Temps de crise | rs21

0
51

Ben Hillier explique comment la réponse du secteur financier à l’inflation protège les créanciers et nuit à la classe ouvrière. Sa solution est de lutter pour des salaires plus élevés en période d’inflation et d’appeler au contrôle public de la grande finance.

Les banques centrales du monde entier ont clairement indiqué qu’elles étaient prêtes à plonger les économies dans la récession en faisant monter les taux d’intérêt pour protéger l’énorme richesse de la finance internationale. La Réserve fédérale américaine a mené la charge avec une augmentation de 3 points de pourcentage jusqu’à présent cette année. Et il y a plus à venir.

“Personne ne sait si ce processus conduira à une récession ou, si c’est le cas, quelle serait l’importance de cette récession”, a déclaré le président de la Fed, Jerome Powell, fin septembre. « Nous devons mettre l’inflation derrière nous. J’aimerais qu’il y ait un moyen indolore de le faire. Il n’y en a pas.

Du point de vue des banques centrales, l’inflation – la dévaluation de la monnaie – est pire que la récession car elle nuit de manière disproportionnée aux créanciers. Une inflation élevée réduit sensiblement la valeur réelle des prêts en cours, qui ont été contractés en « monnaie d’hier » mais seront majoritairement remboursés en monnaie de demain. Cet argent aura la même apparence et la même sensation, mais il vaudra de moins en moins au fur et à mesure que l’inflation passe chaque année.

Pour compenser la baisse de la valeur des dettes qui leur sont dues, les banques augmentent le taux d’intérêt pour obtenir plus d’argent directement des débiteurs et pour réduire la demande économique, ce qui devrait réduire la vitesse à laquelle l’argent est dévalué. C’est la “douleur” que les banquiers nous disent que nous devons endurer : les gouvernements et les détenteurs d’hypothèques paient davantage pour rembourser la dette existante, et des millions de personnes sont licenciées alors que des économies entières sont sacrifiées pour protéger la valeur des actifs du système financier.

Il est important de comprendre que cela n’a rien à voir avec la protection du niveau de vie de la classe ouvrière contre le fléau de la hausse des prix. Quiconque s’en soucierait s’assurerait simplement que les salaires soient augmentés en fonction des prix à la consommation. Au lieu de cela, les économistes prévoient que Powell mettra jusqu’à 2 millions d’Américains au chômage l’année prochaine dans sa croisade. “Il y a trop d’Américains qui reçoivent une trop grosse augmentation de salaire”, écrit Matthew Cranston dans le Analyse financierdans un article intitulé “Les emplois qui doivent disparaître pour freiner l’inflation”.

En faisant grimper rapidement les taux – et avec eux la valeur d’échange du dollar américain – la Réserve fédérale exporte également des pressions inflationnistes et récessionnistes supplémentaires vers le reste du monde. Inflationniste parce que la force du dollar entraîne des hausses de prix en monnaie locale pour une gamme d’importations échangées en dollars américains, telles que les produits agricoles et énergétiques. Récessive parce que d’autres banques centrales suivent la Réserve fédérale en partie pour limiter la baisse de la valeur de leur propre monnaie par rapport au dollar, freinant ainsi l’activité économique nationale.

La Banque d’Angleterre affirme que le Royaume-Uni est déjà en récession, mais qu’elle pousse toujours les taux d’intérêt à la hausse pour défendre la valeur de la livre et protéger les créanciers d’un taux d’inflation de 10 %. L’Europe, également confrontée à une crise énergétique, suit la Grande-Bretagne dans la récession. Les dégradations économiques se sont succédées d’un pays à l’autre. On parle encore d’« atterrissages en douceur », c’est-à-dire de ralentissements ou de récessions peu profondes, par opposition à des contractions brutales. En ce qui concerne la croissance économique globale, cela pourrait être le cas dans une série de pays, avancés et sous-développés.

Quoi qu’il en soit, le monde est passé de la période de crédit bon marché et d'”assouplissement quantitatif” (achat d’obligations par la banque centrale pour encourager une masse monétaire supérieure à ce que des taux d’intérêt proches de zéro pourraient gérer) à une sorte de course vers le sommet en politique monétaire. La période précédente était censée réduire le montant de la dette dans le système grâce à une combinaison de croissance économique plus élevée et de dépenses publiques réduites. Mais cela s’est traduit par des passifs atteignant récemment plus de 300 000 milliards de dollars, soit environ 350 % de la production économique mondiale, selon l’Institute of International Finance. Cela représente environ 280 % avant la crise financière mondiale de 2008.

Maintenant, c’est le moment critique. Alors que l’inflation dans les principales économies érode la valeur réelle de ces passifs gargantuesques, les créanciers partout – banques centrales, banques commerciales et autres grandes sociétés financières – se précipitent pour obtenir une compensation.

Plus tôt cette année, le Fonds monétaire international a estimé qu’environ 60 % des pays à faible revenu étaient déjà à risque ou déjà en difficulté financière (ayant des difficultés à rembourser leur dette). La valeur des prêts du soi-disant prêteur en dernier ressort a atteint un niveau record, selon le Financial Times.

Lorsque les prêts sont libellés en dollars américains, le fardeau accru résultant de la baisse de la valeur des monnaies locales et de la hausse des intérêts a largement compensé les petits gains que les pays débiteurs ont réalisés grâce à l’inflation qui a érodé la valeur réelle de leurs dettes. Là où les prêts ne sont pas en dollars américains, il y a toujours une fuite des capitaux vers les obligations américaines – alors que la dette totale a chuté d’environ un demi-billion de dollars américains cette année dans les marchés dits émergents (un euphémisme pour les économies pauvres, appauvries et sous-développées), la dette en proportion du PIB augmente à mesure que la croissance stagne.

Dans les économies avancées, les gouvernements et les entreprises font baisser la valeur réelle des salaires, des pensions et des autres paiements de sécurité sociale, tout en justifiant les coupes budgétaires en se référant aux remboursements onéreux de la dette publique. Pendant ce temps, les banques écrasent les créanciers hypothécaires et les banques centrales tentent de faire monter le chômage.

L’Institute for Fiscal Studies, un groupe de réflexion, prévoit que le gouvernement britannique dépensera plus de 100 milliards de livres sterling en 2023-24 en paiements d’intérêts sur sa dette. C’est le double du montant prévu il y a seulement six mois, lorsque les taux d’intérêt étaient plus bas, et plus que ce que le pays dépense pour l’ensemble de son budget d’éducation. Pourtant, alors que le National Health Service est embourbé dans la crise, le gouvernement est en augmentant sa dette pour financer des réductions d’impôts pour les riches, dont la nouvelle a failli faire exploser le système de retraite du pays et contraint la Banque d’Angleterre à revenir à l’assouplissement quantitatif.

Certaines parties du monde de l’entreprise ont également du mal à rembourser leurs dettes après une décennie d’argent facile qui leur a permis de compenser les faibles retours sur investissement. Le nombre de «zombies» est en augmentation dans toutes les juridictions, ce qui, selon l’Institute of International Finance, pourrait entraîner «une augmentation significative des faillites» à mesure que les taux augmentent. Un zombie est une entreprise établie (d’au moins dix ans) qui, pendant trois années consécutives, n’a pas généré suffisamment de revenus pour payer les intérêts de ses dettes.

Alors que la montée des zombies a été la plus notable aux États-Unis, l’Australie a une proportion encore plus élevée – 13% des sociétés cotées à l’ASX contre 10% – selon Revue financière australienne rédacteur en chef Christopher Joye. Lorsque Joye a ajusté son estimation pour inclure toutes les entreprises, plutôt que simplement celles qui existent depuis dix ans ou plus, il a constaté que plus d’un tiers sont actuellement dans la catégorie des zombies, contre 19 % de leurs homologues américains.

Comme partout ailleurs, les messages de la Reserve Bank of Australia portent sur la douleur et les dangers de l’inflation pour les travailleurs. Mais, comme d’autres banques centrales, elle veut faire tout ce qui est en son pouvoir pour contenir la croissance des salaires et protéger les intérêts des créanciers et des détenteurs d’importantes économies.

Selon une estimation relativement récente d’économistes, publiée par le Bankwest Curtin Economics Centre, le cinquième des Australiens les plus riches détient 75% de l’épargne des ménages, tandis que les 60% les plus pauvres en détiennent moins de 10%. Pour les travailleurs, les salaires sont bien plus importants que l’épargne accumulée, qui est, dans l’ordre des choses, négligeable. Même les travailleurs aisés n’ont généralement qu’une épargne suffisante pour couvrir leurs frais de subsistance pendant plusieurs mois environ avant de devoir retrouver un travail rémunéré après avoir perdu un emploi. La plupart des gens manquent d’argent dès qu’ils sont au chômage, s’ils ne sont pas à court d’argent et qu’ils n’ont pas déjà à gérer leurs dettes de carte de crédit – près de 30 % des personnes possédant une carte de crédit disent qu’elles ne pourraient pas gérer leurs finances sans une carte de crédit.

Le principal moyen pour les travailleurs de se défendre dans la crise est donc de se battre pour des salaires plus élevés et une augmentation des dépenses publiques en matière de bien-être et de services sociaux. On nous dit que le pire des mondes possibles serait celui d’une « spirale salaires-prix » qui maintiendrait l’inflation élevée plus longtemps. Le message est que la « modération salariale » et la réduction des dépenses publiques sont dans l’intérêt de tous.

Mais toute personne ayant une dette de carte de crédit ou une hypothèque gagnerait énormément si seulement les salaires augmentaient avec l’inflation des prix à la consommation : l’inflation des salaires est importante pour les débiteurs de la classe ouvrière, et les ménages australiens ont le cinquième ratio dette/revenu le plus élevé de l’OCDE. Assez ironiquement, c’est parce que la RBA n’hésite pas à alimenter un autre type d’inflation qui sévit depuis une grande partie de ce siècle : l’inflation des prix des actifs, qui inclut l’immobilier résidentiel et profite grandement aux investisseurs.

La banque centrale riposterait bien sûr avec des taux d’intérêt plus élevés pour maintenir les travailleurs dans la prison de la dette et pour faire sombrer l’économie. Mais les banques centrales le font de toute façon pour leurs propres raisons. C’est une raison de plus pour placer la grande finance sous contrôle public : afin que les banquiers puissent être contraints d’élever le niveau de vie, plutôt que de le faire baisser pour protéger leurs propres bilans.

La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire