Soutenez les grévistes du tube ! | rs21

0
157

Le système de métro de Londres a été paralysé par la grève des membres du syndicat RMT. Colin Wilson explique le contexte de la grève et appelle à un soutien total pour leur combat.

Grévistes du RMT à la gare de Mordern – photo de RMT Twitter

Des milliers de travailleurs du tube sont en grève aujourd’hui (6 juin) dans tout Londres dans le cadre d’un conflit concernant des réductions de personnel. La direction de TfL ne pourvoit pas les postes car ils deviennent vacants, ce qui a touché quelque 250 emplois jusqu’à présent. Ils veulent continuer ainsi jusqu’à ce que 600 postes aient été supprimés, sur un total d’environ 5 000.

La direction affirme qu’il s’agit d’une réponse sensée à la réduction du nombre de passagers, car de plus en plus de personnes travaillent à domicile au moins une partie du temps. Mais ce « déclin géré » est à l’opposé de l’approche qu’ils devraient adopter. Nous avons besoin que plus de personnes utilisent des systèmes de transport public efficaces comme le métro, et non des changements imprévus et perturbateurs à mesure que le personnel part.

Des milliers de décès sont causés chaque année à Londres par la pollution de l’air, les émissions du trafic routier étant une cause majeure. Les communautés les plus démunies et les personnes de couleur sont touchées de manière disproportionnée. Nous devons également répondre à la crise climatique en réduisant l’utilisation des carburants fossiles dans les voitures individuelles.

S’il y a de la capacité de réserve sur le tube, tant mieux. Réduisons les tarifs pour augmenter le nombre de passagers – après tout, le métro dans le centre de Londres coûte plus cher au kilomètre que le vol en classe supérieure vers New York. Débarrassons-nous d’un système à deux vitesses où ceux qui peuvent se le permettre utilisent le métro et ceux qui ne peuvent pas prendre le bus.

Investissons pour rendre le tube, dont la plupart a été construit il y a plus de cent ans, accessible aux nombreuses personnes qui ne peuvent pas utiliser les escaliers – ce qui signifierait également employer plus de personnel, pas moins. Et ne faisons pas ces choses uniquement à Londres, où au moins nous avons des transports réglementés et un système de billetterie intégré – faisons-les dans toutes les villes britanniques.

Si cela ressemble à un rêve utopique, regardez comment le gouvernement peut investir dans des transports publics de haute qualité quand il le souhaite – comme il l’a fait avec la ligne Elizabeth, qui a ouvert la semaine dernière. Ou regardez d’autres pays comme l’Allemagne, qui a introduit des billets pour juin, juillet et août qui vous permettent d’utiliser les transports publics locaux et régionaux – tous les services sauf les trains interurbains longue distance – pour 9 euros par mois, moins de 8 £ .

Mais à Londres en ce moment, rien de tel n’est prévu alors que nous avons un gouvernement sans stratégie au-delà d’une haine instinctive des services publics et des syndicats du secteur public. Les conservateurs ont refusé à plusieurs reprises de proposer un programme de financement post-pandémique à long terme pour Transport for London (TfL), qui exploite des métros, des bus et certains trains dans la capitale. Au lieu de cela, ils ont menacé les retraites du personnel et exigé des propositions pour mettre en œuvre leur fantasme antisyndical de trains sans conducteur, irréalisable en pratique sur un réseau aussi vieux que le métro.

La direction de TfL, quant à elle, ne se contente pas de réduire le personnel du tube, mais “consulte” sur l’abolition de seize lignes de bus. Le maire de Londres, Sadiq Khan, les a décrits comme des «coupures de bus conservateurs» – il doit maintenant exiger un financement TfL approprié d’un gouvernement conservateur divisé affaibli par Partygate. Comme le dit Mick Lynch du syndicat des chemins de fer RMT, “le maire Khan doit choisir soit d’affronter le gouvernement conservateur et d’exiger un accord de financement juste pour les Londoniens, soit d’attaquer les fidèles travailleurs du métro qui font avancer la capitale jour après jour”.

Justice pour Belly ! Graffiti du sud de Londres – photo de Colin Revolting

Cela ne fait que deux ans que les travailleurs des transports de Londres ont été salués comme des héros qui se sont mis en danger pour maintenir la ville en mouvement pendant le premier verrouillage. Au moins 88 travailleurs des transports sont morts de Covid pendant la pandémie à Londres. Ces chiffres incluent au moins 51 chauffeurs de bus, dont beaucoup sont infectés au travail, et le cheminot Belly Mujinga, qui travaillait à la gare de Victoria pour Govia Thameslink et a été infecté par Covid après un incident présumé lorsqu’un homme lui a craché et toussé dessus. Nous étions alors aux côtés des travailleurs des transports, et aujourd’hui nous devons continuer à les défendre ainsi que les systèmes de transport qu’ils gèrent.

La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire