Stabiliser Taïwan pour une tempête à l’horizon

0
59

L’année 2021 a commencé avec des déclarations triomphales des dirigeants chinois sur le « temps et l’élan » travaillant en faveur de la Chine. L’année se termine avec la montée en puissance de la puissance américaine en Asie et la chute de la puissance chinoise, selon l’Asia Power Index, une évaluation annuelle fondée sur des données de la puissance relative des États de l’Indo-Pacifique menée par le Lowy Institute.

Ces résultats sapent le discours stratégique préféré de la Chine. L’objectif de Pékin est de générer une large acceptation du fait que la Chine représente l’avenir, que l’Amérique est en déclin et que d’autres pays seraient sages de s’attacher à l’essor de la Chine plutôt que de se faire abattre par les États-Unis.

Les efforts des autorités chinoises pour vendre un récit du déclin de l’Amérique sont susceptibles de bénéficier de moins d’achats (en dehors de la Chine) qu’ils ne l’auraient pu il y a un an. Les États-Unis ont fait des progrès mesurables au cours de la dernière année dans la lutte contre le COVID-19 ; redynamiser les alliances et partenariats internationaux ; restaurer le leadership mondial sur le climat, les droits de l’homme et les questions de santé publique ; investir dans l’infrastructure à la maison; et la relance de l’économie américaine. Comme Michael Fullilove et Hervé Lemahieu l’ont observé dans Foreign Affairs, les États-Unis sont désormais la seule grande économie mondiale dont on prévoit qu’elle sera plus importante en 2030 que ce qui était prévu avant la pandémie. Et avec le Sommet pour la démocratie, l’administration Biden a réaffirmé la capacité de convocation inégalée de l’Amérique sur la scène mondiale.

Bien sûr, le scénario du renouveau américain n’est ni linéaire ni irréversible. De nombreux Américains sont profondément préoccupés par la polarisation de la politique intérieure et le risque que les institutions américaines s’effondrent, en particulier si des dirigeants aux impulsions antidémocratiques gagnent le pouvoir lors des prochaines élections.

En ce qui concerne la Chine, ses performances en matière de politique étrangère au cours de l’année écoulée ont été définies par un repli et un nationalisme affirmé. Les dirigeants chinois sont restés cloîtrés à l’intérieur de leurs propres frontières. Ils ont réduit le financement des projets de l’initiative “la Ceinture et la Route”. Les responsables chinois se sont hérissés de critiques et ont fustigé les pays qu’ils perçoivent comme défiant ses intérêts, y compris la Lituanie suite à sa décision d’ouvrir un bureau de représentation à Taïwan. En conséquence, l’image de la Chine dans le monde développé est sans doute à son plus bas niveau depuis le massacre de Tiananmen en 1989.

Sur le plan intérieur, la croissance économique de la Chine ralentit. Le pays est sur une pente descendante démographique, avec une main-d’œuvre qui devrait diminuer de près de 20 % par rapport aux niveaux actuels d’ici le milieu du siècle. La croissance de la productivité ralentit et le modèle économique chinois axé sur l’investissement perd de sa vitalité. Pékin met à mal son propre potentiel de croissance en sévissant contre ses secteurs les plus innovants, dont son secteur high-tech.

Pour être clair, l’économie chinoise est toujours en croissance et continuera probablement de le faire dans le futur. L’armée chinoise continue de déployer de nouvelles capacités, dont beaucoup semblent conçues pour essayer d’empêcher l’implication américaine dans toute future éventualité à travers le détroit. La Chine continue de renforcer sa présence dans diverses régions du monde, en s’appuyant principalement sur la puissance de son portefeuille pour faire des percées. Les dirigeants chinois restent largement capables de gérer le récit national à l’intérieur de la Chine grâce à leurs contrôles stricts de l’information. Xi Jinping reste également fermement aux commandes des leviers du pouvoir et est quasiment assuré d’un troisième mandat au 20e congrès du Parti en 2022. Autrement dit, la Chine reste un concurrent tenace mais contraint.

Pour ces raisons et bien d’autres encore, les dirigeants chinois restent, de toute apparence, confiants dans la trajectoire de croissance de leur pays. Cette assurance dans la montée continue de la Chine justifie les appels publics de Xi à la patience pour parvenir à une résolution à long terme sur Taïwan. Cependant, la patience stratégique de Pékin ne diminuera probablement pas son objectif à court terme de prendre des mesures visibles pour faire avancer les affaires de Taiwan dans sa direction préférée. Les dirigeants chinois restent clairement concentrés sur leurs efforts pour changer le caractère des relations entre les deux rives du détroit en leur faveur.

Au cours des derniers mois seulement, Pékin a effectué un nombre sans précédent de sorties militaires à travers la zone d’identification de défense aérienne de Taïwan à peu près au même moment où les États-Unis et leurs alliés menaient un exercice naval majeur en mer de Chine méridionale. Les autorités chinoises ont également orchestré le retournement des relations diplomatiques du Nicaragua de Taipei à Pékin pour coïncider avec la participation de Taiwan au Sommet pour la démocratie.

Pour l’avenir, Pékin pourrait intensifier ses efforts pour s’ingérer dans la politique de Taiwan au cours des deux prochaines années. Même si les dirigeants chinois sont confrontés à des vents contraires, ils ont toujours de la bande passante et sont incités à essayer de créer un environnement politique à Taïwan propice à leurs préférences pour les élections de 2024. Pékin cherchera presque sûrement à créer la défaveur des candidats auxquels il s’oppose et des vents arrières pour les candidats qui soutiennent sa vision du développement des relations entre les deux rives. Ces efforts s’exprimeront probablement de manière plus visible à l’approche des élections locales de l’année prochaine, dont les résultats pourraient façonner l’humeur des électeurs lors des élections présidentielles et législatives de 2024.

La pression incessante de Pékin mettra à l’épreuve le courage des dirigeants taïwanais. Heureusement, la présidente Tsai Ing-wen est pragmatique et calme, des attributs qui devraient l’aider à diriger Taiwan d’une main ferme à travers la tempête à venir. Face à une augmentation prévisible de la pression dans les années à venir, les capacités du prochain groupe de dirigeants de Taïwan seront également mises à l’épreuve alors qu’ils cherchent à renforcer la confiance du public dans la résilience de Taïwan et à générer un soutien aux politiques visant à renforcer la sécurité et le bien-être de Taïwan. .

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici