“Tasse de sang”: un responsable haïtien dénonce l’impunité dans le meurtre de Moise | Nouvelles

0
228

Un observateur du gouvernement haïtien a dénoncé la “lenteur inacceptable” de l’enquête sur l’assassinat du président Jovenel Moise, accusant ce retard d’avoir contribué à une culture d’impunité qui met les citoyens en danger.

Dans une lettre intitulée “La coupe de sang”, l’Office de la protection du citoyen (OPC) d’Haïti a fait valoir que tout échec à traduire les assassins de Moise en justice “ouvrira la voie à l’assassinat d’autres chefs d’État dans les mêmes conditions, avec le même degré de cruauté, de barbarie ».

La lettre cinglante a été publiée pour coïncider avec le deuxième anniversaire du meurtre de Moise le 7 juillet 2021.

L’OPC fonctionne comme un organisme gouvernemental indépendant, enquêtant sur les plaintes contre les institutions publiques. Son chef, Renan Hedouville, a signé la lettre, qui avertit que tous les niveaux de la société sont menacés par l’anarchie persistante en Haïti.

« La coupe de la barbarie, de l’impunité, du terrorisme, est remplie de sang, surtout celui des victimes assassinées chaque jour (avocats, policiers, commerçants, professionnels de la santé, étudiants, simples citoyens) sous le couvert de l’impunité et de la bénédiction de corruption », a écrit Hedouville.

Les criminels « toujours en fuite »

Hedouville a également appelé à une plus grande protection pour Walter Wesser Voltaire, le juge chargé de superviser l’enquête Moise.

Voltaire, le cinquième juge à se saisir de l’affaire, “travaille dans des conditions de sécurité extrêmement précaires”, a déclaré Hédouville.

Les critiques ont allégué que l’enquête d’Haïti sur le meurtre de Moise avait à peine bougé au cours des deux années qui ont suivi l’attaque contre sa résidence. Plus de 40 suspects croupissent dans une prison haïtienne, dont au moins 18 anciens soldats colombiens accusés d’avoir participé au siège de la maison privée de Moise à Port-au-Prince.

“De nombreux individus dénoncés dans cet assassinat sont toujours en fuite”, a ajouté Hedouville dans la lettre de l’OPC.

Hedouville a comparé l’inertie en Haïti aux progrès relatifs aux États-Unis, où le ministère de la Justice de ce pays a également enquêté sur l’assassinat de Moise.

À ce jour, le ministère américain de la Justice a inculpé 11 suspects du meurtre. Le Federal Bureau of Investigation (FBI) et le Department of Homeland Security (DHS) des États-Unis ont également envoyé des agents en Haïti à la suite de l’assassinat pour aider à l’enquête.

En mars, l’homme d’affaires haïtien-chilien Rodolphe Jaar a plaidé coupable devant un tribunal fédéral américain pour son rôle dans l’assassinat de Moise.

Accusé de complot en vue de commettre un meurtre ou un enlèvement et de complot en vue de fournir un soutien matériel à l’assassinat, Jaar a été condamné à la prison à vie en juin.

Appel à l’aide internationale

La lettre de l’OPC de jeudi a offert le soutien de l’agence à l’aide internationale en Haïti alors que le pays fait face à la violence généralisée des gangs, provoquant des représailles et des préoccupations humanitaires croissantes.

“L’OPC reste attaché à l’idée d’une force internationale pour soutenir le système judiciaire haïtien afin de parvenir à la vérité de cette affaire”, a écrit Hedouville.

La perspective d’une force internationale en Haïti, cependant, a été controversée.

Pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental, Haïti a déjà eu des forces étrangères sur ses côtes : les États-Unis, par exemple, ont envoyé des marines pour envahir et occuper le pays de 1915 à 1934. pays en 2010.

Néanmoins, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a de nouveau appelé jeudi à une intervention internationale.

“Nous n’appelons pas à une mission militaire ou politique des Nations Unies”, a-t-il déclaré au Conseil de sécurité de l’ONU. “Nous appelons à une force de sécurité robuste déployée par les États membres pour travailler main dans la main avec la Police nationale haïtienne pour vaincre et démanteler les gangs et rétablir la sécurité dans tout le pays.”

Lors d’un voyage à Trinité-et-Tobago le même jour, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a exprimé son soutien à une force internationale pour soutenir la police assiégée d’Haïti. “C’est un domaine de concentration intense pour nous”, a-t-il déclaré.

Mercredi, l’expert indépendant de l’ONU pour Haïti, William O’Neill, a estimé que la police haïtienne avait besoin de l’aide de 1 000 à 2 000 experts chargés de l’application des lois pour lutter de manière adéquate contre les gangs du pays.

Un pays en ébullition

L’assassinat de Moise a plongé Haïti dans de nouvelles turbulences politiques, aggravant les crises sociales, économiques et sanitaires persistantes qui affligent la nation des Caraïbes.

Le choléra est réapparu après une absence de trois ans en octobre, et la faim a de nouveau augmenté. En mai, un rapport soutenu par l’ONU a révélé que près de la moitié du pays – 4,9 millions de personnes – souffrait d’une insécurité alimentaire aiguë.

Les institutions démocratiques du pays pataugent également. Les derniers élus démocratiquement du gouvernement national ont vu leur mandat expirer en janvier. De nouvelles élections, quant à elles, ont été reportées sine die.

Mais la lettre de l’OPC a retracé la culture d’impunité présumée d’Haïti encore plus loin que l’assassinat de Moise. Il faisait référence à l’assassinat en 2000 du journaliste et militant Jean Léopold Dominique : son assassin n’a jamais été traduit en justice.

L’épouse de Moise, Martine, a récemment renouvelé ses appels à la Cour pénale internationale des Pays-Bas pour qu’elle enquête sur le meurtre de son mari.

Martine, qui a également été blessée dans l’assassinat, a déposé une plainte fin juin contre les suspects dans l’affaire, demandant des dommages-intérêts non spécifiés pour sa famille et un procès devant jury.

Dans un tweet du 26 juin, elle a souhaité à son mari tué un joyeux anniversaire, notant qu’il aurait eu 55 ans. Elle a appelé à une enquête approfondie, écrivant: «La vérité sortira. Justice sera rendue. »

Source: https://www.aljazeera.com/news/2023/7/6/cup-of-blood-haiti-official-decries-impunity-in-moise-killing

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire