Traité de paix pour mettre fin à la guerre d’Ukraine

0
69

Les grandes lignes d’un traité pour mettre fin à la guerre d’Ukraine deviennent de plus en plus évidentes. Les principaux termes les plus probables d’un tel traité peuvent être simplement énoncés : Les Ukrainiens cèdent aux Russes les Dombas et la Crimée et le pont terrestre entre eux – essentiellement les zones que les Russes occupent actuellement. Les Russes reconnaissent en retour l’indépendance souveraine et l’intégrité territoriale du reste de l’Ukraine, y compris son accès à la mer Noire à Odessa. Les Russes reconnaissent également le droit de l’Ukraine à rejoindre à la fois l’UE et l’OTAN. L’UE et l’OTAN saluent l’adhésion de l’Ukraine et signent toutes deux leur soutien total au traité, y compris à ses nouvelles frontières.

Dans cet accord, les conditions de base de chaque partie seraient remplies. La Russie gagnerait les principales régions d’Ukraine à majorité russophone, l’industrie des Dombas et une présence élargie sur la mer Noire. L’Ukraine gagnerait l’adhésion à l’UE et à l’OTAN, et ainsi la sécurité vitale qui lui fait autrement défaut. L’accès à la mer à Odessa permettrait aux céréales ukrainiennes et à d’autres produits d’être librement exportés, stabilisant ainsi l’économie ukrainienne. Avec un tel traité en place, et la Finlande fusionnant maintenant avec l’OTAN, une frontière claire serait établie entre l’OTAN et la Russie, allant de la mer Noire à l’Arctique, éliminant finalement les États du champ de bataille supposés neutres mais déstabilisants entre eux (de dont l’Ukraine est désormais la dernière).

Les deux camps devraient renoncer à leurs positions extrêmes :

L’Ukraine devrait abandonner son insistance sur les frontières dont elle a hérité lors de l’effondrement de l’Union soviétique. Les Dombas et la Crimée ont été incorporées à l’Ukraine non pas par les Ukrainiens, mais par l’Union soviétique. L’Ukraine n’a aucune revendication préalable sur ces zones, qui ces derniers temps ont été des territoires russes avec des habitants majoritairement russes. Le reste de l’Ukraine est, en revanche, principalement de langue ukrainienne et est historiquement la patrie du peuple ukrainien depuis des temps immémoriaux.

La Russie devrait reconnaître la légitimité et l’indépendance de l’État ukrainien et renoncer aux revendications historiques des anciens dirigeants russes sur toutes les terres ukrainiennes, y compris les revendications mythologiques de l’origine de la Russie dans la Russie médiévale de Kiev. L’indépendance de la Russie ne peut être attribuée qu’au duché de Moscovie, qui a émergé au XVe siècle, tandis que l’indépendance de l’Ukraine ne peut être attribuée qu’au premier État ukrainien indépendant qui a émergé brièvement en 1918, avant d’être absorbé par l’Union soviétique. Les deux histoires sont légitimes, mais aucune n’a de lien politique direct avec Kievan Rus, qui a été détruite par les Mongols au 13ème siècle.

Les avantages d’un tel traité pour les deux parties et pour le monde seraient incalculables. Ce qui fait obstacle, ce sont les croyances des extrémistes des deux côtés, qui tiennent pour la victoire totale. Poutine nie l’existence même de l’Ukraine. Les Ukrainiens insistent sur le fait que la Crimée et ce que les Russes appellent novorossiya leur appartiennent en tant que droit de naissance de l’indépendance, et non en tant qu’accident de la politique soviétique. Tant que ces croyances prévaudront, la guerre continuera. Cela ne peut prendre fin que lorsqu’ils sont abandonnés.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/24/peace-treaty-to-end-the-ukrainian-war/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire