Terres publiques : plus d’utilisation ne signifie pas plus de conservation

0
40

Panneau d’avertissement le long de la rivière Firehole, Parc National de Yellowstone. Photo : Jeffrey St. Clair.

Le week-end du Memorial Day est généralement considéré comme le début de la «saison estivale» dans la plupart des États-Unis. Enfin assez chaud pour sortir dans la nature et faire les millions de choses que les gens font pour les loisirs de plein air. Mais cela vaut la peine de se demander, alors que les foules grossissent, si oui ou non la diversité des « grands espaces » peut supporter les pressions croissantes sur ce qui est une base de ressources en diminution, et non en croissance.

Pendant des décennies, de nombreuses organisations de conservation ont postulé que si davantage de personnes utilisent nos terres et nos eaux publiques, davantage de personnes apprécieront ces ressources et soutiendront par la suite leur conservation.

C’est une théorie pratique – et a certainement quelques avantages. Premièrement, alors que les plus riches hors des États achètent d’énormes morceaux du Montana pour les fermer pour leurs réserves privées de chasse et de pêche, ils constituent une cible invitante à opposer – bien que les hors des États ne soient certainement pas les seuls à essayer de fermer hors accès au domaine public.

Deuxièmement, il est beaucoup plus facile d’exposer un engagement envers l’accès public que de s’attaquer aux abus actuels et croissants des terres et des eaux publiques. Il est difficile et coûteux d’engager des poursuites pour protéger les forêts nationales ou demander aux irrigants de laisser de l’eau dans le cours d’eau pour les poissons et les écosystèmes aquatiques. Pourtant, sans nos véritables défenseurs de la conservation, il n’y aurait pas beaucoup d’avantages à avoir accès à des champs de souches coupés à blanc, à des cours d’eau asséchés et à des écosystèmes détruits qui abritaient autrefois des espèces aujourd’hui en voie de disparition.

Alors que les exemples de la théorie selon laquelle plus d’utilisation équivaut à plus de protection sont manifestement absents, l’inverse n’est pas vrai. Il ne faut pas longtemps pour se rendre dans votre parc, forêt ou rivière préféré et constater les abus qui y sont accumulés. Des ordures et du papier toilette partout, des arbres abattus pour faire place à d’énormes camping-cars, des “troads” et des sentiers profondément défoncés, des excréments de chiens et des foyers remplis de bouteilles cassées. Sur les rivières et les lacs, c’est la ligne de pêche, souvent avec des leurres, des hameçons et des plombs encore attachés, qui n’attendent que d’attraper la sauvagine et les oiseaux riverains, et bien sûr les bidons et bouteilles omniprésents sur le lit de la rivière. Dans le cas de nos rivières très pêchées, il n’est pas rare de nos jours de voir des truites recouvertes de champignons après avoir été manipulées autant et si longtemps pour les publications apparemment obligatoires sur les réseaux sociaux.

Considérant que plus de 10 millions de personnes ont visité le Montana l’année dernière, il est absolument ridicule de croire qu’ils étaient tous si conscients et préoccupés qu’ils ont en fait augmenté la conservation des terres publiques, des eaux et des poissons et de la faune qui en dépendent pour leur existence. Il serait très naïf de penser que les personnes venant d’endroits où l’environnement naturel a été en grande partie disparu et remplacé par des activités humaines seraient familières avec les pratiques de conservation acceptables sur les terres et les eaux publiques du Montana.

Pourtant, d’une manière ou d’une autre, cette réalité observable a pris le pas sur le marketing et la promotion exagérée de bourrer de plus en plus de gens avec une base de ressources limitée. Et même lorsque la loi stipule spécifiquement que “la législature juge nécessaire d’exiger que le département de la pêche, de la faune et des parcs accorde la priorité à l’entretien par rapport au développement supplémentaire dans tous les parcs d’État et les sites d’accès à la pêche”, l’agence – ainsi que son ” partenaires » – continuer à pousser pour toujours plus de développement au lieu de s’occuper des ressources existantes.

Le choix nous appartient. Nous pouvons continuer à promouvoir, faire de la publicité et exposer la fausse théorie selon laquelle plus d'”accès”, c’est-à-dire “d’utilisation”, est meilleur pour nos terres et eaux publiques – ou nous pouvons objectivement considérer les abus en cours et réaliser que le contraire est en fait vrai. À l’heure actuelle, cette équation est sérieusement déséquilibrée – et les conséquences de ne pas rétablir cet équilibre signifient un avenir dégradé pour le Montana.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/01/public-lands-more-use-doesnt-mean-more-conservation/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire