Séparer ce qui est bon de ce qui est pourri

0
55

NOUS SOMMES tous dévastés par les révélations sur la pourriture – sexisme, secret, abus et cruauté – dans des sections de la « direction » nationale de l’ISO. Ce sont des trahisons profondes et bien pires que tout ce que nous aurions pu imaginer. Le comportement est dévastateur précisément parce qu’il est contraire à tout ce qui nous est cher. Ce n’est pas l’organisation que nous pensions construire.

Nous ne devons pas laisser ces torts nier le projet plus large du socialisme d’en bas. La liste de nos réalisations est immense et je suis fier de tout ce que nous avons accompli. C’est vrai au niveau national et local : les grèves, les protestations, les mouvements et les publications.

Bien que je n’aie pas été très actif dans la branche ces dernières années, j’ai été extrêmement fier du travail des camarades de Burlington – le soutien à la grève, le travail de coalition, les manifestations efficaces, les événements politiques et culturels qui ont attiré de grandes foules et enrichi la communauté. Je suis fier de vous compter parmi mes camarades. Vous m’avez donné une communauté basée sur les principes de solidarité, d’égalité, de justice et de compassion, et d’intolérance pour toutes les formes de préjugés, d’exploitation, d’oppression.

Je rejette l’idée que le pire de cette organisation invalide notre projet. De bonne foi, nous nous sommes diversement engagés et avons participé à la construction d’un courant socialiste révolutionnaire qui est absolument nécessaire aux États-Unis et dans le monde. Nous avons eu raison de le faire. Je ne regrette pas mon rôle dans cela, car je sais que nous avons fait une différence et contribué à faire avancer la tradition du socialisme par le bas. Je crois que cela a également fait de moi une meilleure personne et m’a aidé à comprendre le monde et notre place dans celui-ci.

J’ai toujours su que l’organisation n’était que le véhicule, pas la destination. J’ai toujours su qu’il était défectueux, mais je pensais qu’il pouvait être utilisé et modifié, et je ne voyais pas d’alternative viable. Je me suis rendu compte qu’en fait nos meilleures réalisations ont été malgré le modèle organisationnel, pas à cause de lui.


AU COURS DE LA semaine dernière, je me suis demandé à plusieurs reprises comment cette contradiction – entre mon expérience de l’ISO et le comportement de sa direction corrompue – pouvait exister. Je n’ai pas toutes les réponses mais j’en ai quelques unes. Nous savons que la saleté de notre société pénètre dans toutes les institutions et tous les horizons, et cela est vrai pour les mouvements de gauche et progressistes ainsi que pour l’establishment.

Nous commençons également à voir plus clairement qu’il y a des choses dans la forme de l’organisation elle-même qui ont rendu cela plus probable. Nous avons hérité de ce modèle de « micro avant-garde », construit dans une période de défaite, et avons accepté ses accents sur la conformité idéologique, le leadership vertical, l’isolement de facto d’une couche de « dirigeants de confiance » nationaux de la base des membres.

Ces problèmes systémiques ont généré des méthodes et des approches erronées, y compris le moralisme, l’hyperactivité, une mentalité « tout ou rien ». Le fait que je n’aie pas pu être un membre actif de ma branche parce que j’ai la SEP est en soi la preuve d’un échec, et j’aurais aimé avoir dit cela et plaidé en faveur d’un changement, plutôt que de simplement me retirer de la branche quand le travail était en conflit avec mon bien-être.

Pourquoi n’avons-nous pas vu tout cela ? En partie, la structure elle-même explique cela. Nous étions relativement isolés de la clique de Chicago et notre expérience quotidienne était plutôt positive. Dans l’ensemble, notre branche a fonctionné dans la transparence et la démocratie. Si nous avons certainement commis des erreurs et utilisé des méthodes issues d’un modèle erroné, nous avons toujours été guidés par des principes socialistes. Plus les membres se rapprochaient de la direction nationale officielle – vraiment une clique – plus ils voyaient les problèmes, mais pour la plupart des membres, ceux-ci étaient invisibles.

En même temps, beaucoup d’entre nous ont vu des problèmes. Certains sont partis et d’autres n’ont pas fait part de leurs préoccupations. D’autres ont essayé de le souligner, et nous n’avons pas écouté. Bien que nous ayons encouragé un débat politique complet, nous n’avions pas une culture permettant une critique systémique de l’organisation elle-même. Cela faisait partie du syndrome.

La lutte au sein du comité directeur et la rupture du silence par des camarades de couleur au sujet du racisme ont précipité la transformation spectaculaire de la direction dont a été témoin le dernier congrès. Il s’agissait de changements urgents et positifs, nous laissant avec un nouveau leadership, un ensemble de principes et d’hypothèses de fonctionnement. Les révélations sur le sexisme sont sorties maintenant en raison de cette ouverture et font partie d’un processus d’évaluation et de réparation profondément nécessaire et important.

La tâche maintenant est de séparer tout ce qui était bon et précieux dans notre projet de tout ce qui était pourri. J’ai été encouragé et inspiré en voyant les efforts continus de la direction actuelle pour aller de l’avant, et j’espère qu’ils mèneront au genre d’organisation basée sur le meilleur de ce que nous sommes, sans les entraves.

Quelle que soit la manière dont les individus décident de la suite, je soutiens chacun d’entre vous. Au fur et à mesure que vous avancez, veillez à éviter les pressions vers l’hyperactivité et l’abnégation. Le succès ou l’échec du projet de socialisme d’en bas ne repose sur aucun individu. Lorsque le rythme devient effréné, n’oubliez pas que personne ne doit faire plus qu’il n’est capable.

N’oubliez pas qu’il existe un monde : nous sommes toujours à notre meilleur lorsque nous sommes engagés dans la lutte des classes et la politique mondiale, plutôt que dans les opérations internes. Prenez soin de votre propre santé physique et émotionnelle, soyez gentils les uns envers les autres et évitez la culture du blâme toxique. Le socialisme à la base est une foi profonde dans le potentiel de l’humanité, et il nous appelle à nous traiter les uns les autres avec respect et compassion.

Je sais que je serai en lutte avec beaucoup d’entre vous maintenant et à l’avenir. Quoi qu’il arrive, je célèbre ce que nous avons fait et chéris mon travail avec vous.

La source: socialistworker.org

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici