Trois mois de rébellion en Iran

0
71

Après trois mois de protestations, les socialistes iraniens Bella Beiraghi célèbre la résilience de la rébellion et décrit les débats sur la façon dont elle peut gagner.

Manifestants aux funérailles de Mahsa Amini au Kurdistan – photographe inconnu via Twitter

Cet article est paru pour la première fois dans Red Flag (Australie).

Le procureur général iranien, Mohammad Jafar Montazeri, a récemment été cité dans les médias locaux, remarquant que la police de la moralité du pays avait été ‘fermer’. Les commentaires de Montazeri sont intervenus alors que les manifestations à l’échelle nationale entamaient leur troisième mois, déclenchées par le meurtre par la police de la femme kurde de 22 ans Mahsa Amini en septembre.

La classe dirigeante iranienne est actuellement confrontée à la lutte la plus répandue et sans doute la plus profonde depuis la révolution de 1979, qui a renversé Mohammad Reza Pahlavi et aboli la monarchie. Mais force est de constater que le gouvernement n’a pas l’intention de dissoudre la police des mœurs. Le régime a réprimé de plein fouet les grèves et les manifestations à l’échelle nationale. Selon un Agence de presse des militants des droits de l’homme rapport, au moins 448 manifestants ont été tués et plus de 18 170 arrêtés depuis la mi-septembre.

Dans le contexte de la rébellion nationale en cours et provocante, certains membres de l’establishment iranien ont fait des gestes indiquant que le régime pourrait être prêt à concéder certaines des demandes des manifestants.

L’ancien officier militaire et actuel ministre du Tourisme Ezzatollah Zarghami a prononcé un discours à l’Université Sharif dans lequel il a suggéré la nécessité de réformes. radio uniforme quoted Zarghami a déclaré : « Aujourd’hui, nos jeunes filles et nos étudiantes marchent dans la rue sans foulard. Et alors? L’absence de hijab a-t-elle détruit la révolution et le système ? Des remarques similaires ont été faites par d’autres, comme le président du parlement Mohammad Baqer Qalibaf.

Mais ces commentaires désinvoltes et conciliants d’individus restent à contre-courant de la réalité quotidienne. Les manifestations font face à une violente répression, qui s’est intensifiée au cours du dernier mois. Le régime traîne les manifestants devant les tribunaux militaires dans ce qui est essentiellement des procès-spectacles. Mohsen Shekari a été exécuté ce mois-ci après avoir été condamné pour moharebeh (“faire la guerre contre Dieu”).

Les voix émanant de l’establishment militaire iranien révèlent la réalité de l’attitude du régime envers la rébellion. Un haut commandant des Gardiens de la révolution, Ali Fadavi, a accusé les manifestants d’être des “faire-valoir de la CIA” dans un récent article publié par un média d’État Fars Nouvelles. D’autres responsables des gardiens de la révolution ont fait écho à cette ligne.

Les milliers d’arrestations, les centaines de morts et les innombrables actes de torture indiquent clairement que la République islamique n’est pas intéressée à se réconcilier avec les manifestants, ni à concéder aucune des principales revendications du mouvement.

Les manifestations se sont installées dans un schéma cyclique de petites actions quotidiennes localisées entrecoupées de mobilisations nationales. Souvent convoquées par des comités de quartier, des groupes d’étudiants et certains syndicats de travailleurs, ces journées nationales d’action fédèrent diverses grèves roulantes et manifestations locales.

À la mi-novembre, trois jours de manifestations ont balayé au moins 62 villes, marquant l’anniversaire du soulèvement de 2019 et honorer ceux qui ont été tués dans ce qui est devenu connu sous le nom de “Bloody November”. Des barricades enflammées ont été érigées à travers Téhéran, accompagnées des chants de « Vengez nos martyrs ! et “Mort à la République islamique !” Quatre mille métallos ont fait grève à Ispahan, déclenchant une nouvelle vague de grèves continues dans les industries pétrolière, sidérurgique et manufacturière du sud du pays.

Les grèves et les manifestations se sont poursuivies à plus petite échelle jusqu’au 5 décembre, date à laquelle une autre mobilisation nationale de trois jours a commencé. Journée étudiante, commémorant le meurtre de trois étudiants universitaires en 1953 par la police iranienne, des manifestations ont eu lieu dans plus de 80 villes. Des milliers de personnes ont défilé dans la capitale, Téhéran, jusqu’à la place Azadi (liberté) en scandant « Révolution ! », tandis que des étudiants de plus de 100 universités ont organisé des manifestations et des sit-in sur les campus. Le Comité de coordination des enseignants, le Conseil pour l’organisation des protestations des travailleurs contractuels du pétrole (COPOCW), le Syndicat des camionneurs et chauffeurs et le Syndicat Haft Tappeh ont publié des déclarations appelant à la grève.

La COPOCW a exhorté les travailleurs qui n’étaient pas encore en grève à rejoindre le mouvement, expliquant: « Ceci est une protestation pour nous tous qui sommes écrasés par la pauvreté… pour nous, il n’y a pas d’autre moyen que la lutte unie pour défendre nos vies. Nous avons tous le même slogan : les femmes, la vie, la liberté ».

La lutte est majoritairement menée par les jeunes et concentrée sur les campus universitaires. Les grèves de solidarité ouvrière sont généralement limitées aux secteurs les plus militants et organisés. Mais depuis novembre, deux développements importants ont émergé de la lutte : les débats politiques et stratégiques qui ont lieu dans les comités de quartier, et l’expansion des revendications économiques et politiques soulevées par les travailleurs en grève.

En tant qu’organismes organisateurs interclasses, les comités de quartier sont politiquement hétérogènes. Apparaissant dans tout le pays fin septembre, ces comités organisent et coordonnent des manifestations quotidiennes. La politique de chaque comité est influencée par une série de facteurs locaux, mais tous sont d’accord sur un point : la République islamique doit disparaître.

Mais il y a un débat sur la manière exacte d’y parvenir. La Jeunesse des Quartiers de Téhéran (YOTN) affirment que le régime sera renversé par la bravoure du peuple iranien qui manifeste dans la rue. Leur message central est que seules l’unité et la persévérance entre les classes peuvent y parvenir. YOTN dit qu’après le renversement du gouvernement, leur objectif est de convoquer un référendum et de se soumettre à la volonté du peuple. L’absence de toute mention de la classe ouvrière, ainsi que la rhétorique antipolitique et libérale, contraste fortement avec les arguments avancés par d’autres comités de quartier.

Le Jeunesse révolutionnaire des quartiers de Sanandaj (RYSN), situés au Kurdistan, se sont imposés comme une force de l’aile anticapitaliste du mouvement. RYSN soutient que la lutte pour renverser la théocratie capitaliste en Iran dépend de la capacité du mouvement à développer une direction politique claire et de la nécessité pour la classe ouvrière de venir au premier plan. Dans une récente déclarationRYSN a expliqué :

« Nous assistons à des grèves dans le sud, dans des secteurs clés comme le pétrole et la pétrochimie… Nous espérons que d’autres sections de la classe ouvrière… rejoindront le mouvement révolutionnaire. L’adhésion au mouvement ouvrier contient la promesse d’avance et de victoire.

D’autres comités, comme le Jeunesse révolutionnaire de Marivan et le Voix des femmes baloutchesont exprimé des arguments similaires sur la centralité de la classe ouvrière dans la lutte pour renverser la République islamique.

Les débats dans ces comités de quartier reflètent l’approfondissement de la lutte en Iran. Mais comme le soutient à juste titre le RYSN, toute avancée sérieuse du mouvement dépend de la classe ouvrière menant la lutte contre la République islamique.

Il y a des signes que les travailleurs commencent à se diriger lentement vers une intervention plus sérieuse dans la lutte. Depuis fin novembre, des sections de travailleurs ont non seulement continué à faire grève en solidarité avec les protestations, mais ont introduit des revendications politiques et économiques supplémentaires. Le Syndicat des Camionneurs et Chauffeurs est en grève dans toutes les villes depuis le 26 novembre, appelant à la fin des politiques gouvernementales sur les prix du carburant.

Travailleurs contractuels du secteur pétrolier à Mahshahr, Khouzistan, s’est mis en grève le matin du 4 décembre pour réclamer une augmentation des salaires et la suppression des contrats de travail. Autres travailleurs dans les secteurs de l’acier, de l’automobile, de la fabrication et du fer sont en grève pour une série de revendications, notamment des augmentations de salaire, une assurance maladie, des journées de travail plus courtes et des conditions de travail plus sûres.

Il y a un énorme mécontentement face aux diverses crises qui s’aggravent du capitalisme iranien et une détermination à se battre. Mais de larges pans des travailleurs en Iran restent désorganisés. L’établissement de syndicats indépendants dans chaque industrie demeure une tâche clé pour le mouvement ouvrier. Les travailleurs les plus avancés – ceux de l’enseignement, de l’industrie pétrolière, sidérurgique et sucrière – ont développé une conscience et une confiance de classe au cours de décennies de lutte pour le droit de s’organiser.

Les travailleurs de la canne à sucre du syndicat Haft Tappeh affirment que la voie à suivre dépend de la capacité des travailleurs à s’organiser. Dans une récente déclaration, «Nos progrès dépendent de l’organisation», expliquent-ils :

« Sans organisation, les travailleurs ne peuvent résister à l’attaque de nos ennemis de classe. Les revendications des travailleurs sont les revendications de la majorité des gens… Nous ne pouvons gagner que si nous nous organisons !

La rébellion nationale a suscité des réactions de la part des gouvernements du monde entier. A la mi-novembre, le L’Union européenne impose des sanctions supplémentaires à l’Iran. Les avoirs ont été gelés et des interdictions de voyager ont été imposées à 29 personnes et trois entités, dont les plus hautes forces de sécurité et les responsables menant la répression des manifestations à travers le pays. Les États-Unis ont emboîté le pas, récemment annonçant des sanctions contre trois responsables de la sécurité.

Ministre luxembourgeois des Affaires étrangères Jean Asselborn a été cité par Al Jazeera préconisant des sanctions, en disant : « Le régime a peut-être fonctionné au cours des 40 dernières années, mais il ne fonctionne pas maintenant. Et c’est pourquoi l’Union européenne doit faire ce premier pas ». L’establishment libéral a également salué les sanctions comme un outil pour faire pression sur la République islamique.

Mais il est peu probable que de nouvelles sanctions fassent quoi que ce soit pour arrêter la contre-offensive sanglante du régime contre la rébellion. Jusqu’à présent, les sanctions ont simplement rendu la vie plus misérable pour les travailleurs du pays, pas pour l’establishment. Jean Asselborn reconnaît même que l’État a continué à régner malgré de nombreuses sanctions au cours des 40 dernières années.

En 2018, les États-Unis ont réimposé des sanctions économiques au pays, mais le régime a continué à étendre son appareil militaire et ses interventions impérialistes à travers le Moyen-Orient. La classe ouvrière iranienne a été obligée de porter le fardeau de ces sanctions écrasantes, tandis que l’élite du pays aurait bénéficié d’un ‘boom des millionnaires”, selon un rapport de 2020 dans Forbes magazine.

Les États occidentaux utilisent souvent des exemples héroïques de lutte d’en bas comme une occasion de se faire remarquer au sujet d’un Occident supposé libre et démocratique. Le président américain Joe Biden a récemment proclamé que « partout dans le monde, les femmes sont persécutées » et a exigé que l’Iran « mette fin à la violence contre ses propres citoyens en exerçant simplement leurs droits fondamentaux ». Pourtant, la plus grande attaque contre les droits des femmes dans l’histoire récente des États-Unis s’est produite il y a à peine six mois avec le renversement de Roe contre Wade par la Cour suprême.

Souligner l’hypocrisie des classes dirigeantes en Occident n’est pas diminuer ou détourner les crimes du régime iranien, qui reste la plus grande menace et l’ennemi de la classe ouvrière iranienne. Mais faire appel aux gouvernements occidentaux pour aider le mouvement est une stratégie sans issue.

L’espoir pour le mouvement en Iran repose uniquement sur la classe ouvrière iranienne menant une lutte pour abattre la République islamique. Comme l’ont écrit les travailleurs de la canne à sucre de Haft Tappeh dans un déclaration récente sur Telegram: « Les revendications et les intérêts des travailleurs qui constituent la majorité de la société ne peuvent être assurés par aucune force, aucun héros, sauf nous ».



La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire