Voyage à Cuba à travers les yeux d’un ami

0
60

Baudelaire, dans “L’Invitation au voyage”, nous parle d’un pays nommé Cocagua, cette terre mythologique où l’on pouvait se procurer librement le sexe, le temps était toujours agréable, le vin n’en finissait pas, et tout le monde restait jeune pour toujours. Le texte parle d’un pays singulier, « plongé dans les brumes de notre Nord, et qu’on pourrait appeler l’Est de l’Ouest, si bien qu’en lui s’est propagée la fantaisie ardente et capricieuse, si bien qu’elle l’a illustrée, patiente et obstinée. , avec ses végétations sages et délicates.

Mais la réalité est toujours plus riche que la fantaisie poétique. J’ai pu le constater lors du voyage d’un ami et de sa femme à Cuba, où ils sont allés en lune de miel. Si là ce n’est pas le pays mythologique de Cocanha, croyez-moi, lecteurs, c’est mieux ainsi. “Cuba était quelque chose au-delà de mon imagination”, me dit mon ami. « À cause de tout. La Havane a conservé une architecture historique de l’époque de la colonisation espagnole. J’ai vu des enfants dans les rues, mais en uniforme scolaire, faire de l’éducation physique sur les places. Contrairement à ce que dit la droite, il marchait partout, libre, sans guide et sans crainte de se faire voler. Rues propres, pas de déchets. Et il m’a parlé de son amour dès son arrivée à l’aéroport. “Lorsque l’avion a atterri à Cuba, j’ai ressenti une grande émotion. A La Havane, tout le monde aime les Brésiliens. Lui, qui connaît certains pays européens, m’a dit : « Dans l’Ancien Monde, j’ai été discriminé. A La Havane, j’étais aimé. Ils m’ont accueilli comme un frère ».

Et aussi bonnes que ses paroles sont les images qu’il m’a envoyées. À travers ses yeux, j’ai approché le souvenir d’Ernest Hemingway, dans la Bodeguita del Medio.

Avec ses yeux attentifs, j’ai vu un portrait de Che Guevara sur le mur du salon d’une maison.

Quel beau flagrant !

Mon ami et sa femme sont allés au Buena Vista Social Club. Là, quand ils ont appris qu’ils venaient du Brésil, ils ont chanté et joué. Sous la joie, les musiciens du groupe Legendários del Guajirito ont interprété Aquarela do Brasil, comme on le voit dans cette vidéo.

Où, à Cocanha, pourrais-je présenter un chauffeur de taxi avec le maillot du Sport Club do Recife ? Mon ami a fait ça pour moi à un petit chauffeur, qui a le visage de mes proches. Il n’y a pas de plus grande preuve que nous sommes tous frères. Comment ne pas dire, par ce geste, que je n’étais pas à Cuba ?

Dans une heureuse coïncidence, les couleurs rouge-noir rappellent aux Cubains le Mouvement du 26 juillet, fondé en 1954 par Fidel Castro contre le dictateur Fulgencio Batista. Regardez Sport ici

Enfin, avec mon ami et sa femme, je suis allé à la bibliothèque du Centro de Información Antonio Rodríguez Morey à La Havane. J’étais là, comme vous le voyez :

En fait, à cette heure je suis encore à La Havane. C’était bien, c’était super d’aller à Cuba à travers les yeux de l’ami. J’y suis allé, j’y suis et j’y retournerai.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/06/journey-to-cuba-through-the-eyes-of-a-friend/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire