Trente ans d’échec sur le climat : comment en est-on arrivé là ?

0
102

Cela fait plus de 50 ans que les scientifiques ont compris que les émissions de dioxyde de carbone et d'autres gaz à effet de serre provenant des activités humaines pourraient être à l'origine d'un réchauffement potentiellement catastrophique du climat mondial. Cela fait plus de 30 ans que cette question suscite une attention particulière et que les politiciens commencent à promettre de faire quelque chose.

En 1992, les dirigeants du monde se sont réunis à Rio de Janeiro, au Brésil, pour la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement, plus communément connue sous le nom de Sommet de la Terre à Rio. C’est là que fut signé le premier grand accord mondial sur le climat, la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

Dans un discours prononcé lors du sommet, le président américain George HW Bush s'est vanté d'être « venu à Rio avec un plan d'action sur le changement climatique ». Il met l'accent sur l'efficacité énergétique, la qualité de l'air et la reforestation. [and] nouvelle technologie”. Il a appelé les dirigeants des autres pays industrialisés à « démarrer rapidement le processus ». [Framework] Mise en œuvre de la Convention… Ensemble, traduisons les paroles prononcées ici en actions concrètes pour protéger la planète ».

La star de la conférence, cependant, n’était pas Bush ni aucun des nombreux autres dirigeants et célébrités mondiaux présents. Il s'agissait d'une jeune Canadienne de 12 ans du nom de Severn Cullis-Suzuki, la fille du scientifique et militant environnemental David Suzuki. Cullis-Suzuki, avec sa sœur de 9 ans et quelques amis, avait formé un groupe appelé Environmental Children's Organization et lancé une collecte de fonds pour financer leur voyage à Rio.

Cullis-Suzuki a prononcé ce qui allait être connu comme « le discours qui a fait taire le monde ». « Je suis ici pour parler au nom de toutes les générations à venir », a-t-elle déclaré. « Je suis ici pour parler au nom des innombrables animaux qui meurent sur cette planète, parce qu’ils n’ont plus nulle part où aller. J'ai peur de sortir au soleil maintenant, à cause des trous dans notre couche d'ozone. J'ai peur de respirer l'air, car je ne sais pas quels produits chimiques il contient.

“Tout cela se passe sous nos yeux et pourtant nous agissons comme si nous avions tout le temps que nous voulons et toutes les solutions… [But] vous ne savez pas comment faire remonter le saumon dans un ruisseau mort. Vous ne savez pas comment faire revivre un animal aujourd'hui disparu. Et on ne peut pas ramener les forêts qui poussaient autrefois là où se trouve aujourd'hui un désert. Si vous ne savez pas comment le réparer, arrêtez de le casser.

Au lendemain du sommet, Cullis-Suzuki a été fêtée et a parcouru le monde en tant que militante environnementale. On aurait pu penser, pendant un temps, que son appel avait atteint son objectif : que même si les défis posés par la destruction de l’environnement et le changement climatique étaient immenses, les dirigeants du monde orientaient au moins les choses dans la bonne direction.

Nous savons aujourd'hui que ce n'était pas le cas. Tous les discours de Bush et d’autres dirigeants mondiaux sur « des actions concrètes pour protéger la planète » n’étaient que de la poudre aux yeux. Dans les coulisses, loin des caméras et de l'exposition inconfortable aux craintes des enfants concernant l'avenir, le « statu quo » de la machine de mort capitaliste a continué sans relâche. Elle s’est poursuivie jusqu’au sommet sur le climat de Kyoto en 1997, à Copenhague en 2009, à Paris en 2015 et à Glasgow en 2021. Elle s’est poursuivie malgré le flot incessant de paroles et d’actions promises, et malgré les proclamations périodiques des politiciens et des médias selon lesquelles telle ou telle avancée avait été fait.

Aujourd'hui, Cullis-Suzuki a la quarantaine et, à tous points de vue, la situation du climat et de l'environnement mondial est bien pire qu'elle ne l'était lorsque, à l'âge de 12 ans, elle prononçait son discours à Rio.

En 1992, les émissions mondiales de CO2 s'élevaient à 22,6 milliards de tonnes. En 2022, ils étaient passés à 37,2 milliards de tonnes, soit une augmentation de 65 pour cent. Les systèmes qui soutiennent la vie sur Terre – les écosystèmes et les processus naturels dont dépend la survie de la société humaine – sont partout en état de crise, voire d'effondrement pur et simple. Les taux d’extinction s’accélèrent encore par rapport aux niveaux déjà records, avec jusqu’à un million d’espèces susceptibles de disparaître dans les décennies à venir.

L'atmosphère mondiale et ses océans, lacs et rivières sont pollués par des quantités toujours croissantes de produits chimiques toxiques, de plastiques et d'autres détritus de la société humaine, avec des conséquences dévastatrices sur l'environnement et la santé humaine.

Au cours des deux dernières années, nous avons assisté à une accumulation de signes indiquant que la crise climatique pourrait s’accélérer au-delà de ce que prédisaient les modèles déjà inquiétants des scientifiques. Cette année devrait être de loin la plus chaude jamais enregistrée au monde. La température moyenne mondiale pour 2023 se situe actuellement à 1,46 degré Celsius au-dessus des niveaux préindustriels, à peine en dessous de la « limite de sécurité » de 1,5 degré établie comme objectif mondial lors du sommet de Paris en 2015.

Un article récent de James Hanson – célèbre, entre autres, pour avoir été l’un des premiers à tirer la sonnette d’alarme sur le réchauffement climatique lors de son témoignage devant le Sénat américain en 1988 – affirme que les scientifiques ont sous-estimé la vitesse à laquelle la planète se réchauffe. L'article, publié dans Oxford Open Climate Change, révèle que la Terre dépassera probablement 1,5 degré de réchauffement d'ici 2030 et atteindra 2 degrés avant 2050. Il s'agit d'un niveau de réchauffement qui, selon les scientifiques, risque de déclencher des boucles de rétroaction telles que la libération de grandes quantités de méthane provenant du pergélisol arctique qui pourraient nous propulser dans un scénario de « serre terrestre » de réchauffement incontrôlé qui pourrait menacer la viabilité de la civilisation humaine dans son ensemble.

Dans une société rationnelle, ces évolutions auraient été accueillies par ceux au pouvoir avec une inquiétude croissante et une reconnaissance de la nécessité d’un changement rapide. Cependant, nous ne vivons pas dans une société rationnelle. Nous vivons dans un système capitaliste qui, de jour en jour, sombre davantage dans un état d’irrationalité et de barbarie à tous les niveaux.

Malgré l’ampleur croissante des destructions, la réponse des dirigeants politiques et économiques mondiaux reste plus ou moins la même que dans les années 1990. Lorsque le besoin s’en fait sentir – comme lors du dernier débat mondial sur le climat – ils proclament leur enthousiasme pour une transition verte dans laquelle, tout comme le plan américain dont George HW Bush s’est vanté à Rio, des choses comme « l’efficacité énergétique, l'air, le reboisement, [and] la nouvelle technologie » résoudra tout comme par magie dans un avenir proche.

Au contraire, il y a eu une régression sur ce front. Il est difficile d'imaginer que le Sommet de la Terre de Rio ait été organisé par le chef d'une grande compagnie pétrolière mondiale. Pourtant, c'est exactement ce que nous avons vu lors du dernier sommet de la Conférence des parties de l'ONU, la COP28, qui s'est tenu début décembre dans l'État pétro-étatique du golfe Persique, aux Émirats arabes unis, et a été accueilli par le sultan Al Jaber, président de l'Abu Compagnie pétrolière nationale de Dhabi (ADNOC).

Comme on pouvait s’y attendre, Al Jaber a profité du sommet pour s’opposer à l’élimination progressive des combustibles fossiles, affirmant que cela « ramènerait le monde dans des grottes ». ADNOC a produit 2,7 millions de barils de pétrole par jour en 2021 et prévoit de doubler ce chiffre d’ici 2027.

Comment cela a-t-il pu permettre que cela se produise ? Comment se fait-il que le « discours qui a fait taire le monde » de Severn Cullis-Suzuki en 1992 puisse aujourd'hui être utilisé dans les programmes scolaires et lors de retraites d'entreprise comme exemple de « communication convaincante » alors que, si l'on s'en tient à ce qui s'est passé depuis, il n'a convaincu aucun des des dirigeants politiques ou économiques présents dans la salle ce jour-là ?

Les gens parlent de Cullis-Suzuki comme de la version des années 1990 de Greta Thunberg. C'est une bonne comparaison. Tous deux étaient des enfants qui ont très bien lancé des appels très chargés et émotionnels, mais aussi tout à fait rationnels, aux dirigeants du monde pour qu’ils apportent le changement dont nous avons besoin pour éviter une catastrophe climatique et une dégradation environnementale catastrophiques. Tous deux ont été, au début du moins dans le cas de Thunberg, largement célébrés et sont devenus célèbres dans le monde entier comme « la voix de leur génération ». Et les deux ont été, si l’on regarde l’ensemble de l’histoire, entièrement ignorés.

Les mouvements pour le climat et l’environnement eux-mêmes partagent une part de responsabilité dans cette situation. Un excès de crédulité et de confiance envers ceux qui sont au pouvoir constitue sans doute la plus grande faiblesse. Les gens ont été bien trop disposés à croire des dirigeants comme Bush, ou aujourd’hui comme notre propre Premier ministre Anthony Albanese, lorsqu’ils déclarent leur engagement en faveur d’une transition verte qui est toujours, d’une manière ou d’une autre, à portée de main.

Les participants à ces mouvements, en particulier au niveau des dirigeants, ont été beaucoup trop enclins à considérer les hommes politiques comme des acteurs de bonne foi prenant des décisions fondées sur ce qui, à leur avis, est dans l’intérêt public. Vu sous cet angle, il peut sembler que le problème demeure un problème d'ignorance : ils ne comprennent tout simplement pas la science et donc le véritable coût de leur inaction. Cela aurait pu être vrai pour certains dans les années 1990, mais cela n’a aucun sens aujourd’hui. La science du changement climatique est claire et les politiciens ne manquent pas de personnes intelligentes pour la leur expliquer.

Une autre chose qui, au cours des dernières décennies, a entravé les mouvements pour le climat et l’environnement est ce que l’activiste et écrivain indien Arundhati Roy a appelé « la ONG-isation de la résistance ». Dans les années 1990 déjà, il existait un nombre important d’organisations environnementales mondiales bien financées, dont les dirigeants avaient facilement accès aux couloirs du pouvoir. Au cours des décennies suivantes, ce secteur a continué de croître et est représenté en Australie par des organisations comme l'Australian Conservation Foundation.

Les budgets de plusieurs millions de dollars de ces organisations – utilisés pour financer, selon les mots de Roy, une sorte de « résistance » qui est « bien élevée, raisonnable, [and] salarié… avec quelques avantages en plus » – dépend des contributions de riches donateurs. Cette dépendance représente à la fois un frein au radicalisme et une incitation à revendiquer régulièrement des « victoires » censées démontrer l'efficacité de l'organisation.

Leur existence est liée à l'idée qu'il n'est pas nécessaire de remodeler radicalement l'économie et la société et que le changement peut venir via les « canaux appropriés » du lobbying et des discussions polies. Cela, il suffit de le dire, les rend très utiles aux politiciens comme Albanese qui souhaitent obtenir l’approbation verte pour leur dernier non-plan climatique « ambitieux ».

Si nous voulons avoir le moindre espoir d’arrêter la dérive mondiale vers un effondrement total du climat et de l’environnement, nous devons dissiper toutes les illusions sur ce qui se passe. Quand on revient aux fondamentaux, tout devient très clair. Les profits immenses et sans cesse croissants générés par la classe capitaliste mondiale grâce à l'exploitation des ressources humaines et naturelles de la planète seraient menacés par tout effort sérieux visant à transformer la société dans l'intérêt de la durabilité et d'un climat sûr. Les gens qui dirigent le monde – à la fois les capitaines d’industrie eux-mêmes et les hommes politiques qui les servent – ​​sont donc déterminés à préserver le statu quo aussi longtemps que possible.

Ces gens sont des psychopathes. Ils pourraient très bien acquiescer aux appels émotionnels des enfants à préserver la planète pour les générations futures. Mais leur vision de l’avenir est celle dans laquelle des dizaines, voire des centaines de millions d’enfants souffriront et mourront au nom du pouvoir et du profit capitalistes. Si les 30 dernières années d’échec en matière climatique ont montré quelque chose, c’est qu’aucun lobbying, aucun argument rationnel ou discussion polie ne parviendra à les convaincre de changer de cap. Nous devons construire un mouvement si puissant et si perturbateur pour le fonctionnement du système capitaliste qu’il force nos dirigeants à agir ou les force à s’écarter.

Source: https://redflag.org.au/article/thirty-years-failure-climate-how-did-it-come

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire