Trump Crony a échangé son influence contre de l’argent d’investissement des Émirats arabes unis – Mother Jones

0
90

Thomas Baraque en 2018.Javier Rojas/Presse internationale via Zuma

Les faits comptent : Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones Quotidien bulletin. Soutenez nos rapports à but non lucratif. Abonnez-vous à notre magazine imprimé.

Lorsque le ministère de la Justice L’année dernière, ils ont accusé Tom Barrack, un ami et conseiller de l’ancien président Donald Trump, d’avoir comploté pour “faire avancer et promouvoir illégalement les intérêts des Émirats arabes unis”, ils n’ont pas expliqué pourquoi ils pensaient que Barrack avait secrètement fait pression pour les Émirats arabes unis. Mais mardi, dans un soi-disant acte d’accusation de remplacement de Barrack, les procureurs fédéraux ont ajouté un motif. Et ce n’est pas un choc.

En 2017, un fonds de capital-investissement géré par Barrack, alors appelé Colony Capital, “a levé environ 374 millions de dollars en engagements de capitaux auprès de fonds souverains des Émirats arabes unis”, indique l’acte d’accusation. Ces investissements, notent les procureurs, ont suivi sept années (2009 à 2016) au cours desquelles la société de gestion de placements “n’a levé aucun nouveau capital auprès des fonds souverains des Émirats arabes unis”.

Le nouveau dossier cite des e-mails qu’un ancien employé de Barrack, Matthew Grimes, également inculpé dans l’affaire, a envoyés en décembre 2016 lors de la création du fonds. Grimes a écrit que ce «fonds des Émirats arabes unis» visait à «obtenir des rendements financiers démesurés», mais avait également un «mandat secondaire pour acquérir une crédibilité politique pour ses contributions aux politiques du» président élu Trump. « Nous le ferons en recherchant des investissements, des financements, des améliorations opérationnelles et en récoltant des actifs dans… les industries qui bénéficieront le plus d’une [Trump] Présidence », a écrit Grimes.

Il y a ici un parallèle évident avec Jared Kushner, le gendre de Trump et un conseiller clé. Le New York Times a révélé le mois dernier que la nouvelle société de capital-investissement de Kushner, Affinity Partners, avait décroché un investissement de 2 milliards de dollars d’un fonds contrôlé par Mohammed bin Salman, ou MBS, le dirigeant de facto de l’Arabie saoudite, proche allié des Émirats arabes unis. Kushner a obtenu cet investissement massif malgré de mauvais antécédents en matière d’investissement de l’argent des autres. Le Fois les conseillers notés du fonds saoudien avaient soulevé des signaux d’alarme concernant l’investissement, y compris “l’inexpérience de la direction du fonds Affinity”.

Mais une expérience importante de Kushner a été son rôle clé dans la défense de MBS à la Maison Blanche de Trump après que les agences de renseignement américaines ont conclu que le prince héritier avait personnellement approuvé le meurtre et le démembrement en 2018 du journaliste Jamal Khashoggi.

Comme l’a écrit mon collègue David Corn, il est “difficile de ne pas considérer l’investissement de 2 milliards de dollars comme une récompense pour les services passés rendus ou comme un pot-de-vin préventif si Trump parvient à regagner la Maison Blanche”.

Les procureurs ont allégué que Barrack, qui a conseillé la campagne Trump en 2016 et présidé le comité inaugural de Trump, a maintenu des communications par voie de communication avec les dirigeants des Émirats arabes unis pendant la campagne et la présidence de Trump, et a travaillé pour promouvoir l’agenda des Émirats arabes unis à Washington, DC.

Les procureurs ont détaillé une série de mesures que Barrack aurait prises pour aider les Emirats. En 2017, il a également sollicité en vain une nomination à un poste de haut niveau dans l’administration Trump, y compris un poste d’envoyé spécial au Moyen-Orient. Dans un message texte du 12 avril 2017 à un agent présumé des Émirats arabes unis, Barrack a écrit que sa nomination « donnerait à Abu Dhabi », la capitale émiratie, « plus de pouvoir ». Les procureurs ont accusé Barrack de neuf chefs d’accusation, notamment d’avoir enfreint une loi obligeant les agents étrangers à s’enregistrer auprès du procureur général, et d’avoir fait obstruction à la justice en mentant aux agents fédéraux qui l’ont interrogé sur ses activités.

Barrack a plaidé non coupable de toutes les accusations. Il a cherché à faire rejeter l’affaire dans une requête de janvier faisant valoir que le gouvernement n’avait pas démontré qu’il avait accepté de travailler pour les Émirats arabes unis. La requête note également que les procureurs semblaient avoir en grande partie terminé leur enquête en 2019. L’attente de deux ans avant d’inculper Barrack, ont écrit ses avocats, suggère que le « gouvernement a intentionnellement retardé l’introduction de cette affaire pour des raisons politiques ou un avantage tactique ».

La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire