La nouvelle dune est trop sombre pour son propre bien

0
67

Hey, Dune-acs ! Je me rends compte que la nouvelle adaptation cinématographique réalisée par Denis Villeneuve est un rêve tant attendu devenu réalité pour vous. Je vous exhorte donc à vous enthousiasmer entre vous pendant que je parle aux autres cinéphiles qui pourraient entrer – ou se connecter – pour voir Dune sans avoir aucunement préparé le grand événement.

Parce que je n’ai pas étudié pour cet examen, et je me sens un peu gêné à ce sujet maintenant. Tu vois, je viens de lire un article sur le film qui retraçait le Dune la lignée du roman de science-fiction original de Frank Herbert de 1965 au film avorté du début des années 1970 d’Alejandro Jodorowsky, au film de 1984 achevé mais très vilipendé de David Lynch, à la mini-série télévisée des années 1990, au nouveau film réalisé par Denis Villeneuve, actuellement en cinémas et sur HBO Max. Il a conclu: “Avec toute cette histoire du cinéma derrière elle, essayer de voir le film le plus récent uniquement selon ses propres termes comme une œuvre d’art isolée est absurde.”

Et c’est probablement vrai. Mais les choses arrivent, les gens oublient d’étudier, et avant qu’ils ne le sachent, le film est sorti et il est temps d’aller le voir. Et, heureusement, je suis un habitué de l’absurdité des films à froid avec des histoires riches en médias, et cela ne me dérange pas de franchir le pas. Sinon, comment aurais-je pu voir environ 9 millions de films de toutes les époques, réalisés dans tous les pays, souvent dans des langues que je ne parle pas, tout en sachant très bien que même avec un engagement obsessionnel pour le cinéma, il me manquait des océans de nuances et contexte dans tant d’entre eux? Qu’est-ce que je suis censé faire, avoir une vie au lieu de regarder 9 millions de films ?

Ha! Trop tard maintenant!

D’ailleurs, j’ai vu tant de personnes en ligne déclarer solennellement de Villeneuve Dune : première partie, “Ce film est bon”, et il marche si bien en général que j’ai pensé que ce n’était pas trop risqué de le regarder comme pourrait le faire un être humain ordinaire et non instruit errant dans le multiplex avide d’un film.

Mais je dois admettre que ce film nécessite probablement une véritable expertise des fans pour en faire une expérience visuelle puissante. Soit ça, soit c’est juste une autre de ces épopées lentes, gonflées, lourdes, solennelles, joliment tournées, Hans Zimmered que d’autres semblent aimer pour des raisons qui m’échappent.

S’il n’y avait pas eu la présence de quelques-uns de mes acteurs préférés, qui valent toujours la peine d’être regardés – merci à Oscar Isaac et Javier Bardem en particulier, et Charlotte Rampling qui fait un travail bien sinistre en tant que révérende mère de l’esprit voilée – contrôlant la fraternité, le Bene Gesserit – je ne pense pas que j’aurais pu m’en sortir, surtout avec Timothée Chalamet en tête en tant que Paul Atreides, fils et héritier du duc Leto de la maison Atreides (Oscar Isaac), aux prises avec étant l’Un, messianiquement parlant. Chalamet est dans tout maintenant – le prochain, celui de Wes Anderson La dépêche française! – et, à mon avis, il a tort pour tout ce qui ne nécessite pas un poseur twee, weed, maussade, habillé à la mode, perpétuellement adolescent avec une tignasse de cheveux noirs et de grands yeux de biche liquides comme Audrey Hepburn.

Au fait, qu’est-ce que je dis ? Il sera parfait pour La dépêche française.

Quoi qu’il en soit, voici un exemple de la façon dont Dune joue dans mon expérience. Une des premières scènes montre Oscar Isaac dans le rôle du duc Leto accueillant solennellement une délégation de l’empereur en visite avec faste et cérémonie, et signant l’ordre de l’empereur de prendre le contrôle de son nouveau fief d’Arrakis, une planète désertique brûlante. Lorsque le rituel de signature est terminé, le duc Leto se tourne vers l’incroyablement beau héraut du changement de l’empereur (Benjamin Clementine).

Duke Leto : Alors c’est fait.

Héraut de l’Empereur : Oui, c’est fait.

Moi [starting to froth a bit]: Oui, je sais que c’est fait, je viens de le regarder se faire assez longuement, avec l’air général d’une sombre intrigue de cour, et les nombreux regards significatifs, et la chevalière de fantaisie s’enfoncer dans la cire d’or dans un lent, menaçant façon, comme pour dire : « Whoa, nous l’avons vraiment fait maintenant ! Les dés sont jetés! J’espère que l’affaire ne va pas horriblement mal ou quoi que ce soit !

Je suppose que ce n’est pas un spoiler de noter que tout Est-ce que se tromper. L’ensemble du projet impérial de coloniser Arrakis et de l’exploiter pour sa ressource vitale « d’épice » tout en opprimant son peuple indigène, les Fremen, est criblé de corruption, de trahison et d’erreurs de jugement incompétentes parmi les acteurs au sommet. Imagine ça.

La façon dont Frank Herbert a imaginé cela en 1965 est un contenu politiquement très contesté, comme en témoignent les nombreux articles de réflexion publiés en réponse au film. D’une part, Herbert construit son roman autour du piège totalitaire centré autour de la figure du héros mythifié :

Herbert affirme que “l’étincelle originale” du roman était sa conviction que “les super-héros sont désastreux pour l’humanité”, et un désir de dramatiser comment l’impulsion de création de mythes qui couronne un héros évoque inévitablement un système social toxique et totalitaire de “démagogues, fanatiques, artistes escrocs. . . [and] spectateurs innocents et pas si innocents.

Mais d’un autre côté, alors qu’Herbert écrit une critique sur « l’homme occidental . . . qui utilise cette « impulsion messianique » pour contrôler d’autres sociétés et s’infliger davantage à l’environnement », il est également accusé d’avoir écrit un récit orientaliste de sauveur blanc :

Même lorsque le sauveur échoue, détruit tout et devient un monstre, son agence l’emporte sur celle de tout le monde et les réduit à des histoires parallèles qui sont emportées par la puissance terrible de son mythe. Tous ceux qui pourrait ont parlé mais n’ont pas été autorisés à devenir un simple accessoire d’une histoire tragique de passage à l’âge adulte.

Certes, jusqu’à la fin de la première partie, Dune ressemble à une histoire de passage à l’âge adulte potentiellement tragique centrée sur Paul en tant qu’Unique. C’est réconfortant de savoir que ça va devenir tout autre chose ; autre chose est exactement ce que j’aimerais voir.

Prenez les visuels – n’était pas Dune censé être le livre qui, si vraiment réalisé dans un film, promis d’avoir les visuels les plus hallucinants et viscéralement palpitants de tous les temps ? Tous les rêves de Paul, qui sont en fait des présages — n’aurait-il pas pu en faire quelque chose ? Je veux dire, le ralenti et la lumière dorée et Zendaya en tant que femme Fremen sont tous agréables à regarder, mais ils ne font pas les visuels les plus époustouflants, cinématographiquement parlant.

Compte tenu de toute cette matité, j’attendais vraiment avec impatience les vers des sables. Malheureusement, il est très révélateur que, dans ce film, les vers des sables soient également ternes. Ils creusent des tunnels de manière très littérale, créant de longs tubes de sable comme des spermophiles dans les dessins animés, seulement gigantesques. Et quand on apparaît enfin, le plus qu’on puisse en dire, c’est qu’il est assez grand. Ouais. Un grand ver des sables à l’air digne sort du sable, surplombant Paul et sa mère terne, Lady Jessica (Rebecca Ferguson). Il tient alors la pose photogéniquement, comme un chef d’État faisant faire un de ces énormes portraits magistraux à accrocher dans la salle de marbre.

Ceci est conforme à l’esthétique majestueuse du film « adaptée au cadrage ». Mais je ne peux pas m’empêcher de me demander ce que c’est Dune Cela aurait pu être s’il avait jeté ces visuels beaux mais froids par la fenêtre et adopté un look plus sauvage – le genre promis par Jodorowsky et livré, apparemment, par Lynch il y a des décennies.

Parce que si vous ne pouvez pas devenir fou avec un fil de près de mille pages sur le fait de trébucher sur du peyotl de l’espace tout en chevauchant des vers géants dans le désert, qu’est-ce que pouvez vous devenez sauvage et fou?



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici