Socialisme et la ville | Drapeau rouge

0
190

Au fur et à mesure que le capitalisme a émergé et s’est développé, les villes ont fait de même, les grands centres dans lesquels la vie productive des sociétés humaines s’est de plus en plus concentrée. En Australie, 72 % des personnes vivent dans les grandes villes. Dans le monde, c’est 56 %, un chiffre les prévisions des Nations Unies passera à 68 % d’ici 2050.

Dans le Manifeste communisteKarl Marx mis en surbrillance tchapeau “La révolution constante de la production, la perturbation ininterrompue de toutes les conditions sociales, l’incertitude et l’agitation éternelles distinguent l’époque bourgeoise de toutes les précédentes”. Les villes sont le lieu où se concentrent « l’agitation ininterrompue » et « l’incertitude et l’agitation éternelles » du capitalisme. En eux sont contenues toutes les intensités et les contradictions profondes de ce système chaotique et en crise.

Ils sont, d’une part, des foyers de créativité et d’innovation, des creusets de cultures et de modes de vie différents, et des berceaux d’idées et de pratiques sociales nouvelles. D’un autre côté, ce sont les sites des extrêmes les plus barbares du capitalisme – de la répression et de la surveillance étatiques, du sans-abrisme et de la misère, de l’air, de la terre et de l’eau empoisonnés par la pollution, de l’exploitation et de l’aliénation.

Ce sont aussi des centres de lutte de classe, où patrons et ouvriers mènent leur « combat ininterrompu, tantôt caché, tantôt ouvert ». Quand les révolutions éclatent, elles éclatent dans les villes. Quand la réaction arrive, c’est dans les « sièges du pouvoir » des grandes villes qu’elle s’installe. Pour le meilleur ou pour le pire, le destin de toute l’humanité sur notre fragile planète est lié au sort de nos villes.

Du point de vue de la classe capitaliste, les villes sont avant tout des machines géantes pour extraire la plus-value du travail des travailleurs. Aux débuts du système, les propriétaires des « usines sataniques sombres » de la révolution industrielle vivaient suffisamment loin des quartiers des usines pour s’assurer que leur vie familiale n’était pas entachée par la pauvreté et la pollution auxquelles les opérations de leurs entreprises contribuaient.

Aujourd’hui, ces divisions géographiques sont moins nettes, mais elles demeurent. Vous ne trouverez pas beaucoup d’installations industrielles près des banlieues comme Toorak à Melbourne ou Point Piper à Sydney. Dans les villes du monde entier, c’est la même chose : les habitants les plus aisés vivent dans les zones les mieux desservies, les plus visuellement attrayantes et les plus vertes, tandis que les travailleurs et les moins nantis sont relégués dans des zones plus polluées avec moins de services.

Les politiciens et les propriétaires d’entreprise peuvent s’engager, de temps à autre, dans une rhétorique sur l’importance de la « qualité de vie ». Dans la pratique, cependant, cela ne s’étend généralement qu’aux problèmes qui affectent directement les résidents les plus riches d’une ville. Tant que le reste d’entre nous reste suffisamment en bonne santé et motivé pour continuer à se présenter au travail, ils se soucient peu des conditions auxquelles nous pourrions être confrontés lorsque nous rentrons chez nous après les bureaux, les entrepôts, les usines et autres sites d’exploitation.

Pour de nombreuses sections de la classe capitaliste, en effet, les afflictions subies par la masse des gens ordinaires vivant dans les villes sont une source directe de profit. Pensez, par exemple, à la culture automobile et aux problèmes associés d’étalement urbain et de congestion du trafic qui sont omniprésents dans de nombreuses villes. Depuis les premiers jours de l’industrie automobile aux États-Unis au début du XXe siècle, les capitalistes ont vu une opportunité en limitant l’accès aux modes de transport alternatifs tels que les trains et les tramways, et en construisant de nouvelles zones résidentielles de manière à rendre la possession d’une voiture une nécessité.

L’étalement sans fin et les embouteillages sont des risques pour la santé pour ceux qui sont obligés de les endurer. Mais pour la classe capitaliste, ils sont très rentables. Pensez à tous les propriétaires fonciers et promoteurs qui gagnent de l’argent chaque fois que de nouvelles parcelles de terrain en périphérie de la ville sont mises à disposition pour le logement. Pensez aux constructeurs automobiles, aux géants pétroliers mondiaux et aux exploitants d’autoroutes à péage qui bénéficient du fait que les gens passent des heures par jour dans des trajets de plus en plus longs.

Le logement est un autre exemple. L’équation ici est simple : plus il est difficile pour les gens de trouver un logement, et plus la qualité du logement autorisée par les réglementations gouvernementales est faible, plus il y a de potentiel de profit pour les promoteurs, les constructeurs, les banques et les investisseurs immobiliers.

Aucun des principaux acteurs de l’industrie du logement n’est intéressé à fournir aux gens un toit sûr au-dessus de leur tête. Ce qui les intéresse, c’est gagner de l’argent. S’ils peuvent faire plus en retenant artificiellement l’approvisionnement, en construisant de nouveaux immeubles d’appartements qui contiennent un nombre maximum de boîtes à chiens à peine habitables, ou par un certain nombre d’autres moyens plus ou moins directement contraires au bien-être humain, ils le feront.

Même le type d’atomisation et d’isolement social associé à la vie de banlieue peut être considéré comme faisant partie du mécanisme de profit d’une ville. Les installations publiques et les lieux de rassemblement sont laissés à l’abandon – à leur place s’élèvent des centres commerciaux et d’autres centres d’activité commerciale. Dans les zones périurbaines en particulier, ce sont quelques-uns des seuls espaces où un grand nombre de personnes peuvent se rassembler.

Les gens forgent des liens sociaux malgré le manque d’espaces publics. Des groupes de jeunes font des centres commerciaux, des gares et autres fissures et fissures de banlieue une maison loin de chez eux. Ceci, cependant, est généralement considéré comme une menace, comme un « comportement antisocial » plutôt qu’un acte contre toute attente de construction communautaire. Diverses mesures sont utilisées pour le décourager, de appareils qui émettent des sons aigus désagréablespour effrayer les campagnes sur les gangs de rue et le déploiement d’agents de sécurité ou de la police pour harceler les gens.

Tant que nos villes seront façonnées par l’insatiable appétit de profit de ceux qui sont au sommet, plutôt que d’être planifiées et gérées pour les besoins humains, les problèmes profondément enracinés de la vie urbaine risquent de s’aggraver. Il y a tout simplement trop d’argent gagné à partir de l’organisation existante, et trop peu d’offres, d’un point de vue capitaliste, à partir de choses qui amélioreraient la vie des travailleurs.

Il peut être difficile de voir une issue. « Il est plus facile d’imaginer la fin du monde que la fin du capitalisme », écrivait Fredric Jameson – et c’est particulièrement le cas, sans doute, à l’ombre des immenses édifices du pouvoir économique et politique capitaliste qui dominent nos villes aujourd’hui.

Nous savons cependant que les concentrations de pouvoir capitaliste sont toujours aussi des concentrations de pouvoir potentiel de la classe ouvrière. « Avec le développement de l’industrie », écrivait Marx, « non seulement la classe ouvrière augmente en nombre ; il se concentre en plus grandes masses, sa force grandit, et il ressent davantage cette force ». Aujourd’hui, l’organisation de la classe ouvrière en Australie est au plus bas, en grande partie grâce à l’attitude de ne rien faire de la bureaucratie syndicale alignée sur le Parti travailliste. Cette période de résistance étouffée ne durera cependant pas éternellement.

Chaque pas en avant du capitalisme s’accompagne de la croissance des instabilités et des afflictions du système. C’est dans les villes que cette dynamique est la plus visible. Plus une ville devient efficace en tant que machine à but lucratif pour ses habitants les plus riches, plus tous les autres sont pressés. L’exploitation des travailleurs est au cœur de cela, mais les problèmes évoqués ci-dessus – comme l’étalement urbain, la rareté et la mauvaise qualité des logements, la pollution, etc. – en font également partie.

C’est à une époque où le système fonctionne bien. Lorsqu’une crise frappe, les misères subies par la classe ouvrière augmentent encore plus.

En Australie, nous voyons déjà des signes de colère bouillonner sous la surface : les gens travaillent plus dur que jamais mais voient la valeur de leurs salaires érodée par l’inflation ; des gens poussés au point de rupture par de fortes augmentations des loyers et des versements hypothécaires et des gens qui luttent pour garder un toit au-dessus de leur tête; des gens qui peuvent aussi voir à quel point ceux de l’autre côté de la division de classe s’en sortent : les grandes banques qui font des profits exceptionnels, les investisseurs immobiliers, les promoteurs et les propriétaires qui regorgent d’argent, le marché en plein essor des produits de luxe. Il y a tellement de choses que les gens peuvent supporter avant de riposter.

Imaginez maintenant à quel point les choses seraient radicalement différentes si une véritable révolution ouvrière devait avoir lieu. C’est la grande masse de la classe ouvrière qui fait fonctionner nos villes, pas les politiciens et les membres des conseils d’administration. Si seulement nous réalisions ce pouvoir et nous organisions pour le saisir, nous pourrions mieux gérer la ville. Au lieu que la petite minorité au sommet tire les ficelles – des personnes uniquement intéressées à amasser des richesses pour elles-mêmes – la vie économique pourrait être gouvernée collectivement et démocratiquement par les personnes qui font réellement tout le travail.

Dans un système socialiste comme celui-là, nous pourrions utiliser les ressources et l’énergie de la société pour résoudre les nombreux problèmes auxquels sont confrontés les travailleurs et les pauvres dans nos villes aujourd’hui. Ce n’est pas comme s’il y avait une pénurie d’idées sur ce front. Nous en avons des siècles sur lesquels s’appuyer, ainsi que de nombreux exemples pratiques.

Les urbanistes savent quels types d’environnements urbains sont propices à la santé et au bien-être humains. Les architectes et les constructeurs savent comment construire des logements durables, habitables et beaux. Les jardiniers, paysagistes, hydrologues et autres ayant des compétences liées aux mondes humain et naturel savent comment créer des environnements dans lesquels les deux côtés de cette interface peuvent s’épanouir. Sous le capitalisme, où règne la recherche du profit, cette expertise n’est généralement sollicitée que dans le cadre de projets destinés aux super-riches. Dans une société socialiste, il pourrait être utilisé au profit de tout le monde.

Il y a plusieurs choses évidentes par lesquelles nous pourrions commencer. Une grande expansion du système de transport public en serait une : étendre les lignes de train, de tram et de bus et augmenter les fréquences dans tous les coins de la ville. Un autre serait de mettre un terme à l’étalement sans fin en identifiant les terrains inutilisés ou sous-utilisés dans les zones urbaines existantes où des quantités importantes de nouveaux logements de densité moyenne de haute qualité pourraient être construits. Dans le contexte d’un monde qui se réchauffe rapidement, il serait également important d’augmenter la quantité d’espaces verts et d’arbres dans les zones urbaines.

A plus long terme, on pourrait envisager de transformer encore plus radicalement les choses, par exemple en passant à un modèle de ville plus « décentré » dans lequel l’activité économique est mieux répartie, plutôt que concentrée sur quelques quartiers. Au fil du temps, l’amélioration des transports publics pourrait rendre de nombreuses routes redondantes. L’espace libéré pourrait alors être utilisé pour plus de logements, comme parc, ou comme un mélange des deux. Là où l’impératif était de planifier et de construire en fonction des besoins humains fondamentaux, plutôt que de ce qui est rentable, les possibilités seraient infinies !

Dans le hit de 2009 du rappeur américain Jay-Z “Etat d’esprit de l’empire”, Alicia Keys chante New York comme la « jungle de béton où sont faits les rêves », une ville dont « les grandes lumières vous inspireront ». Les socialistes partagent ce sentiment, mais probablement pas dans le sens prévu par la chanson.

Les villes capitalistes sont l’endroit où, pour la plupart des gens, tous les rêves que nous pouvons avoir d’un avenir meilleur pour la société disparaissent lentement. Pour les faire revivre et retrouver l’inspiration dans les « grandes lumières » de la vie urbaine, il faut puiser dans la ville largement souterraine de la résistance : des personnes luttant contre les myriades d’horreurs et d’injustices du capitalisme et construisant le pouvoir collectif et l’organisation nécessaires pour renverser le pouvoir. système pour de bon. C’est dans ce terreau fertile que nos rêves de la ville socialiste du futur pourront s’enraciner et grandir.

Source: https://redflag.org.au/article/socialism-and-city

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire