Trois ans plus tard, toujours pas de justice pour les victimes du « massacre » soudanais | Nouvelles

0
60

Au petit matin du 3 juin 2019, Amira Kabous a appelé son fils Mohamad Hisham après que les services de sécurité soudanais aient violemment dispersé un sit-in de protestation dans la capitale, Khartoum. Incapable de le joindre, Kabous pensait que Hisham aidait ses amis blessés ou qu’il avait perdu son téléphone dans la bousculade.

Elle a appris quelques heures plus tard qu’il était l’une des 120 personnes au moins tuées dans ce qui a été décrit comme un “massacre”.

“Ma famille a repéré son corps sur une photo sur Facebook”, a déclaré Kabous, vice-président de l’Organisation des familles des martyrs, à Al Jazeera. “Mon [husband] puis est allé à l’hôpital et après une heure, il a appelé pour me dire qu’il avait trouvé Mohamad.

Trois ans après ce jour déchirant, les familles des victimes et les survivants sont toujours en quête de justice.

En décembre 2019, le gouvernement civilo-militaire de l’époque a chargé un comité de publier un rapport d’enquête sur les meurtres et de porter plainte contre les personnes présumées responsables.

Mais le coup d’État militaire du 25 octobre qui a renversé l’administration civile et fait dérailler la brève transition du pays vers la démocratie, a détruit le peu de confiance que les groupes de la société civile avaient dans l’enquête nationale.

Beaucoup accusent maintenant les chefs militaires soudanais d’obstruction à la justice, tout en renouvelant les appels à une enquête internationale.

Des preuves perdues ?

Comme la plupart des gens au Soudan, Kabous pense que les forces gouvernementales ont orchestré la violente dispersion du sit-in qui a tué son fils.

De nombreux témoignages et preuves de source ouverte indiquent une attaque bien coordonnée par la police, l’armée et les Forces de soutien rapide (RSF), un groupe paramilitaire issu des milices tribales soutenues par l’État qui ont tué des milliers de personnes dans la province occidentale du Darfour.

Un mois après l’assassinat des manifestants à Khartoum, l’ancien porte-parole militaire Shams al-Din Kabashi a reconnu que l’armée avait ordonné la dispersion et que « certaines erreurs avaient été commises ».

Mais le nouveau porte-parole militaire, Nabil Abdullah, a refusé de répondre lorsqu’il a été interrogé par Al Jazeera sur les allégations selon lesquelles l’armée était responsable. Cependant, il a dit que l’armée coopérait avec l’enquête nationale et attendait les résultats.

“Nous avons coopéré avec le comité, qui a mené une enquête approfondie auprès de tous les membres de l’armée, y compris les chefs des forces armées”, a déclaré Abdullah.

Nabil Adib, qui dirige la commission chargée d’enquêter sur les événements du 3 juin, a expliqué que l’enquête n’a pas pu avancer car Abdalla Hamdok, qui a démissionné de son poste de Premier ministre en janvier, n’a pas été remplacé.

Adib a ajouté qu’un certain nombre de corps non identifiés devaient encore être examinés par des experts médico-légaux étrangers qualifiés, mais que son mandat stipule que seul le Premier ministre – et non aucune autre autorité – peut approuver les demandes logistiques.

“L’examen médico-légal des corps non identifiés est très essentiel à notre enquête, car nous devons connaître le nombre de ceux qui ont été tués [in the sit-in] et ceux qui ont été blessés », a déclaré Adib à Al Jazeera. “Cela fait partie de notre mandat de parvenir à cette conclusion … et cela peut changer la nature de l’infraction commise.”

Même avant le coup d’État, une équipe de médecins légistes argentins s’est vu refuser l’accès aux morgues de Khartoum en juillet 2021, affirment des militants et des groupes de défense des droits.

Yahya Abdelaziem Hussein, qui a fondé un groupe de la société civile qui vise à découvrir le sort des personnes portées disparues à la suite du meurtre des manifestants le 3 juin, a déclaré que des experts médico-légaux soudanais avaient précédemment accusé les autorités de falsifier les autopsies.

Hussein a souligné que ce n’est qu’en examinant les corps dans les morgues que les familles des disparus pourront trouver la fermeture.

Cependant, il a averti que des preuves vitales pourraient être perdues par un nouveau comité gouvernemental chargé d’enterrer rapidement les morts pour réduire la surpopulation dans les morgues.

“Nous, le comité des disparus, pensons que l’objectif de la nouvelle [government] comité … est d’enterrer les preuves de la dispersion du sit-in et d’autres crimes », a déclaré Hussein.

Options à l’étranger

Les familles des victimes, les survivants et le mouvement pro-démocratique tentaculaire du pays ont tous appelé la Cour pénale internationale (CPI) à ouvrir une enquête sur la mort des manifestants du sit-in.

Mais Emma DiNapoli, une offre légale pour l’association londonienne Redress, qui plaide pour la fin de la torture dans le monde, a déclaré qu’il est peu probable que la CPI se saisisse de l’affaire puisque le Soudan n’a pas ratifié le Statut de Rome, qui est nécessaire pour donner la compétence territoriale des tribunaux.

DiNapoli a ajouté que la seule façon de contourner cet obstacle est que le Conseil de sécurité de l’ONU accepte à l’unanimité de renvoyer une affaire devant le tribunal, comme cela a été fait lors du conflit dans la province occidentale du Darfour au Soudan en 2005.

“Les renvois au Conseil de sécurité sont de plus en plus rares et c’est principalement en raison des réalités géopolitiques au sein du conseil, ce qui est bien sûr frustrant”, a déclaré DiNapoli à Al Jazeera. “Mais en dehors de la CPI… l’ONU a mis en place d’autres mécanismes de responsabilisation.”

Certains de ces mécanismes nécessitent l’autorisation du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.

Pourtant, DiNapoli prévient que les délégués de l’ONU sont généralement réticents à ouvrir un mécanisme d’enquête qui nécessite beaucoup d’argent, de personnel et de temps. De plus, un tel mécanisme n’aurait le pouvoir que de conserver et de partager des preuves, et non de poursuivre des suspects.

Pour Kabous et les familles qu’elle représente, cette option peut au moins garder vivant l’espoir de justice.

« Nous voulons d’abord [military] d’admettre ce qu’ils ont fait et de s’excuser », a-t-elle déclaré. «Et puis, nous voudrions voir la condamnation. Tout cela doit d’abord se produire avant de pouvoir parler d’indemnisation, et si nous sommes prêts à leur pardonner.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/3/khartoum-massacre-victims-look-for-justice-abroads

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire