La Commission européenne appelle à des engagements suffisants pour vraiment réduire les émissions cette décennie

0
69

Avant le sommet du G20 à Rome ce week-end, puis la COP26 consécutive, le président de la Commission européenne Ursula von der Leyen a déclaré le 28 octobre que le monde avait besoin de leadership pour des engagements crédibles en faveur de la décarbonisation afin d’atteindre l’objectif de zéro net d’ici le milieu du siècle.

« Comme je l’ai dit, nous avons les 20 économies les plus avancées autour de la table. Ces 20 plus grandes économies représentent également 80 % des émissions mondiales. Et par conséquent, nous avons une responsabilité particulière d’agir. Les engagements qui seront pris à Rome sur le changement climatique seront aussi, bien sûr, un rythme pour la COP26. Ce dont nous avons besoin, c’est avant tout de leadership », a déclaré von der Leyen.

« Nous avons besoin de leadership pour des engagements crédibles en faveur de la décarbonisation afin d’atteindre l’objectif de zéro net d’ici le milieu du siècle, mais nous avons également besoin d’engagements suffisants pour vraiment réduire les émissions cette décennie. La science est très claire là-dessus. La science nous dit que c’est urgent. Nous ne sommes pas encore sur la bonne voie pour le moment. Le changement climatique est provoqué par l’homme, donc parce qu’il est provoqué par l’homme, nous pouvons faire quelque chose. Mais nous devons agir, nous devons mieux livrer, et cela seul nous permettrait de respecter l’objectif de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius », a-t-elle ajouté.

Un sujet important – non seulement au G20 mais aussi à la COP26 – sera le financement climatique. « Comme vous le savez, nous avons promis de fournir, année par année, 100 milliards de dollars aux pays les moins développés et les plus vulnérables concernant le changement climatique, l’adaptation et l’atténuation. Et nous devons le livrer. Il y a, si l’on regarde les statistiques, des évolutions enfin encourageantes. Selon le dernier rapport des gouvernements allemand et canadien, nous dépasserons l’objectif de 100 milliards de dollars en 2023. Nous progressons donc, mais je pense que nous devons redoubler d’efforts. Nous devrions envisager de fournir les 100 milliards de dollars dès l’année prochaine », a déclaré von der Leyen. “Il y a encore un petit écart et je pense que nous devrions mettre beaucoup d’accent et essayer de combler cet écart”, a-t-elle ajouté.

Le président de la Commission a rappelé que l’UE et ses États membres sont déjà le plus gros contributeur au financement climatique, avec plus de 25 milliards de dollars par an. «Je m’attends également à ce que ce nombre augmente dans les prochains jours. Et j’ai promis, en plus, un complément de 5 milliards de dollars jusqu’en 2027, en m’attendant à ce que les autres augmentent également leur ambition », a-t-elle déclaré.

Selon le président de la Commission, la COP26 repose principalement sur trois piliers. « Le premier pilier concerne l’ambition. La grande question est donc : obtenons-nous des engagements importants pour réduire les émissions afin de nous permettre de rester bien en deçà de 2 degrés Celsius et près de 1,5 degré Celsius de réchauffement climatique ? » demanda Von der Leyen.

« Si nous regardons le dernier rapport de l’ONU sur les écarts d’émissions, cela montre qu’actuellement les NDC n’atteignent pas les objectifs de l’Accord de Paris, et donc nous sommes toujours sur une trajectoire très dangereuse de plus de 2 degrés Celsius de réchauffement climatique. C’est inquiétant et nous devons nous améliorer là-bas. Le deuxième pilier concerne le financement climatique – je faisais justement référence à cela. Et le troisième pilier concerne le règlement sur les marchés internationaux du carbone », a-t-elle déclaré. « Donc, nous devons progresser sur ces trois points principalement lors de la COP26 : C’est l’ambition de réduire plus d’émissions maintenant ; c’est le financement climat pour les pays les moins développés et les plus vulnérables ; et il complète le livre de règles. Et je m’attends à ce que les négociateurs fassent tout leur possible, que nous avancions vraiment dans ces trois sujets », a ajouté Von der Leyen.

L’Europe est en passe de devenir le premier continent climatiquement neutre au monde d’ici 2050. « Nous avons un nouveau chiffre qui montre quelque chose d’intéressant car nous avons déjà réduit nos émissions de plus de 31 % par rapport à 1990, tout en faisant croître notre économie de 60 %. . Et je pense que c’est un message encourageant qui montre que vous pouvez réduire les émissions et prospérer ; vous pouvez réduire les émissions de gaz à effet de serre, vous pouvez produire de manière plus propre, plus saine et plus durable, tout en développant votre économie. Et c’est exactement ce que nous devons montrer au monde et que nous devons montrer à notre peuple. Et notre peuple s’attend à ce que nous progressions sur ce point », a déclaré Von der Leyen.

« Il est bon de voir que de nombreux autres pays ont signé le zéro net d’ici le milieu du siècle. Mais ce dont nous avons également besoin maintenant, ce ne sont pas seulement des objectifs, mais nous avons besoin de plans très concrets et d’une action immédiate sur le terrain pour vraiment montrer en détail comment nous allons arriver à atteindre ces objectifs au cours de cette décennie. Plus nous attendrons, plus cela deviendra cher. Et par conséquent, il s’agit d’agir maintenant », a-t-elle déclaré.

L’UE lancera plusieurs nouvelles actions lors de la COP26. Avec le président américain Joe Biden, von der Leyen lancera le Global Methane Pledge. « Dans le cadre de cet engagement, nous nous engageons à réduire les émissions de méthane d’au moins 30 % d’ici 2030. Si vous regardez les émissions de gaz à effet de serre, le méthane est le fruit le plus bas. Il fait 80 fois plus de réchauffement que le CO2, il est donc urgent de faire quelque chose, et nous pouvons faire beaucoup. Et par conséquent, je suis heureux qu’à ce jour, 60 pays nous aient rejoints. Et bien sûr, nous encourageons les autres à rejoindre cette ambition », a déclaré Von der Leyen.

La deuxième initiative sera que le président de l’UE annoncera une contribution financière de 1 milliard d’euros au Global Forest Pledge. Cela comprend 250 millions d’euros pour le bassin du Congo. « Vous savez que la protection de nos forêts dans le monde est une priorité pour l’Union européenne. Les forêts sont nos meilleurs alliés dans la lutte contre le changement climatique, nous devons donc vraiment les protéger », a-t-elle déclaré.

« La troisième initiative que nous lancerons concerne l’innovation. L’innovation est essentielle pour lutter contre le changement climatique et évoluer vers une économie circulaire avec des procédés de production propres et une consommation plus durable. Et par conséquent, les technologies futures seront la clé pour aider à réduire les émissions. Nous voulons démontrer – et c’est le cœur de cette initiative – que l’investissement dans les innovations vertes est payant. Ainsi à Glasgow, je lancerai un partenariat, avec Bill Gates et son programme « Breakthrough Energy Catalyst ». Là, nous unissons nos forces. L’objectif est de prouver que si vous avez une innovation de rupture, bien sûr au tout début c’est un peu plus cher. Mais, si nous libérons cette prime verte, nous aidons cette innovation à être plus rapide et réalisable sur le marché et à mieux se développer sur les marchés, comme, par exemple, l’innovation dans l’hydrogène propre, les carburants d’aviation durables, le stockage du carbone, le carbone captage et stockage d’énergie – pour ne citer que les quatre domaines dans lesquels nous investirons », a déclaré Von der Leyen.

« Last but not least, quatrième initiative que nous allons probablement lancer – nous y travaillons toujours -, qui rejoint les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France et l’Union européenne, pour lancer, avec l’Afrique du Sud, un programme Just Energy Partenariat de transition. L’idée est que les pays aident l’Afrique du Sud à sortir du charbon plus rapidement et à se lancer de plus en plus vite dans le développement des énergies renouvelables », a déclaré Von der Leyen, ajoutant : « Nous y travaillons toujours, mais je suis convaincu que nous allons lancer cette nouvelle proposition et ensuite ce partenariat pourrait devenir un modèle sur la façon de soutenir des transitions justes dans le monde, avec des pays parrains et des pays qui doivent avancer plus rapidement dans la transition juste ».

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici