Un Algérien détenu à Gitmo depuis 20 ans rentre enfin chez lui – Mother Jones

0
49

Le soleil se couche derrière le centre de détention fermé Camp X-Ray, le 17 avril 2019, à la base navale de Guantanamo Bay, à Cuba. L’administration Biden a tranquillement jeté les bases pour libérer les prisonniers du centre de détention de Guantanamo Bay et au moins se rapprocher de la possibilité de le fermer. Alex Brandon/AP Photo

Les faits comptent : inscrivez-vous à la newsletter gratuite Mother Jones Daily. Soutenez nos rapports à but non lucratif. Abonnez-vous à notre magazine imprimé.

Près de 20 ans après que Sufyian Barhoumi a été détenu pour la première fois à la prison militaire de Guantánamo Bay, plus de 14 ans après que le gouvernement américain a abandonné toutes les charges de terrorisme contre lui et six ans après avoir été autorisé à être libéré, le citoyen algérien rentre enfin chez lui. L’administration Biden a annoncé samedi que Barhoumi était renvoyé en Algérie, dans le cadre de son engagement à fermer la prison où des centaines de détenus sont détenus depuis des années sans inculpation pénale ni procès. Il est le troisième détenu de Guantanamo à être réinstallé par l’administration.

“Notre gouvernement doit à Sufyian et à sa mère des années de leur vie”, a déclaré son avocate, Shayana Kadidal, avocate principale au Center for Constitutional Rights, dans un communiqué. “Je suis ravi qu’il soit à la maison avec sa famille, mais sa bonne humeur constante et son empathie pour la souffrance des autres dans l’environnement totalement déprimant de Guantánamo me manqueront beaucoup.”

Barhoumi a quitté l’Algérie dans les années 1990 pour de meilleures opportunités en Europe. Lorsque cela n’a pas fonctionné, il est allé en Tchétchénie dans l’espoir de rejoindre l’insurrection musulmane contre la Russie, et de là, il a déménagé dans des camps d’entraînement djihadistes en Afghanistan, où il a perdu quelques doigts en travaillant sur des explosifs. Barhoumi a dit au le journal Wall Street qu’il s’est enfui au Pakistan après que les États-Unis ont envahi l’Afghanistan à la suite des attentats du 11 septembre. Des responsables pakistanais l’ont arrêté lors d’un raid sur une maison sécurisée en 2002 et l’ont remis à l’armée américaine. Le raid a également conduit à la capture d’un homme nommé Abu Zubaydah, que le gouvernement américain croyait à tort être un membre de haut niveau d’Al-Qaïda. La CIA a par la suite torturé Zubaydah, l’embarquant 83 fois, l’enfermant dans de petites boîtes et le soumettant à la nudité forcée et à la privation de sommeil – une épreuve qui l’a incité à fournir de fausses informations à ses interrogateurs affirmant que des dizaines d’autres hommes détenus par les États-Unis étaient impliqués dans le terrorisme. Barhoumi a déclaré qu’il n’était dans la maison sécurisée que depuis 10 jours au moment du raid et qu’il connaissait à peine Zubaydah.

Au début de la base militaire, l’administration George W. Bush a allégué que les captifs comme Barhoumi étaient des «combattants ennemis» dans la «guerre contre le terrorisme» et non couverts par la Convention de Genève et pouvaient donc être détenus indéfiniment à Guantánamo sans inculpation. L’administration s’est battue contre la tenue de procès militaires ou la poursuite de suspects de terrorisme devant les tribunaux américains en grande partie parce que l’utilisation de la torture sur les suspects entacherait de telles poursuites.

Les responsables américains ont d’abord soupçonné Barhoumi d’être un fabricant de bombes djihadiste, et il a été l’un des rares détenus à être inculpé par une commission militaire.. Mais toutes les charges retenues contre lui ont été abandonnées en 2008, ainsi que quatre autres hommes qui avaient été liés à Zubaydah. Néanmoins, il a continué à languir à Guantánamo Bay. En 2013, il a supplié le gouvernement de l’inculper de crimes de guerre – de n’importe quel crime de guerre – afin qu’il puisse plaider coupable et recevoir une peine spécifique plutôt que d’être emprisonné indéfiniment. Le gouvernement a refusé.

Prisonnier modèle, Barhoumi a appris l’anglais et a embrassé le football et la culture pop américaine (apparemment, son film préféré est L’amener sur, la comédie de cheerleading commençant par Kirsten Dunst, selon ses avocats). Il a déjà dit au le journal Wall Street que malgré ses longues années de détention indéfinie sans inculpation, il n’avait toujours «pas de cœur noir contre l’Amérique». L’administration Obama l’a autorisé à être transféré en Algérie en 2016. En préparation de son retour en Algérie, sa famille lui avait trouvé une épouse et l’installait pour diriger une pizzeria. Il avait hâte de revoir sa vieille mère. (Son père, un avocat que les Français avaient emprisonné pendant le mouvement indépendantiste algérien, est décédé alors que Barhoumi était détenu à la base navale.) Mais les formalités de transfert n’étaient pas tout à fait terminées avant que Donald Trump ne soit élu président. Après avoir prêté serment, Trump a immédiatement démantelé le bureau du département d’État chargé de négocier la réinstallation des détenus de Gitmo et a interrompu tous les transferts de détenus. La pizzeria a été mise en attente.

Maintenant, cependant, il rentrera chez lui à temps pour le mariage de son frère, selon ses avocats, et sa propre épouse l’attend toujours. “Hasta la vista!” a-t-il déclaré jeudi à ses avocats dans leur dernière communication.

Entre-temps, sur les 780 hommes initialement détenus à Guantanamo, 37 restent, et 25 d’entre eux n’ont toujours pas été inculpés d’un crime. 18 autres ont été autorisés à être transférés.

La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire