Un législateur américain cherche à envoyer des troupes américaines en Ukraine — RT World News

0
74

La résolution d’Adam Kinzinger permettrait au président Biden de déployer des forces américaines si la Russie utilise des armes de destruction massive

Le représentant Adam Kinzinger, un républicain de l’Illinois, a annoncé dimanche qu’il présenterait une résolution autorisant le recours à la force militaire si la Russie devait se déployer “armes chimiques, biologiques et/ou nucléaires” en Ukraine. Kinzinger a continuellement poussé à l’implication des États-Unis dans le conflit en cours et a précédemment soutenu des mesures qui, selon les critiques et le président Biden, conduiraient à une “troisième guerre mondiale”.

La résolution de Kinzinger autoriserait le président à utiliser l’armée américaine pour “aider à défendre et à restaurer l’intégrité territoriale de l’Ukraine”, en réponse à une utilisation hypothétique par la Russie d’armes chimiques, biologiques ou nucléaires sur le sol ukrainien.

La résolution donnerait au président le pouvoir exclusif de déterminer si une telle attaque de la Russie avait effectivement eu lieu, sans nécessiter aucune enquête internationale. En conséquence, cela pourrait inciter les forces ukrainiennes à organiser une telle attaque dans l’espoir d’entraîner les États-Unis dans le conflit, comme les commandants à Moscou ont accusé Kiev de planifier.

En tant qu’autorisation d’utilisation de la force militaire, ou AUMF, la résolution fonctionnerait comme l’AUMF post-11 septembre qui a été renouvelée chaque année depuis 2001. Cette autorisation a donné aux présidents américains l’autorisation légale d’attaquer plus d’une douzaine de pays depuis 11 septembre, y compris l’Afghanistan, l’Irak, la Syrie, la Somalie et le Yémen, sans déclaration de guerre officielle.




“Comme l’a dit le président des États-Unis, Poutine doit être arrêté” lire une déclaration du bureau de Kinzinger. “En conséquence, le commandant en chef de la plus grande armée du monde devrait avoir l’autorité et les moyens de prendre les mesures nécessaires pour le faire.”

Kinzinger, un républicain qui s’aligne sur les démocrates sur la plupart des questions, a déjà appelé publiquement à l’implication des États-Unis dans le conflit. Moins d’un jour après l’entrée des forces russes en Ukraine en février, Kinzinger était exigeant que l’OTAN impose une «zone d’exclusion aérienne» au-dessus du pays, une décision qui verrait l’alliance militaire dirigée par les États-Unis s’engager à abattre des avions russes et à frapper des systèmes de défense aérienne russes.

Alors que le président ukrainien Volodymyr Zelensky a également demandé une telle décision, Biden a refusé, affirmant que cela déclencherait une “troisième guerre mondiale” avec la Russie. Kinzinger a également sous pression l’administration Biden d’envoyer des avions de combat donnés par la Pologne en Ukraine, ce que l’administration a refusé. Citant les risques liés au fait que des pilotes américains livrent des avions de combat dans une zone de conflit actif, Biden a de nouveau déclaré qu’il souhaitait éviter “Troisième Guerre mondiale”.

Il est actuellement difficile de savoir si et quand la résolution de Kinzinger sera soumise au vote. Biden lui-même a déclaré que les États-Unis “répondraient” à toute utilisation d’armes de destruction massive par les forces russes en Ukraine, mais a évité de tracer des “lignes rouges” contraignantes. Au lieu de cela, les États-Unis ont continué à envoyer des armes à l’Ukraine et forment actuellement des soldats ukrainiens sur certains de ces systèmes d’armes en Allemagne.

LIRE LA SUITE:
Le voisin de l’Ukraine accueille d’importants wargames de l’OTAN

La Russie a envoyé des troupes en Ukraine le 24 février, à la suite de l’échec de Kiev à mettre en œuvre les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et de la reconnaissance éventuelle par Moscou des républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Le protocole de Minsk, négocié par l’Allemagne et la France, a été conçu pour donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien.

Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement un pays neutre qui ne rejoindra jamais l’OTAN. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles il prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :



La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire