à la prudence vis-à-vis de Taïwan dans les conseils d’administration des entreprises et, en fin de compte, incite les pays à se dé-mondialiser en relocalisant davantage de production de Taïwan pour se prémunir contre le risque d’invasion chinoise. Tous ces réflexes vont à l’encontre des intérêts économiques à long terme de Taiwan.

La présidente Tsai Ing-wen a assuré un leadership calme et constant lors des crises précédentes, y compris plus récemment lors de la pandémie de COVID-19. Ces mêmes compétences devront à nouveau être convoquées pour guider Taïwan à travers cette période actuelle de turbulences mondiales. Ce faisant, la présidente Tsai et ses conseillers peuvent placer Taïwan dans une position plus forte en mettant l’accent sur les contributions centrales de Taïwan à la croissance économique mondiale, ses réponses généreuses aux défis mondiaux et son importance géostratégique plutôt qu’en soulignant le rôle de Taïwan dans une compétition mondiale entre démocratie et autocratie. .

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire