Travestie de Tracy : nouveau patron identique à l’ancien patron du Bureau of Land Management

0
45

Source photo : Qfl247 – CC BY-SA 3.0

C’est dommage pour les écologistes et tous les Américains, mais Tracy Stone-Manning, la nouvelle directrice du Bureau of Land Management (BLM) de Biden, poursuit la politique de l’administration Trump de pâturage public destructeur. Le BLM administre 246 millions d’acres de terres publiques, principalement dans l’ouest intermontagneux, avec pour mission de “soutenir la santé, la diversité et la productivité des terres publiques pour l’utilisation et la jouissance des générations présentes et futures”.

L’enquête révèle que le BLM “ne respecte pas les normes de santé des terres publiques dans l’ouest”

Pour savoir si le BLM remplissait sa mission de «maintenir la santé des terres publiques, les employés publics pour la responsabilité environnementale (PEER) ont envoyé des demandes de loi sur la liberté d’information pour recueillir des données sur 21 000 attributions de pâturage couvrant 155 millions d’acres de terres publiques administrées par le BLM.

Bien que BLM n’ait même pas encore évalué la santé de 41 millions d’acres, environ la moitié de toutes les parcelles de pâturage évaluées dans l’ouest américain – 54 millions d’acres – sont gravement dégradées, trouvant le pâturage du bétail comme “la cause importante” sur 72% de ces terres. . Les résultats sont contenus sur une carte interactive très intéressante.

La “solution” de BLM – forer des puits dans le désert pour un pâturage plus répandu du bétail

Avant la publication du rapport accablant de PEER, la directrice du BLM, Tracy Stone-Manning, a déclaré à High Country News que : « Le pâturage du bétail peut être utilisé comme un outil sur le paysage pour aider les pratiques de restauration. Notre travail global est de transmettre des terres meilleures que nous ne les avons trouvées. C’est ce qu’est la conservation pour moi.

Compte tenu de ses paroles, il est très difficile d’expliquer pourquoi l’agence qu’elle supervise prévoit de forer 40 nouveaux puits d’abreuvement pour le bétail dans ou à proximité du monument national de Bears Ears, récemment restauré, dans le sud de l’Utah. Ceci est particulièrement préoccupant puisque le rapport PEER a révélé que les parcelles de pâturage les plus malsaines se trouvent souvent dans les déserts froids à l’ombre pluviométrique des chaînes de montagnes caractérisées par un manque d’humidité et des variations de température extrêmes. C’est une description parfaite du paysage fragile du monument national Bear’s Ears.

Voler l’eau de la végétation indigène, des poissons et de la faune

Le forage de nouveaux puits pour les réservoirs de bétail modifie considérablement l’hydrologie et est contraire à l’amélioration de la santé des terres. D’une part, ces puits provoquent souvent l’assèchement des sources naturelles, dont dépend la faune indigène, à mesure que la nappe phréatique s’abaisse. Lorsque cela se produit, les minuscules ruisseaux qu’ils alimentent disparaissent également et toute végétation – comme les peupliers et les zones humides qui tapissent et refroidissent le fond du canyon – mourra également.

La perturbation des sources naturelles vole l’eau qui, autrement, fournirait aux poissons, à la faune et à toute autre végétation en aval. En fin de compte, il y aura moins ou pas d’eau dans le monument national Bears Ears pour les grenouilles, les cerfs et tout ce qui nécessite de l’eau pour survivre – ce qui est à peu près tout.

Le BLM prétend – sans preuve scientifique – que le forage de puits d’eau pour le bétail améliore la santé de la terre en éloignant les vaches des zones riveraines. Mais un article publié a révélé que le forage de puits pour les réservoirs de bétail n’a pas réussi à soulager la pression sur les zones riveraines, ce qui est logique puisque les zones riveraines sont fraîches, ombragées et végétalisées, c’est pourquoi le bétail y va.

Bien que des décennies de recherche scientifique sur les parcours montrent que la meilleure façon d’améliorer la santé des zones riveraines est de réduire ou d’éliminer le bétail, le BLM n’a pas considéré cela comme une alternative. Au lieu de cela, la réalisatrice Tracy Stone-Manning propose que le pâturage du bétail détruise encore plus le monument national de Bears Ears.

Si cela ressemble à quelque chose que l’administration Trump aurait proposé, c’est parce que c’est le cas – d’autant plus que le sud-ouest connaît actuellement une méga-sécheresse de 20 ans qui a déjà gravement épuisé les réserves d’eau.

Ce que vous pouvez faire contre la parodie de Tracy

Le BLM recueille les commentaires du public sur la proposition d’arroser des puits pour les vaches dans le lotissement de pâturage Slinkhorn de 146 131 acres et le lotissement de pâturage Red House de 623 013 acres dans ou à proximité du monument national Bears Ears. Veuillez dire au BLM de réduire ou d’éliminer le pâturage dans ces deux parcelles au lieu de forer des puits d’eau pour le bétail qui accélèrent la destruction de ces écosystèmes désertiques fragiles et déjà stressés. Et MERCI pour votre aide indispensable !

Commenter:

Puits d’eau du lotissement Slickhorn

https://eplanning.blm.gov/eplanning-ui/project/2003814/510

Puits d’eau de pâturage Red House

https://eplanning.blm.gov/eplanning-ui/project/1505645/510

“Sélectionnez” Participer maintenant “sur le côté gauche pour soumettre des commentaires ou envoyer un courrier à: Bureau of Land Management, Attn: Jed Carling, PO Box 7, Monticello, UT 84535

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/15/tracys-travesty-new-boss-same-as-the-old-boss-at-blm/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire