Travailleurs universitaires en grève contre les inégalités salariales, le racisme et le démantèlement des syndicats

0
66

Les travailleurs externalisés de la London School of Hygiene and Tropical Medicine ont récemment obtenu l’engagement de la direction de les intégrer en interne. Maintenant, ils sont en grève après un vote unanime de leur syndicat, IWGB, pour mener une action revendicative sur les salaires. Charlotte Powelun ancien travailleur externalisé à l’Université de Londres, rapporte.

Les nettoyeurs, les porteurs, les gardes de sécurité et le personnel de la salle de poste externalisés de la London School of Hygeine and Tropical Medicine (LSHTM) ont été en grève cette semaine après un vote unanime pour une action de grève en juin.

Le scrutin de grève sur les salaires a été organisé par leur syndicat, les Travailleurs indépendants de Grande-Bretagne (IWGB). Après que les travailleurs ont réussi à obtenir de l’université l’engagement de les intégrer en août, il a été révélé que la direction avait l’intention de les faire entrer avec des salaires inférieurs à tout niveau de rémunération existant dans le système de rémunération de l’université.

Guy Matuka, un employé de la salle des postes à l’université, a déclaré :

Nous avons travaillé tout au long de la pandémie pour maintenir l’Université en activité. Mais en tant que travailleurs migrants, nous étions externalisés jusqu’à récemment. Nous sommes toujours discriminés. Nous sommes payés en dessous de l’échelon le plus bas de la structure salariale de l’université. Le coût de la vie augmente et nous avons du mal à joindre les deux bouts. Aujourd’hui, nous exigeons un salaire digne afin de pouvoir subvenir à nos besoins et à ceux de nos familles.

Racisme structurel et antisyndical

La grève à LSHTM est à la fois une lutte de classe et une lutte antiraciste.

Comme dans de nombreuses universités, la direction de la LSHTM gère une main-d’œuvre à deux niveaux, le personnel de soutien étant externalisé avec des salaires et des conditions pires. La main-d’œuvre externalisée est principalement composée de travailleurs migrants, noirs et bruns, tandis que la main-d’œuvre interne mieux rémunérée est majoritairement blanche. L’université avait précédemment tenté d’introduire un système de connexion séparé, où les travailleurs externalisés devaient utiliser un scanner d’empreintes digitales pour se connecter et se déconnecter, tandis que le personnel académique et autre personnel de soutien continuerait comme d’habitude. Ce plan a été retiré après que les travailleurs se sont organisés avec l’IWGB pour faire campagne contre lui.

En décembre dernier, un rapport a été publié mettant en lumière le racisme structurel à l’université. Selon ce rapport, “les attitudes coloniales inhérentes à la mission historique de LSHTM ont un impact négatif sur les étudiants et le personnel de couleur aujourd’hui”. Mais le rapport mentionne à peine les conditions du personnel externalisé désormais en grève chez LSHTM.

La direction de LSHTM s’est livrée à diverses tactiques antisyndicales. Il a toujours refusé de négocier avec l’IWGB ou de le reconnaître, bien que la grande majorité des travailleurs externalisés soient désormais membres de ce syndicat. En avril, ils ont suspendu quatre membres de l’IWGB pour avoir manifesté pacifiquement devant l’université au sujet de leur salaire. Trois de ces travailleurs ont maintenant reçu des avertissements disciplinaires écrits, mais le quatrième travailleur et deux autres font face à de nouvelles mesures disciplinaires pour activités syndicales. IWGB poursuit maintenant une action en justice de mise sur liste noire contre l’université.

Betty Leon, nettoyeuse au LSHTM et vice-présidente de la Direction des universités (IWGB), a déclaré :

Le coût de la vie en ce moment augmente chaque jour. L’eau, l’électricité, les transports et la nourriture ont augmenté de prix. Je suis une mère et j’élève deux enfants et j’ai besoin de pouvoir les soutenir. Nous exigeons un salaire égal à celui de collègues ayant des responsabilités similaires et qui nous permet, à nous et à nos familles, de vivre dans la dignité. J’ai voté la grève parce que LSHTM ne nous a pas pris en compte. Ils n’écoutent pas nos demandes. Ils ne reconnaîtront pas notre syndicat. Ils refusent de nous rencontrer et ils refusent de rencontrer notre syndicat.

L’histoire de ces travailleurs n’est pas unique. Des centaines d’institutions publiques et privées à travers le pays ont recours à l’externalisation pour gérer une main-d’œuvre à deux niveaux. Il s’agit souvent d’une pratique raciste qui divise toujours les travailleurs de ces institutions en silos, ce qui facilite leur exploitation. Mais la lutte contre l’externalisation s’accélère. Les travailleurs externalisés de Barts NHS trust ont gagné en interne après avoir déclenché une grève en février avec le syndicat Unite. Les travailleurs externalisés du Département des affaires, de l’énergie et de la stratégie industrielle (BEIS) ont obtenu la parité des termes et conditions avec leurs collègues internes après avoir déclenché une grève l’année dernière.

Non seulement les travailleurs gagnent contre l’externalisation, mais ils construisent également une solidarité malgré les clivages imposés par la direction. Au LSHTM, 126 universitaires ont écrit une lettre ouverte à la haute direction en solidarité avec les travailleurs en grève. Dans ce document, ils s’inquiètent du traitement de « seconde classe » des travailleurs externalisés, qui, selon eux, « ternit la réputation de l’école ». Au cours des grèves de l’UCU plus tôt cette année, les membres de rs21 ont signalé que la direction d’une université avait demandé aux agents de sécurité d’espionner les grévistes et de signaler les noms des travailleurs (et des étudiants) sur les lignes de piquetage. Ils ont refusé catégoriquement de se conformer à ces demandes, ayant déjà fait l’expérience de la solidarité du personnel académique lors de leur propre conflit.

L’externalisation n’est qu’une des nombreuses façons dont la classe ouvrière et notre pouvoir sur les lieux de travail sont fracturés et divisés. Mais chaque campagne réussie pour la parité et l’égalité sur les lieux de travail, et chaque grève réussie sur les salaires, est un autre coup porté à l’exploitation de masse des travailleurs qui rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Soutenez ces travailleurs comme vous le pouvez – voir ci-dessous pour une liste des moyens de soutenir. Hasta la victoria!

Comment vous pouvez soutenir

  • Ces travailleurs ont un besoin urgent de solidarité financière afin de poursuivre leur action de grève. Faites un don au fonds de grève ici
  • Assistez aux piquets de grève et aux manifestations demain (mercredi 20 juillet) devant LSHTM – 08h00 « Luttes à travers les universités » : réunion publique et petit-déjeuner rue Keppel. 10h00 manifestation, rendez-vous rue Keppel
  • Signez la pétition ici
  • Partagez et retweetez la mise à jour de la grève :



La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire