Un lobbyiste en disgrâce aurait plaidé coupable dans une affaire d’ingérence dans les élections de 2016 – News 24

0
55

Un conseiller du gouvernement des Émirats arabes unis a reconnu sa culpabilité dans des dons illégaux de millions de dollars à la campagne présidentielle de 2016 d’Hillary Clinton, a appris The Intercept.

Il y a plusieurs mois, George Nader a accepté de plaider coupable d’un chef d’accusation d’avoir fraudé le gouvernement américain en dissimulant les origines étrangères de contributions politiques, a rapporté le journal, citant une note de condamnation rédigée par les procureurs. Le document a été descellé en décembre 2021, mais n’avait pas été signalé auparavant, a indiqué le média.

Selon les allégations, Nader et son co-conspirateur, Ahmad Khawaja, un homme d’affaires californien, ont obscurci la source de près de 5 millions de dollars. Les transferts de la société de Nader basée aux Émirats arabes unis à la société américaine de traitement des paiements de Khawaja ont été présentés comme des paiements réguliers.

Sur ce montant, plus de 3,5 millions de dollars provenaient du gouvernement des Émirats arabes unis et ont été reversés aux PAC démocrates soutenant la candidature de Clinton, selon les allégations. On ne sait toujours pas ce qui est arrivé au reste de l’argent. Toutefois, la note indique que les deux accusés cherchaient à obtenir des incursions pour “chiffres clés” dans la campagne de Donald Trump, et que Khawaja a fait don de 1 million de dollars au comité inaugural du candidat républicain.




Huit personnes ont été inculpées dans cette affaire, dont cinq, dont Nader, plaidant coupable, a déclaré The Intercept. Khawaja a fui les États-Unis après avoir été inculpé et serait détenu en Lituanie. Les deux principaux accusés sont des citoyens américains d’origine libanaise.

Les accusations avaient déjà été détaillées par le New York Times. Clinton était surnommé “Notre soeur” ou “la grande dame” dans les communications entre Nader et son client des Émirats arabes unis, le prince héritier Mohammed bin Zayed. L’homme d’affaires était un émissaire de confiance de la royauté des Émirats arabes unis et a fourni des mises à jour régulières sur ses progrès dans l’établissement de liens avec le personnel du candidat démocrate. Le gouvernement des Émirats arabes unis s’est abstenu de commenter les allégations de l’une ou l’autre publication.

Nader a déjà fait l’objet d’une enquête par l’avocat spécial Robert Mueller pour ses efforts visant la campagne et la présidence de Trump. L’équipe de Mueller l’a interrogé sur une rencontre qu’il a aidé à organiser entre Erik Prince, un entrepreneur américain en sécurité privée et fondateur de la tristement célèbre société Blackwater, et Kirill Dmitriev, le patron du Fonds d’investissement direct russe, le fonds souverain du pays.


La fondation Clinton admet avoir reçu un don de 1 million de dollars du Qatar qu'elle cachait auparavant

La rencontre de janvier 2017 aux Seychelles a été médiatisée par les médias américains comme une preuve de la collusion Trump-Russie, mais le rapport final de Mueller l’a décrite comme à peu près sans conséquence et sans grand intérêt pour les personnes dans l’orbite de Trump.

Nader a été arrêté par des agents fédéraux américains en juin 2019, après avoir débarqué d’un vol en provenance des Émirats arabes unis, pour possession de pédopornographie et d’images de bestialité, qui auraient été découvertes par l’équipe Mueller. C’était la dernière de plusieurs accusations de même nature auxquelles il avait été confronté aux États-Unis.

L’homme d’affaires a ensuite été inculpé, avec d’autres chefs d’accusation de possession de pornographie juvénile et de trafic sexuel d’un garçon de 14 ans de la République tchèque, qui s’est produit en 2000. Il a plaidé coupable aux deux crimes et a été condamné à 10 ans de prison. . Nader a passé un an dans une prison tchèque pour avoir eu des relations sexuelles avec le même mineur, qu’il a emmené aux États-Unis.

Les procureurs dans l’affaire de violation du financement de la campagne demandent une peine de cinq ans pour l’homme d’affaires, qui a maintenant 62 ans, à purger après sa peine de prison actuelle.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire