Traverser la rue! Respectez le traité !

0
94

Des milliers de personnes se sont rassemblées à Aotearoa (Nouvelle-Zélande) pour protester contre Te Faire la fête Maori (Le Maori Parti) alors qu'un nouveau gouvernement conservateur est entré en fonction en décembre. Les organisateurs du rassemblement ont qualifié le mouvement de «Toitū te Tiriti », faisant référence à la nécessité de maintenir et de renforcer Te Tiriti o Waitangi (Le Traité de Waitangi) contre les attaques racistes du nouveau gouvernement. Les organisateurs ont invité des personnes de toutes races à participer, et il y avait une minorité significative de non-spécialistes.Maori manifestants.

Un manifestant, Quack Pirihi a déclaré à Re:news, un média en ligne : « Si nous ne nous levons pas maintenant et ne protestons pas, il n'y aura pas d'autres opportunités. C'est pour cela que nos futurs descendants se souviendront de nous ». Un autre manifestant, Awhina Twomey, a déclaré qu'elle marchait « pour se lever et être comptée et pour faire quelque chose non seulement pour les Maoris mais pour tout le monde », parce que les politiques du gouvernement « ne seront pas bonnes pour la majorité, elles ne seront bonnes que pour la minorité”.

Des manifestations ont eu lieu à Te Tai Tokerau (la côte nord), Wellington (Wellington), Wairarapa, Auckland (Auckland), Hauraki-Waikato, Waiariki et Te Tai Hauāuru (la côte ouest). La manifestation à Wanganui a brièvement fermé la route principale menant à la ville.

Les manifestations de rue ont coïncidé avec une manifestation de Le Faire la fête Maori Députés à l'intérieur du Parlement. Au lieu de simplement prêter allégeance au roi, les six Le Faire la fête Maori Les députés ont d'abord prêté allégeance à leurs mokopuna (petits-enfants ou descendants). Certains députés ont appelé le roi Charles « Hare Hare », ce qui se traduit à la fois par Charlie et par une éruption cutanée ou une gale.

Les manifestations ont été convoquées en réponse aux attaques historiques contre Maori droits humains par la nouvelle coalition gouvernementale de racistes de droite. Christopher Luxon (premier ministre et chef du Parti national), Winston Peters (vice-premier ministre et chef de New Zealand First) et David Seymour (vice-premier ministre et chef d'Act) ont annoncé une plate-forme politique axée sur l'attaque Maoriles travailleurs, les pauvres et l’environnement.

Seymour a plus d'une décennie d'expérience dans la lutte contre les droits des travailleurs et Maori. Il se décrit comme un libertaire, tout comme le nouveau président d'extrême droite argentin Javier Millei. Cette forme de politique méprise le soutien de l’État aux travailleurs et aux pauvres. Seymour a fait ses armes au Canada, au Frontier Centre for Public Policy et au Manning Centre, deux groupes de réflexion conservateurs avec une longue histoire de campagnes racistes niant les effets continus de la colonisation et du capitalisme sur les peuples autochtones.

Seymour est député d'Epsom depuis 2014. Epson est le l'électorat le plus riche du pays, avec un revenu médian des ménages de 118 300 NZD. Il est devenu un nom connu pendant la pandémie, au cours de laquelle il s’est opposé à presque toutes les mesures sanitaires mises en place pour freiner la propagation du virus.

Winston Peters est un visage plus familier, ayant été élu quinze fois au Parlement. Il a commencé sa carrière en tant que député national en 1975. Après avoir quitté le Parti national, il a créé New Zealand First, un parti de droite. Le soutien de Peters se concentre parmi les personnes de plus de 60 ans et il est connu pour sa rhétorique raciste, anti-immigration et socialement conservatrice. Il a voté contre la décriminalisation de l'homosexualité en 1986 et contre le projet de loi sur le mariage qui légalisait le mariage homosexuel en 2012.

Christopher Luxon est un patron devenu politicien, après avoir été PDG d'Unilever Canada et d'Air New Zealand. Lorsqu'elle était à la tête d'Air New Zealand, l'unité commerciale de la société, Gas Turbines, a soutenu les navires de la marine royale saoudienne alors que ceux-ci bloquaient l'acheminement de l'aide humanitaire au Yémen.

Le gouvernement abroge les lois sur les salaires équitables (introduites par les travaillistes pour autoriser un salaire minimum et des conditions dans des secteurs entiers), prolonge les périodes d'essai de 90 jours sur davantage de lieux de travail, introduit des sanctions contre les bénéficiaires de l'aide sociale qui ne satisfont pas aux exigences et réduit les dépenses de base de la Couronne (dépenses sociales). services comme l’aide sociale, la santé et l’éducation) pour financer des réductions d’impôts pour les riches. Ils restaurent la déductibilité des intérêts hypothécaires pour les immeubles locatifs et l'attaque des droits des locataires, avec des attaques spéciales contre les locataires de Kāinga Ora (logement public).

En même temps, mdu minerai de fer est injecté dans la police et les prisons, notamment en créant une nouvelle « catégorie de jeunes délinquants graves » et des « académies militaires pour jeunes délinquants », établissant essentiellement la détention des mineurs. Maori sont déjà le groupe démographique le plus incarcéré d'Aotearoa (plus de 40 pour cent des hommes incarcérés et 60 pour cent des femmes incarcérées, bien qu'ils ne représentent que 18 pour cent de la population totale), et ces mesures ne feront que intensifier l'oppression de Maori par l'Etat.

Le nouveau gouvernement se lance également dans une guerre culturelle contre le peuple maori et contre les progrès qu’il a réalisés au cours du siècle dernier. Un projet de loi sur les principes du traité, qui soumet le contenu de Te Tiriti o Waitangi (Le Traité de Waitangi) au débat et à l'amendement, sera présenté à un comité restreint. Te Aka Whai Ora (l'autorité sanitaire maorie) est également en cours de démantèlement.

En plus de cela, Te Reo, le Maori langue, sera effectivement interdite au sein du gouvernement. Toute communication dans les services publics et tous les services doivent être nommés (sauf s'ils concernent spécifiquement Maori) exclusivement en anglais.

Ces attaques historiques contre Maori les droits sont défendus par Peters et Seymour, eux-mêmes tous deux Maori ascendance. Ils soutiennent que Te Tiriti et Maori co-gouvernance, faveurs antidémocratiques Maori et sont trop coûteux pour être poursuivis. Cela détourne l’attention et rejette la responsabilité de la crise du coût de la vie sur Maoriqui ont le plus de difficultés. La réalité est Maori sont encore à la traîne dans presque toutes les mesures sociales. Près d'un quart de Maori et les Pasifika sont susceptibles de connaître une privation persistante, plus élevée que tout autre groupe démographique du pays. Espérance de vie pour Maori les hommes est de 7,3 ans de moins que la moyenne nationale et de 6,9 ​​ans de moins pour Maori femmes.

Te Tiriti o Waitangi est le document fondateur entre les colons britanniques et Maoriet a établi le tino rangatiratanga, ou l'autodétermination, pour Maori, entre autres droits. Cependant, Te Tiriti a été délibérément écrit en termes vagues par les Britanniques, surtout lorsqu'il a été traduit en Te Reo. Le document a toujours eu pour but de soumettre le militant Maori guerre contre la colonisation et vol de terres sous couvert légal. Les gouvernements ultérieurs, de gauche comme de droite, ont continué à voler des terres et à briser de manière flagrante Te Tiriti o Waitangi. Quatre-vingt-quinze pour cent des terres d’Aotearoa ont été aliénées. Maori. Le traité ça ne va pas assez loin en défendant Munori, d’où la demande de maintenir et de renforcer Te Tiriti.

Les 10 pour cent les plus riches de la population d'Aotearoa possèdent 25 pour cent des actifs du pays, tandis que les 50 pour cent les plus pauvres n'en possèdent que 2 pour cent, selon Max Rashbrooke, auteur de Inégalités : une crise en Nouvelle-Zélande. Ce sont les riches qui sont favorisés antidémocratiquement, et le programme politique du nouveau gouvernement ne fera qu’exagérer ce phénomène.

La coalition vient tout juste de constituer un gouvernement majoritaire, le Parti national n'ayant remporté que 38 pour cent des voix, Act moins de 9 pour cent et New Zealand First 6 pour cent. Dans le même temps, le soutien aux Verts et au Te Faire la fête Maori grandi. Une polarisation est en train de se produire et le soutien au centre s’effondre.

Parmi ceux qui se tournent électoralement vers la gauche, le nouveau gouvernement suscite l’indignation. Maori ont une longue histoire de mouvements puissants obtenant des concessions. Des marches terrestres répétées aux protestations contre la tournée de rugby réservée aux Blancs des All Blacks en Afrique du Sud. Maori sont souvent une minorité rebelle et militante. Mais Maori nous ne pouvons pas vaincre ce gouvernement à nous seuls. Les manifestations qui ont déjà rassemblé Maori et non-Maori les gens contre le gouvernement sont un signe d’espoir pour l’avenir.

Source: https://redflag.org.au/article/toitu-te-tiriti-uphold-treaty

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire